De Ba­gnoles à Au­sch­witz : sur les pas de Sz­prin­ca Kruc­zyk-Wo­da

Mer­cre­di 23 mars, 150 ly­céens nor­mands ont par­ti­ci­pé au voyage d’étude à Au­sch­witz or­ga­ni­sé par le Con­seil ré­gio­nal de Nor­man­die et le Mé­mo­rial de la Shoah. Par­mi eux, une ving­taine d’élèves fer­tois du ly­cée des An­daines.

L'Orne Combattante (SN) - - La Ferté Et Son Pays - Ka­ri­na Pu­jeolle

De­puis 2010, l’ex Ré­gion Basse-Nor­man­die, en par­te­na­riat avec les au­to­ri­tés aca­dé­miques, pro­pose, chaque an­née, un pro­jet pé­da­go­gique me­né par les jeunes et leurs en­sei­gnants. Le voyage d’étude à Au­sch­witz or­ga­ni­sé par le Mé­mo­rial de la Shoah en est le temps fort.

Le dis­po­si­tif d’édu­ca­tion mé­mo­rielle a été élar­gi, cette an­née, à l’en­semble du ter­ri­toire de la nou­velle Ré­gion nor­mande : 18 ly­cées et CFA ont ré­pon­du à l’ap­pel à can­di­da­ture lan­cé par la Ré­gion. Un ju­ry as­so­ciant les par­te­naires a sé­lec­tion­né six pro­jets pré­sen­tés par : le ly­cée des An­daines de La-Fer­téMa­cé (ter­mi­nales me­nui­siers et construc­teurs bois), Le Ver­rier de St-Lô (ter­mi­nales L), Sal­va­dor Al­lende d’Hé­rou­ville-SaintC­lair (ter­mi­nales L), Les Porte de Nor­man­die de Ver­neuil-sur-Avre (élèves de 1re), le ly­cée d’An­guier d’Eu (se­condes) et le CFA agri­cole d’Yve­tot (ter­mi­nales pro). Chaque pro­jet abou­ti­ra à l’éla­bo­ra­tion d’une pro­duc­tion (édi­to­riale, vi­déo, au­dio).

Vi­gi­lance

Le 23 mars, la dé­lé­ga­tion nor­mande était com­po­sée no­tam­ment de Ca­the­rine As­tol, Ins­pec­trice d’Aca­dé­mie, Ins­pec­trice pé­da­go­gique d’his­toire- géo­gra­phie, ré­fé­rente mé­moire et ci­toyen­ne­té pour l’Aca­dé­mie de Rouen, et Ma­thias Or­jekh, co­or­di­na­teur des voyages d’études sur les lieux de mé­moire pour le Mé­mo­rial de Shoah. Res­ca­pée du camp d’Au­sch­witz Bir­ke­nau Gi­nette Kolinka a par­ti­ci­pé à la vi­site. « Ce voyage d’études a pour ob­jec­tif de sus­ci­ter la ré­flexion des jeunes sur les di­men­sions his­to­riques et mé­mo­rielles du gé­no­cide de près de 6 mil­lions de Juifs, a dé­cla­ré Ber­trand De­niaud, vi­ce­pré­sident de la Ré­gion Nor­man­die en charge des ly­cées et de l’édu­ca­tion, pré­sent sur le site. Nous es­pé­rons aus­si fa­vo­ri­ser leur édu­ca­tion à la ci­toyen­ne­té et dé­ve­lop­per leur vi­gi­lance dé­mo­cra­tique » .

Té­moi­gnage

Le 13 mars 1944, à Avi­gnon, en ren­trant chez ses pa­rents, Gi­nette Kolinka, 19 ans, fait face à des agents de la Ges­ta­po ve­nus les ar­rê­ter. Elle est in­car­cé­rée à la pri­son des Bau­mettes, à Mar­seille, avec son père, son pe­tit frère de 12 ans, Gilbert, et un ne­veu, Georges, 14 ans. Tous les quatre sont trans­fé­rés au camp de Dran­cy le 2 avril, et dé­por­tés à Au­sch­witz le 13, au dé­part de la gare de Bo­bi­gny, dans un convoi de 1 500 per­sonnes.

A l’ar­ri­vée à Au­sch­witz, son père et son frère montent, sans le sa­voir dans les ca­mions qui font route vers les chambres à gaz. Gi­nette fait par­tie d’un groupe de 91 femmes sé­lec­tion­nées pour le tra­vail, et re­çoit le ma­tri­cule 78599. « Je n’ai pas re­vu Georges, mon ne­veu, em­me­né au camp des hommes. Fin oc­tobre 1944, j’ai été trans­fé­rée à Ber­genBel­sen, puis en fé­vrier 1945 dans une usine de ma­té­riel aé­ro­nau­tique à Ra­guhn, près de Leip­zig » .

A l’ap­proche des troupes al­liées, en avril 1945, Gi­nette Kolinka est pla­cée dans un nou­veau convoi en di­rec­tion du camp de The­re­siens­tadt où elle tombe ma­lade du ty­phus. Li­bé­rée par l’Ar­mée rouge, elle est ra­pa­triée à Lyon le 3 juin et re­gagne Pa­ris où elle re­trouve sa mère et quatre de ses cinq soeurs. C’est donc gui­dés par cette sur­vi­vante des camps de l’hor­reur que les ly­céens ont par­cou­ru Au­sch­witz, de­puis la rampe des juifs jus­qu’aux ves­tiges des chambres à gaz.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.