Al­lô ? Il y a un den­tiste ?

L'Orne Combattante (SN) - - Entre Bocage Et Suisse Normande -

Une rage de dent, ce­la ar­rive tou­jours quand on ne s’y at­tend pas. Il y a quelques jours, le mal m’a frap­pé après un res­tau­rant.

Mé­lange chaud et froid, ce­la ne par­donne pas. Je file à la phar­ma­cie en ur­gence. Mise en garde de la phar­ma­cienne. « Ce n’est pas fa­cile d’avoir un ren­dez-vous ici mon­sieur »

Ar­ri­vé il y a peu sur le sec­teur, je n’ai pas de den­tiste at­ti­tré. De re­tour chez moi, j’ouvre les pages jaunes. On sort la liste de den­tistes. Une pe­tite quin­zaine à Flers. « Je vais pou­voir en trou­ver un ra­pi­de­ment » me dis-je sou­la­gé.

Pre­mier ap­pel. Pas de ren­dez­vous avant sep­tembre. Deuxième ap­pel : pas avant juillet. Troi­sième ap­pel : pas avant mai. On se rap­proche c’est bon !

Et ben non… Pen­dant plu­sieurs jours, j’au­rai beau contac­ter une di­zaine de den­tistes, pour une consul­ta­tion dite « d’ur­gence », je n’au­rai pas de ren­dez-vous avant mi-mai.

Et si vous avez le mal­heur de ve­nir pour la pre­mière fois chez le pra­ti­cien ici, pas­sez votre che­min. « Vous êtes dé­jà pa­tient ? » « Non ma­dame, c’est la pre­mière fois. » « Dans ce cas-là, ce ne se­ra pas avant juillet. » « Bon… C’est pour une ur­gence quand même. » « Il fau­dra voir ailleurs mon­sieur. »

Ma ca­rie peut avoir le sou­rire, pas moi. Je dé­cide d’élar­gir mes re­cherches. C’est peine per­due. Dans une com­mune du Cal­va­dos, les trois den­tistes ont dé­ci­dé de prendre leurs va­cances la même se­maine… Arfff !

Je dé­cide d’élar­gir un peu (beau­coup) plus mes re­cherches. Dans ma Bre­tagne na­tale pour y re­ve­nir ré­gu­liè­re­ment, j’ap­pelle un den­tiste. Deux jours après, j’avais ren­dez-vous avec lui. « Vous avez be­soin de soins ré­gu­liers. Il faut trou­ver un pa­tri­cien dans l’Orne. »

Al­lô ? Il y a den­tiste à Flers ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.