Un po­li­cier Flé­rien au Ma­li pour ren­for­cer la lutte

La di­rec­tion dé­par­te­men­tale de la sé­cu­ri­té pu­blique de l’Orne par­ti­cipe à la lutte contre la cy­ber­cri­mi­na­li­té au Ma­li. Elle a en­voyé un ex­pert à Ba­ma­ko, le bri­ga­dier-chef Sté­phane Mo­ri­zet, de Flers, pour for­mer des po­li­ciers lo­caux.

L'Orne Combattante (SN) - - Entre Bocage Et Suisse Normande - M. M.

La di­rec­tion dé­par­te­men­tale de la sé­cu­ri­té pu­blique de l’Orne (DDSP) a été sol­li­ci­tée pour par­ti­ci­per à la lutte contre la cy­ber­cri­mi­na­li­té au Ma­li, dans le cadre d’une co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale.

Le bri­ga­dier-chef Sté­phane Mo­ri­zet, po­li­cier à Flers, a été en­voyé une se­maine à Ba­ma­ko pour for­mer des ex­perts lo­caux. Il est l’un des quelque 400 in­ves­ti­ga­teurs en cy­ber­cri­mi­na­li­té de la po­lice fran­çaise et le seul spé­cia­liste dans le dé­par­te­ment.

For­ma­tion de cinq po­li­ciers ma­liens

Au Ma­li, les forces de l’ordre sont confron­tées de plus en plus à la cy­ber­cri­mi­na­li­té sans comp­ter que le re­cours à l’in­for­ma­tique per­met d’ob­te­nir des don­nées in­té­res­santes dans le cadre de di­verses en­quêtes no­tam­ment pour ce qui est de la té­lé­pho­nie. Le but de cette mis­sion était donc que ces po­li­ciers ac­quièrent le ni­veau né­ces­saire leur per­met­tant de réa­li­ser des ex­per­tises.

Le fonc­tion­naire a tout suite ac­cep­té cette mis­sion. « C’est une aven­ture hu­maine et pro­fes­sion­nelle in­té­res­sante, confie le po­li­cier. Nous avons pu ren­con­trer des col­lègues, com­pa­rer la fa­çon de tra­vailler et sur­tout trans­mettre nos con­nais­sances ».

Un pre­mier groupe s’était dé­jà ren­du au Ma­li, dans le cadre de cette co­opé­ra­tion, en oc­tobre 2015, pour ins­tal­ler le ma­té­riel né­ces­saire à la lutte contre la cy­ber­cri­mi­na­li­té. Là, il s’agis­sait de for­mer la cel­lule consti­tuée de cinq po­li­ciers ma­liens « aux ma­ni­pu­la­tions in­for­ma­tiques et té­lé­pho­niques ».

Le Flé­rien s’est ren­du du lun­di 21 au ven­dre­di 25 mars avec le bri­ga­dier Sté­phane Hen­ry, af­fec­té en Seine-et-Marne, à la di­rec­tion gé­né­rale de la po­lice na­tio­nale, à Ba­ma­ko, « l’équi­valent de la di­rec­tion de la po­lice ju­di­ciaire en France », sou­ligne le po­li­cier.

Une at­taque ter­ro­riste le jour de leur ar­ri­vée

« Nous avons été très bien ac­cueillis, no­tam­ment par les sta­giaires. Nous sen­tions que ce n’était pas im­po­sé et qu’il y avait une réelle at­tente. Pour eux, cette for­ma­tion a beau­coup comp­té », ex­plique Sté­phane Mo­ri­zet.

Leurs con­nais­sances ont été ra­pi­de­ment mises à pro­fit, après l’at­taque ter­ro­riste sur­ve­nue le 21 mars, contre un hô­tel de Ba­ma­ko. Des as­saillants ont été tués. « C’était le jour de notre ar­ri­vée. Ça s’est pas­sé en dé­but de soi­rée, à quelques ki­lo­mètres de notre hô­tel. Nous n’avons rien en­ten­du. On nous a de­man­dé de ne pas sor­tir », confie le po­li­cier.

Après cette se­maine de for­ma­tion, la cel­lule ma­lienne dis­pose do­ré­na­vant de bases so­lides pour réa­li­ser des ex­per­tises et re­trou­ver des don­nées ca­chées dans des sys­tèmes in­for­ma­tiques.

Le stage s’est ter­mi­né par une re­mise d’at­tes­ta­tions en pré­sence du com­man­dant Ch­ris­tian Sar­kis, at­ta­ché de sé­cu­ri­té in­té­rieure à l’am­bas­sade de France.

Sté­phane Mo­ri­zet a quit­té l’Afrique sur une bonne im­pres­sion et la sa­tis­fac­tion d’avoir pu par­ta­ger son sa­voir. « C’était une belle ex­pé­rience », in­siste le fonc­tion­naire, prêt à ré­pondre pré­sent à la pro­chaine mis­sion de ce genre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.