Ju­gé pour ou­trages à un po­li­cier

L'Orne Combattante (SN) - - Entre Bocage Et Suisse Normande Entre -

Ven­dre­di 29 avril, vers 16 h 15, deux vé­hi­cules se sont per­cu­tés de plein fouet à hau­teur de la com­mune de Lan­di­gou sur l’axe Flers-Ar­gen­tan.

Se­lon les pre­miers élé­ments de l’en­quête, sur la dé­par­te­men­tale 924 B, au ni­veau des tra­vaux de mise en 2X2 voies de la dé­par­te­men­tale 924, l’un des deux vé­hi­cules se se­rait dé­por­té sur sa gauche et n’au­rait pu évi­ter la col­li­sion avec la voi­ture qui ar­ri­vait en sens in­verse.

Trans­por­tés à l’hô­pi­tal

Le choc a été violent. Les sa­peurs-pom­piers de Flers ont pris en charge les deux conduc­teurs, seuls à bord de leur vé­hi­cule. Ils ont été di­ri­gés vers le centre hos­pi­ta­lier de Flers pour y su­bir des exa­mens.

La cir­cu­la­tion a été al­ter­née par les gen­darmes de la com­mu­nau­té de bri­gades de Flers pré­sents sur les lieux, le temps d’éva­cuer les deux vé­hi­cules ac­ci­den­tés. Le tra­fic est re­ve­nu à la nor­male vers 17 h.

Un Flé­rien de 20 ans com­pa­rais­sait de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel d’Ar­gen­tan, mar­di 3 mai, pour ou­trages et me­naces en­vers des po­li­ciers. Les faits re­montent au 1er juillet 2015.

Vers 22 heures, ce soir-là, les po­li­ciers flé­riens sont ap­pe­lés dans le quar­tier Saint-Michel. Des jeunes sont en train de créer des troubles en cir­cu­lant à scoo­ter et en quad à vive al­lure. Se dé­pla­çant sur les lieux, les fonc­tion­naires ne constatent rien de par­ti­cu­lier. Re­pas­sant une heure plus tard, ils voient un homme sans casque, sur un scoo­ter, se di­ri­ger vers un groupe de sept jeunes.

Les po­li­ciers se portent à hau­teur du groupe et sont tout de suite pris à par­tie, in­sul­tés et me­na­cés. Ils iden­ti­fient un Flé­rien de 20 ans qui les in­ju­rie co­pieu­se­ment, me­nace de mort l’un d’eux ain­si que sa fa­mille, puis qui s’em­pare d’un vé­lo pour le je­ter vers eux. Ce sont ses ca­ma­rades qui l’en em­pêchent. Le groupe gros­sit, at­tei­gnant une ving­taine de per­sonnes. Les fonc­tion­naires quittent les lieux.

Dé­jà condam­né pour des faits si­mi­laires

Le mis en cause, se sa­chant re­cher­ché par la po­lice, se rend spon­ta­né­ment au com­mis­sa­riat. En­ten­du, il confirme qu’il a bien com­mis les ou­trages, mais nie les me­naces. A la barre du tri­bu­nal, ce mar­di 3 mai, il reste sur cette ligne de dé­fense. Il ex­plique qu’un des po­li­ciers avait un Flash-Ball à la main, ce qui l’a éner­vé et s’en ex­cuse. Il se dit « sin­cè­re­ment dé­so­lé » . Le pré­ve­nu parle tou­te­fois de pro­vo­ca­tion.

Me Mé­la­nie Le­got, pour les par­ties ci­viles, rap­pelle qu’une se­maine avant ces faits, le jeune homme com­pa­rais­sait de­vant un ma­gis­trat pour avoir com­mis des faits si­mi­laires. Elle in­siste sur la gra­vi­té des me­naces pro­fé­rées à l’en­contre de la fa­mille du po­li­cier.

Pour Ma­rion Vi­nault, sub­sti­tut du pro­cu­reur de la Ré­pu­blique, il est in­ad­mis­sible que des po­li­ciers se fassent ain­si ou­tra­ger. Pour elle, contrai­re­ment aux dires du pré­ve­nu, c’est le groupe qui a pro­vo­qué et non les po­li­ciers. Elle rap­pelle qu’entre sep­tembre 2014 et juin 2015, l’in­té­res­sé a fait l’ob­jet de quatre condam­na­tions dont trois pour des faits si­mi­laires. Une peine de 8 mois d’em­pri­son­ne­ment avec sur­sis as­sor­tie d’un tra­vail d’in­té­rêt gé­né­ral d’une du­rée de 140 heures à ef­fec­tuer dans un dé­lai de 18 mois ain­si qu’une obli­ga­tion de tra­vail et l’obli­ga­tion d’ef­fec­tuer un stage de ci­toyen­ne­té sont re­quis.

Re­laxé pour les me­naces

Le pré­ve­nu est re­laxé des faits de me­naces. Re­con­nu cou­pable des ou­trages, il écope d’une peine de 6 mois d’em­pri­son­ne­ment avec sur­sis as­sor­tie d’un tra­vail d’in­té­rêt gé­né­ral de 100 heures. Il est éga­le­ment sou­mis aux obli­ga­tions de tra­vail et doit ef­fec­tuer un stage de ci­toyen­ne­té. Il de­vra, en outre, payer 1 050 € de dom­mages et in­té­rêts.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.