Yo­han Ju­lien, am­bas­sa­deur des vins de Loire, chez vous

L'Orne Combattante (SN) - - La Ferté Et Son Pays - Vins Mai­son Ju­lien, 07.68.30.09.59 ; mai­son­ju­lien.vins@gmail.com

Le Parc Nor­man­die Maine a or­ga­ni­sé, mer­cre­di 30 mars, une soi­rée d’in­for­ma­tion dans le cadre de la tran­si­tion éner­gé­tique.

Cette ren­contre de­vait per­mettre aux par­ti­ci­pants de sor­tir dans les rues, mu­nis d’une ca­mé­ra cen­sée vi­sua­li­ser les dé­per­di­tions ther­miques des bâ­ti­ments. Pour ce faire, Ma­nuel Lé­ger, du PNM, s’est ad­joint les ser­vices de deux re­pré­sen­tants de l’Es­pace In­fo Éner­gie d’Alen­çon (Cin­dy Re­bouilleau et Robin Guit­ton), qui ont d’abord rap­pe­lé les grandes lignes du pro­jet de Tran­si­tion éner­gé­tique, et pré­sen­té des conseils avi­sés sur l’iso­la­tion ther­mique d’une ha­bi­ta­tion.

La pluie a sa­bo­té la soi­rée

Deux seuls in­con­vé­nients ma­jeurs au dé­rou­le­ment op­ti­mal de la soi­rée : la très faible par­ti­ci­pa­tion à la soi­rée, puisque seules cinq per­sonnes sont ve­nues. Les autres étant sans doute dé­cou­ra­gées par l’autre fac­teur né­ga­tif : une pluie aus­si froide que per­sis­tante, qui a dé­cou­ra­gé les Fer­tois de sor­tir de chez eux au­tant qu’em­pê­ché la ca­mé­ra ther­mique de fonc­tion­ner de­hors.

En ef­fet, cette ca­mé­ra ne fonc­tionne cor­rec­te­ment que s’il ne pleut pas, sans quoi elle ne capte que le spectre ther­mique de la pluie. Les rares per­sonnes pré­sentes ont donc dû se conten­ter d’une dé­mons­tra­tion in­tra-mu­ros dans la mai­son Bo­bot, mais ils se sont rat­tra­pés en po­sant des ques­tions aux in­ter­ve­nants, qui ont su ap­por­ter des ré­ponses utiles pour faire des éco­no­mies d’éner­gie. Pa­roisse Saint Jean- Bap­tiste Sa­me­di 9 avril : 18 h, La Fer­té-Ma­cé, Ba­gnoles Sa­cré-coeur. Di­manche 10 : 10 h 30, La Fer­té-Ma­cé, Ba­gnoles Ste Ma­de­leine, Cou­terne, Rânes, Ma­gny-le- Dé­sert, Le Grais (ADAP) ; 11 h 30, Saint- Mi­chel- des- An­daines (rite Or­di­naire) ; 17 h, StOr­taire.

De­puis le 1er fé­vrier, Yo­han Ju­lien, Fer­tois de 35 ans, a créé sa so­cié­té de dé­gus­ta­tion et vente à do­mi­cile de vins de Loire. Il conci­lie dé­cou­verte et convi­via­li­té.

Na­tif d’Ar­gen­tan et car­ros­sier de mé­tier ( il est sa­la­rié à Car­rouges), Yo­han Ju­lien a une grande pas­sion dans la vie : le vin. Et par­ti­cu­liè­re­ment, le vin de Loire : de Sau­mur à Nantes, en pas­sant par An­gers, An­ce­nis. « C’est par l’in­ter­mé­diaire d’un ami, lui-même pas­sion­né, que j’ai dé­cou­vert les dif­fé­rentes ap­pel­la­tions et que j’ai eu l’oc­ca­sion de ren­con­trer des vi­gne­rons. Quand je me suis ins­tal­lé à La Fer­té avec mon foyer, j’ai consti­tué pe­tit à pe­tit ma propre cave » .

Et puis un jour, fort de ses connais­sances en oe­no­lo­gie ac­quises au­près des pro­duc­teurs, Yo­han a eu en­vie de par­ta­ger sa pas­sion et faire dé­cou­vrir les vins de Loire « dont bon nombre d’ap­pel­la­tions sont mé­con­nues par le grand pu­blic » .

Dé­gus­ta­tion gra­tuite

Voi­là un an, il est al­lé à la ren­contre des vi­gne­rons sus­cep­tibles d’être in­té­res­sé par son pro­jet : de la dé­gus­ta­tion et de la vente à do­mi­cile. « Souvent, dans les ma­ga­sins, je vois des clients qui ne savent pas quel vin prendre et qui achètent par ha­sard. Ce que je pro­pose : c’est de pou­voir en dé­gus­ter gra­tui­te­ment, avant de pas­ser com­mande » .

Pre­mière cible : les par­ti­cu­liers. « Mon pre­mier in­ter­lo­cu­teur est l’hôte ou l’hô­tesse qui va réunir dans sa mai­son amis, voi­sins, fa­mille. Je n’ai be­soin que d’une table et de chaises, si­non j’ap­porte tout : verres à dé­gus­ta­tion, cra­choirs, pe­tits gâ­teaux. A chaque fois, je viens avec une di­zaine de bou­teilles : du blanc, du ro­sé, du rouge, du pé­tillant » .

Convi­via­li­té

Autres cibles : des co­mi­tés d’en­tre­prise ou as­so­cia­tions ; des per­sonnes qui pré­parent un évé­ne­ment (ma­riage, an­ni­ver­saire).

Voi­là 2 mois que Yo­han a créé sa mi­cro-en­tre­prise Vins mai­son Ju­lien. Il rayonne à 50 km au­tour de La Fer­té (Orne, Sud Manche, Nord-Mayenne) et se consacre à cette ac­ti­vi­té le ven­dre­di soir et le sa­me­di.

« Il ne s’agit pas de cours d’oe­no­lo­gie, mais c’est un plai­sir pour moi de par­ler des vins de Loire, qui sont convi­viaux, lé­gers et riches en fruits, que ce soit le Pi­neau de La Loire, le Ca­ber­net d’An­jou Ter­roir, le Co­teau d’An­ce­nis Ga­may vieilles vignes » . Yo­han tra­vaille avec trois pro­duc­teurs. « Je suis né­go­ciant et j’ai très peu de stocks. Les com­mandes se font par car­tons de 6 et je vais moi-même les cher­cher. Je des­cends une fois par mois » .

Un dé­lai de 2 à 4 se­maines est donc à pré­voir, et comme pour toute vente à do­mi­cile, la per­sonne a 14 jours pour se ré­trac­ter. Et cô­té ta­rifs ? « Les gens sont souvent sur­pris car je pro­pose un très bon rap­port qua­li­té prix. Mon pre­mier ob­jec­tif est bien sûr de sa­tis­faire le client et de lui faire dé­cou­vrir ces vins dans un cadre convi­vial » . Avec mo­dé­ra­tion, ce­la va s’en dire !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.