« Pom­piers, nous sommes tri­bu­taires d’une dé­ci­sion po­li­tique »

L'Orne Combattante (SN) - - Entre Bocage Et Suisse Normande - M.T.

La dé­ci­sion du Con­seil dé­par­te­men­tal d’ins­tau­rer une grille ta­ri­faire pour cer­taines in­ter­ven­tions des pom­piers ne passe pas (voir OC du jeu­di 31 mars et jeu­di 7 avril). L’Union dé­par­te­men­tale des sa­peurs-pom­piers du Cal­va­dos (UDSP) monte au cré­neau.

Ils ont d’abord at­ten­du « pour prendre du re­cul ». Puis face à la po­lé­mique et à l’in­quié­tude gran­dis­sante ont fi­na­le­ment dé­ci­dé de par­ler.

« On se de­vait de com­mu­ni­quer. La po­pu­la­tion com­mence à nous in­ter­pel­ler sur le ter­rain et nos pom­piers vo­lon­taires at­tendent un mes­sage fort », ex­plique Sté­phane Trou­vé, chef du centre de se­cours de Vassy et deuxième vice-pré­sident de l’Union dé­par­te­men­tale des sa­peurs-pom­piers du Cal­va­dos.

À ses cô­tés, Alain Bourge, chef de centre de Con­dé-surNoi­reau et se­cré­taire ad­joint à l’union dé­par­te­men­tale.

« Les gens pensent que la dé­ci­sion vient de nous mais pas du tout, on est tri­bu­taires du choix des élus. »

Le 21 mars der­nier, le con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion du Ser­vice dé­par­te­men­tal d’in­cen­die et de se­cours (Sdis) a dé­ci­dé qu’à par­tir du 1er avril 2016, cer­taines in­ter­ven­tions se­raient dé­sor­mais payantes.

Dé­ci­sion re­por­tée

463 € pour le dé­clen­che­ment in­tem­pes­tif d’une alarme in­cen­die, 241 € pour re­le­ver une per­sonne âgée tom­bée à son do­mi­cile, ou pour gé­rer une al­coo­lé­mie ex­ces­sive…

Une dé­ci­sion fi­na­le­ment… re­por­tée. « Nous avons été mis de­vant le fait ac­com­pli. Il n’y a pas eu de concer­ta­tion », re­grette Alain Bourge.

Le con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion du Sdis est com­po­sé d’une pe­tite ving­taine de per­sonnes, no­tam­ment des élus comme Jean-Léonce Du­pont, pré­sident du Con­seil dé­par­te­men­tal et des sa­peurs-pom­piers mais ces der­niers n’ont pas le droit de vote.

« Il y a une vraie mise en dan­ger de la po­pu­la­tion. En mi­lieu ru­ral par exemple, nous avons de nom­breuses

« Quelle image ? »

Les deux pom­piers rap­pellent que l’as­sis­tance à per­sonne concerne 50 % de leurs in­ter­ven­tions.

Ils s’in­quiètent éga­le­ment pour l’image de leur pro­fes­sion. « Nos ef­fec­tifs sont en baisse. Comment mo­ti­ver les nou­velles gé­né­ra­tions ? Il en va de la sur­vie des centres de se­cours », confie Sté­phane Trou­vé.

Alain Bourge va même plus loin. « Se­rons-nous bien re­çus pour les tour­nées de ca­len­driers ? »

De­puis l’an­nonce de cette ta­ri­fi­ca­tion, une pé­ti­tion en ligne ré­colte dé­jà plus de 2860 si­gna­taires.

« On de­mande éga­le­ment le sou­tien de nos po­li­tiques lo­caux. Ils peuvent faire pen­cher la ba­lance au­près du pré­sident du Con­seil dé­par­te­men­tal Jean-Léonce Du­pont », ajoute Sté­phane Trou­vé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.