Quand Pon­tiac fa­bri­quait ses ap­pa­reils pho­tos à La Fer­té-Ma­cé

Dans le cadre du fes­ti­val la salle Rous­seau ac­cueille en mai une ex­po­si­tion consa­crée à la fois à l’his­toire de l’usine Pon­tiac à La Fer­té-Ma­cé et à une ar­tiste pho­to­graphe pa­ri­sienne contem­po­raine.

L'Orne Combattante (SN) - - La Ferté Et Son Pays - Mi­chel Mo­ri­ceau Ex­po­si­tion vi­sible du 4 au 29 mai, salle Rous­seau, Es­pace du Grand Turc, rue Saint-De­nis, aux ho­raires d’ou­ver­ture de la mé­dia­thèque.

Après la pho­to­gra­phie ani­ma­lière en mars, puis les cli­chés de Ch­ris­tian Ma­lon en avril, la pho­to­gra­phie est à nou­veau à l’hon­neur en mai avec l’ex­po­si­tion pro­po­sée par la mu­ni­ci­pa­li­té, en par­te­na­riat avec l’As­so­cia­tion du mois de la Pho­to­gra­phie en Bo­cage. Cette pré­sen­ta­tion au­ra la par­ti­cu­la­ri­té d’avoir deux angles d’ap­proche : le pas­sé, avec l’usine fer­toise Pon­tiac ; le pré­sent, avec une ar­tiste pho­to­graphe contem­po­raine (voir ci-contre).

Un pro, un pas­sion­né

Pour re­tra­cer l’his­toire de la marque Pon­tiac, les or­ga­ni­sa­teurs ont fait ap­pel à deux per­sonnes res­sources. D’une part, un pro­fes­sion­nel : Oli­vier Pouillard, 67 ans, bien connu sur la place fer­toise pour avoir été pho­to­graphe du­rant 20 ans rue de la Vic­toire. Ori­gi­naire de Dom­front, il a tou­jours bai­gné dans cet uni­vers. « Je suis né entre la cu­vette du ré­vé­la­teur et celle du fixa­teur, aime-t-il à ré­pé­ter. Après avoir tra­vaillé chez M. Gi­raud, pho­to­graphe à Dom­front, mon père s’est ins­tal­lé rue Saint-De­nis à La Fer­té-Ma­cé en 1951, puis a - Mer­cre­di 4 mai : 17 h 30, ver­nis­sage. - Jeu­di 12 mai : 17 h, vi­site com­men­tée de l’ex­po, sui­vie d’une con­fé­rence à la mé­dia­thèque sur l’his­toire de la pho­to. - Jeu­di 19 mai : 20 h 30, salle Gé­rard-Phi­lipe, pro­jec­tion du film Le sel de la Terre de Wim Wen­ders, Ju­lia­no Ri­bei­ro Sal­ga­do. pour­sui­vi son ac­ti­vi­té rue de la Vic­toire jus­qu’à sa re­traite. J’ai re­pris son com­merce avec mon épouse Ma­rie en 1991. De­puis 5 ans, je me suis mis comme au­to-en­tre­pre­neur ».

D’autre part, un pas­sion­né ico­no­mé­ca­no­phile (col­lec­tion­neur d’ap­pa­reils pho­tos an­ciens) : Claude Co­lasse, 57 ans, de La Lande-Pa­try, qui af­fiche 420 pièces de col­lec­tion, al­lant de 1886 à 1980. « Je suis ori­gi­naire de Vire, mais c’est quand j’ai fait mes études au ly­cée tech­nique du ly­cée des An­daines que j’ai fait mes pre­miers pas dans la pho­to grâce au club qui exis­tait au sein de l’éta­blis­se­ment. Avec d’autres pas­sion­nés, j’ai ap­pris à faire des prises de vue, à dé­ve­lop­per les pel­li­cules, à faire les ti­rages, et même des dia­pos en cou­leur ». En at­ten­dant de trou­ver un em­ploi dans la mé­ca­nique de pré­ci­sion qui était son mé­tier de for­ma­tion, il va être ame­né à tra­vailler ponc­tuel­le­ment au Stu­dio Jean-Fran­çois à Vire dans les an­nées 80. Il est au­jourd’hui vice-pré­sident de l’As­so­cia­tion Le mois de la pho­to en Bo­cage nor­mand.

De La Fer­té à Ca­sa­blan­ca

Ce duo, qui pos­sède plu­sieurs mo­dèles d’ap­pa­reils pho­tos Pon­tiac et leurs dé­cli­nai­sons, a donc conçu une ex­po­si­tion re­tra­çant l’his­toire in­dus­trielle de cette marque, avec un zoom sur l’ac­ti­vi­té pré­sente à La Fer­té-Ma­cé. C’est en 1938 à Pa­ris qu’ap­pa­raissent les ap­pa­reils pho­tos de la marque Pon­tiac. « C’est un ap­pa­reil pho­to de fa­bri­ca­tion fran­çaise, ori­gi­nal par sa concep­tion et par son es­thé­tisme. Il a vu le jour dans le bo­cage or­nais à La Fer­té-Ma­cé ou était ins­tal­lé l’ate­lier qui a em­ployé jus­qu’à 80 per­sonnes. Le siège et les bureaux étaient ins­tal­lés à Pa­ris, quai de Jem­mapes, ra­content-ils. M. La­roche, qui en était le créa­teur, ab­vait le pro­jet am­bi­tieux de faire de ce pro­duit la pre­mière marque fran­çaise ».

Le pre­mier Pon­tiac se­ra en ba­ké­lite, en forme de sa­von­nette. Les ventes sont pro­met­teuses mais en 1939 la guerre se dé­clenche et la pro­duc­tion fonc­tionne au ra­len­ti. La ma­nu­fac­ture pour­suit son ac­ti­vi­té de re­cherche. « En 1941 sort des ate­liers fer­tois le mo­dèle Bloc mé­tal 41. Un évé­ne­ment à l’époque car fi­nis le ba­ké­lite, la tôle em­bou­tie, le gai­nage, place à l’alu­mi­nium. Le Bloc mé­tal 41 est le pre­mier ap­pa­reil pho­to mou­lé en une pièce dans un al­liage alu­mi­nium po­li ap­pe­lé hy­dro­na­lium. C’est la ca­rac­té­ris­tique de la marque Pon­tiac qui pro­dui­ra en­suite le Bloc mé­tal 45 la sé­rie des Lynx et Ba­by Lynx ». En 1951, les ate­liers fer­tois ferment. La pro­duc­tion est trans­fé­rée à Ca­sa­blan­ca. A par­tir de cette date étaient dis­tri­bués les Pon­tiac si­gnés made in Ma­roc­co. C’est le seul ap­pa­reil pho­to fa­bri­qué sur le conti­nent Afri­cain. « Dans notre ex­po­si­tion, nous pré­sen­te­rons des af­fiches pu­bli­ci­taires de l’époque, mais nous évo­que­rons aus­si les autres fa­cri­cants d’ap­pa­reils-pho­tos de l’époque pour voir dans quel contexte éco­no­mique la so­cié­té Pon­tiac a évo­lué » sou­lignent Oli­vier Pouillard et Claude Co­lasse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.