Deux grands lo­to

L'Orne Combattante (SN) - - Loisirs - Ré­ser­va­tions au 02 33 66 14 05 ou au 06 66 79 06 33.

Le FC Flers or­ga­nisent ven­dre­di 29 avril et di­manche 1er mai, deux grands lo­to. Ven­dre­di, dès 18 h 30, les portes de la salle Mau­rice Le­cocq à Saint-Georges-des-Gro­seillers s’ou­vri­ront. De nom­breux lots sont à ga­gner dont un bon d’achat de 600 €, un té­lé­vi­seur écran plant, une ta­blette tac­tile…

Di­manche, bis re­pe­ti­ta, dans la même salle dès 12 h. Là en­core de nom­breux lots at­tendent les joueurs. C’est Ro­se­lyne qui as­su­ra l’ani­ma­tion. Une carte se­ra of­ferte le di­manche à chaque joueur ayant par­ti­ci­pé le ven­dre­di. Mes­sei. L’Ami­cale Le Temps de Vivre or­ga­nise un lo­to spé­cial plein air, le jeu­di 5 mai, à 14 h, salle de la Varenne, ani­mé par Fa­bien. Ou­ver­ture des portes à 12 h. 2 € la carte. Ré­ser­va­tion au 06 98 98 26 32 et 06 84 41 89 27. Saint-Georges-des-Gro­seillers. Le ven­dre­di 29 avril à 18 h 30 et le di­manche 1er mai à 12 h, le FC Flers or­ga­nise deux lo­tos à par­tir dans la salle Mau­rice-Le­cocq à Saint-Georges-des-Gro­seillers. Nom­breux lots et bons d’achat. Ren­sei­gne­ments et re­ser­va­tion au 02 33 66 14 05 ou au 06 66 79 06 33. SÉ­GRIE-FON­TAINE. Le con­seil dé­par­te­men­tal de l’Orne et le Centre per­ma­nent d’ini­tia­tives pour l’environnement des col­lines nor­mandes (CPIE) pro­posent l’ex­po­si­tion « Pre­nez-en de la graine, usages et sa­veurs des plantes sau­vages », à la Mai­son de la Ri­vière et du Pay­sage, jus­qu’au 30 sep­tembre. PU­TANGES-LE-LAC. Ex­po­si­tion de pein­tures de Gas­ton Le­fa­vrais à l’of­fice de tou­risme. Lun­di au sa­me­di : 9 h 30-12 h 30 et 14 h-18 h. À par­tir de mai : les di­manches et jours fé­riés de 9 h à 13 h. Fer­mé le 1er mai, lun­di de Pen­te­côte. Gra­tuit. Contact : 02 33 35 86 57.

Jus­qu’au 31 mai, l’Ate­lier de Con­dé-sur-Noi­reau se fait l’écho, pour ce prin­temps 2016, du Prix Bayeux-Cal­va­dos des cor­res­pon­dants de guerre.

L’ex­po­si­tion pré­sente les pho­tos d’Hei­di Le­vine de l’agence Si­pa Press, is­sues de son re­por­tage « La guerre et la gué­ri­son à Ga­za », réa­li­sé entre juillet 2014 et jan­vier 2015, le­quel fut pri­mé à Bayeux en 2015.

Hei­di Le­vine est une pho­to­graphe amé­ri­caine ba­sée à Jé­ru­sa­lem. Elle tra­vaille en tant que pho­to­jour­na­liste de­puis 1983, au dé­but pour Associated Press en Is­raël, puis pour l’agence fran­çaise Si­pa Press de­puis 1993.

Tout au long de sa car­rière, elle a cou­vert les conflits au Moyen Orient : ré­vo­lu­tions en Egypte, en Li­bye, en Sy­rie, Is­raël, Li­ban, Ga­za…

« C’était la troi­sième guerre que je cou­vrais à Ga­za en cinq ans. J’ai pho­to­gra­phié la vio­lence, la mort, la des­truc­tion, la souf­france et la perte de­ve­nue cy­clique. Quand les armes se taisent, les pho­to­jour­na­listes ont la pos­si­bi­li­té de re­ve­nir sur les scènes de vio­lences col­lec­tives et de creu­ser plus pro­fon­dé­ment afin d’identifier les souf­frances des per­sonnes. Je suis re­tour­née à Ga­za, pour voir de mes yeux comment les sur­vi­vants su­bis­saient les sé­quelles de l’hor­reur. En pui­sant dans les images que j’ai cap­tu­rées pen­dant la guerre, je me suis lan­cée dans un pro­jet qui do­cu­men­te­rait le quo­ti­dien d’après-guerre des ga­zaouis. Mon in­ten­tion étant de mettre en évi­dence la fa­çon dont les ha­bi­tants de Ga­za par­ve­naient à re­prendre le cours de leur vie. En vi­vant avec les fa­milles, j’ai cher­ché les ré­fé­rences vi­suelles de la ré­si­lience hu­maine qui se dé­gagent de la dou­leur et des tonnes de gra­vats. J’ai ob­ser­vé leur ré­ta­blis­se­ment pro­gres­sif émo­tion­nel et phy­sique, ou les obs­tacles qui ren­daient ce­la im­pos­sible », ex­plique Hei­di Le­vine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.