Simon Igel, plus pré­sent que ja­mais

L'Orne Combattante (SN) - - Flers Et Son Pays -

La jour­née du sou­ve­nir des vic­times de la dé­por­ta­tion a lieu, chaque an­née, le der­nier di­manche d’avril.

Cette date a été choi­sie pour être proche de la date an­ni­ver­saire de li­bé­ra­tion de la plu­part des camps. Des com­mé­mo­ra­tions se sont dé­rou­lées à Flers, sa­me­di 23 avril. Elles ont re­vê­tu cette an­née une tris­tesse par­ti­cu­lière, en rai­son de l’ab­sence de Simon Igel. Il n’avait man­qué au­cune de ces com­mé­mo­ra­tions. Son sou­ve­nir a été maintes fois évo­qué par les per­son­na­li­tés pré­sentes.

Hen­ri Vé­niard

C’est au ci­me­tière de SaintGeorges-des-Gro­seillers que les hom­mages ont dé­bu­té. De­vant la tombe d’Hen­ri Vé­niard, ex­cu­sant Guy Lange c’est son ad­joint Gé­rard Co­lin qui a pris la pa­role. « Hen­ri Vé­niard était ou­vrier à la fon­de­rie Sa­moa de Flers et il ré­si­dait à Saint-Georges, il était mi­li­tant de la CGT et du par­ti com­mu­niste. Il a été mo­bi­li­sé en 1939, après la dé­route de l’ar­mée fran­çaise, il est re­ve­nu en 1940 à Saint-Georges et, très vite, il a par­ti­ci­pé à la ré­sis­tance dans le ré­seau di­ri­gé par Eu­gène Gar­nier, contre le ré­gime de Vi­chy et l’oc­cu­pant Al­le­mand. Lors d’une dis­tri­bu­tion de tracts entre Flers et Con­dé, en mai 1941, il est ar­rê­té par la Ges­ta­po. Ju­gé à Caen, il a été condam­né à mort et exé­cu­té le 12 no­vembre 1941 à Caen, à la ca­serne du 43e ré­gi­ment d’ar­tille­rie. Il était âgé de seule­ment 26 ans. Après la li­bé­ra­tion, en 1946, sa dé­pouille est re­ve­nue à Saint-Georges. Sou­ve­nons-nous tou­jours du sa­cri­fice de cette jeu­nesse qui a don­né sa vie pour nous per­mettre de vivre au­jourd’hui dans la li­ber­té ».

Pau­lette Du­halde

Le cor­tège, com­po­sé d’an­ciens com­bat­tants, de por­te­dra­peaux, de sol­dats de France, de pom­piers et de la gen­dar­me­rie re­pré­sen­tée par le lieu­te­nant Fran­cis Néel s’est en­suite di­ri­gé à Flers afin de rendre un hom­mage à Pau­lette Du­halde. Mes­dames Ger­bet et La­jon, ré­ci­pien­daires de la lé­gion d’Hon­neur ont dé­po­sé une gerbe de fleurs avant de « rendre hom­mage à tous ceux qui sont morts pour la di­gni­té hu­maine. À cha­cune des époques, nous nous de­vons de mon­trer l’exemple ».

Après avoir dé­po­sé une gerbe au pied de la stèle de Pau­lette Du­halde, Yves Goas­doué a évo­qué la vie « d’une fi­gure de Flers qui tra­vaillait à la Banque de France, qui a fait preuve de cou­rage. Elle n’a pas es­sayé de sau­ver sa propre vie, elle a mis en consigne les do­cu­ments qui au­raient pu faire tom­ber le ré­seau. Ici, chaque an­née, nous ve­nons rap­pe­ler cet acte de cou­rage »

Puis, de­vant le Mo­nu­ment aux Morts de Flers, Yves Goas­doué a pro­non­cé le dis­cours d’hom­mage mi­nis­té­riel, en pré­sence no­tam­ment du sous­pré­fet, Pas­cal Vion : « En cette jour­née dé­diée au sou­ve­nir de la li­bé­ra­tion des camps na­zis de concen­tra­tion et d’ex­ter­mi­na­tion, nos pen­sées vont d’abord vers les souf­frances de celles et ceux qui y sont morts. Nous vou­lons aus­si rendre hom­mage aux dé­por­tés qui, grâce à la so­li­da­ri­té face à la ty­ran­nie, ont sur­vé­cu mal­gré l’hor­reur de leur si­tua­tion ».

Pierre Le­mière

Le cor­tège a re­joint le Mou­lin du Châ­teau pour un hom­mage à Pierre Le­mière de­vant sa mai­son na­tale. Ce jeune ou­vrier flé­rien avait re­joint un groupe de ré­sis­tance me­né par Paul Sa­niez en fé­vrier 1941. Il avait par­ti­ci­pé à de nom­breuses opé­ra­tions, des dis­tri­bu­tions de tracts, des sa­bo­tages et in­cen­dies de ba­ra­que­ments al­le­mands. Il avait éga­le­ment pris part au sa­bo­tage de la voie fer­rée à Briouze, puis dé­truit un dé­pôt de ma­chines en gare d’Ar­gen­tan.

C’est en es­sayant de faire éva­der des ré­sis­tants em­pri­son­nés à Alen­çon qu’il se fait ar­rê­ter par la po­lice fran­çaise avant d’être li­vré aux au­to­ri­tés al­le­mandes. Il est mort le 7 avril 1945 dans un camp.

« Il faut évi­ter le né­ga­tion­nisme et s’as­su­rer de trans­mettre l’in­for­ma­tion aux des­cen­dants de ceux qui ont vé­cu l’hor­reur » a rap­pe­lé Jean-Pierre Hu­rel, ad­joint dé­lé­gué à la mé­moire de Flers et aux cé­ré­mo­nies.

« Il est es­sen­tiel de mon­trer à la po­pu­la­tion que les mi­li­taires sont à leurs cô­tés, il faut pré­ser­ver le lien entre les uns et les autres », a sou­li­gné le lieu­te­nant-co­lo­nel Jé­rôme Thieu­lart, dé­lé­gué mi­li­taire dé­par­te­men­tal, pré­sent à la cé­ré­mo­nie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.