Un ar­bitre flé­rien vio­lem­ment agres­sé après un match

Oner Ay­tan, ar­bitre de­meu­rant à Flers, a été agres­sé à l’is­sue d’un match entre Ville­neuve-Alen­çon et Mor­tagne-au-Perche. Il ré­clame une sanc­tion exem­plaire.

L'Orne Combattante (SN) - - Bocage Suisse Normande Entre Et -

Un ar­bitre de dis­trict li­cen­cié à La Fer­rière-aux-Etangs et ori­gi­naire de Flers, Oner Ay­tan, a été vio­lem­ment agres­sé, ce di­manche 24 avril, sur un ter­rain de foot­ball, à Alen­çon, à l’is­sue de la ren­contre qui op­po­sait les équipes de Ville­neuve-Alen­çon à Mor­tagne-au-Perche.

Un joueur « d’une tren­taine d’an­nées », ex­clu à la 70e mi­nute pour avoir te­nu des pro­pos in­ju­rieux, s’est rué sur lui après le coup de sif­flet fi­nal. Des joueurs ont bien ten­té de s’in­ter­po­ser mais l’ar­bitre de la ren­contre a re­çu un coup de poing en plein vi­sage. Pro­je­té au sol, il a re­çu un autre coup.

Les en­fants cho­qués

« Je sai­gnais au ni­veau du nez et au front. J’ai éga­le­ment une dou­leur à l’épaule », té­moigne Oner Ay­tan. Cinq jours d’ar­rêt de tra­vail lui ont été pres­crits. « C’est une « pe­tite » agres­sion, ce­la au­rait pu être pire. J’au­rais des dou­leurs pen­dant quelques jours et puis ça se pas­se­ra mais ce qui me fait mal, c’est que ça s’est pas­sé de­vant mes en­fants », ex­plique le Flé­rien. Son fils et son ne­veu ont été très cho­qués par l’agres­sion.

L’ar­bitre a éga­le­ment es­suyé des me­naces de mort no­tam­ment de la part de spec­ta­teurs. Il a por­té plainte au­près du com­mis­sa­riat d’Alen­çon, sur le champ.

De­puis plus de 20 ans qu’il est ar­bitre, c’est la pre­mière fois qu’Oner Ay­tan est vic­time d’une agres­sion. « Jus­qu’alors, je n’avais connu que des pro­pos in­ju­rieux ».

Le joueur mis en cause a été sus­pen­du à titre con­ser­va­toire en at­ten­dant l’avis de la com­mis­sion du dis­trict. Le Flé­rien at­tend une sanc­tion exem­plaire. « Le joueur est ve­nu s’ex­cu­ser après mais je lui ai dit qu’il fal­lait y ré­flé­chir avant. Son acte était pré­mé­di­té. Il l’a lais­sé mû­rir 20 mi­nutes. Des gens comme ça, il faut les ex­clure. Ils n’ont rien à faire sur un ter­rain ».

Des matches dif­fi­ciles à ar­bi­trer

L’ar­bitre note que les matches à Alen­çon « sont dif­fi­ciles à ar­bi­trer » et que « beau­coup de ses confrères ne veulent pas ou plus al­ler là-bas ».

Oner Ay­tan es­time que les di­ri­geants du club ont éga­le­ment une part de res­pon­sa­bi­li­té « mais je pense aus­si qu’ils ont un cer­tain ras-le-bol de ce qui se passe ». Au­jourd’hui, il n’ex­clut pas d’ar­rê­ter l’ar­bi­trage. « J’écoute l’avis de mes proches mais en même temps ar­rê­ter, c’est leur don­ner rai­son ».

L’Unaf de l’Orne, l’Union na­tio­nale des ar­bitres de foot­ball, sou­tient Oner Ay­tan. Elle a éga­le­ment por­té plainte. « C’est un de nos bons ar­bitres et qui n’a ja­mais d’his­toire », in­siste Guy Pes­chet, pré­sident de l’Unaf de l’Orne. Le dé­par­te­ment est d’ailleurs re­la­ti­ve­ment épar­gné par les agres­sions. Tou­te­fois, l’Unaf comme l’ar­bitre re­marquent que la pres­sion à ten­dance à mon­ter sur les ter­rains ces der­nières an­nées.

Consé­quence : les ar­bitres se font de plus en plus rares. Et pour­tant sans ar­bitre, il n’y a plus de ren­contre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.