Les con­seils d’une nu­tri­tion­niste

L'Orne Combattante (SN) - - Flers Et Son Pays -

Flo­ra Duf­fay, à Flers :

« Tout d’abord, il faut man­ger équi­li­bré tout au long de l’an­née en pri­vi­lé­giant les fruits et les lé­gumes qui ap­portent no­tam­ment des mi­né­raux et des vi­ta­mines.

Il est éga­le­ment im­por­tant de consom­mer des fé­cu­lents, on peut les trou­ver sous forme de pâtes, de cé­réales etc. Va­riez les sources de pro­téines, no­tam­ment ani­males qui res­tent les mieux as­si­mi­lées par le corps hu­main, elles sont une très bonne source de vi­ta­mine B12 et de fer.

Pen­dant cette pé­riode, il est im­por­tant de ne pas se pri­ver d’un type d’ali­ment, mais plu­tôt de mettre une fré­quence sur les pro­duits un peu plus riche en cer­tains nu­tri­ments. Je conseille sou­vent à mes pa­tients en étude, de gar­der un équi­libre ali­men­taire adap­té et d’or­ga­ni­ser plu­tôt un re­pas fes­tif avec la fa­mille ou les ca­ma­rades le soir du der­nier exa­men, un peu comme le re­pos du guer­rier bien mé­ri­té. Ce­pen­dant, il vaut mieux lais­ser un peu plus de cô­té les barres, bon­bons et bis­cuits qui pro­voquent sou­vent des pics gly­cé­miques im­por­tants avec un ef­fet coup de barre im­mé­diat.

Par ailleurs, il est es­sen­tiel de faire tout au moins une ac­ti­vi­té phy­sique ré­gu­lière nu­tri­tion­niste, (l’équi­valent d’une de­mi­heure de marche à pied par jour), à la fois pour en­tre­te­nir le sys­tème car­dio-vas­cu­laire et mus­cu­laire, mais aus­si pour s’aé­rer l’es­prit ! Mon cre­do se­rait « Un es­prit re­po­sé dans un corps re­trou­vé » ce qui vaut plus à ap­prendre à connaître son corps, ses forces et ses li­mites. Connaître ses li­mites per­met de les as­su­mer et d’es­sayer de les dé­pas­ser.

En­fin il n’y a pas de re­mèdes mi­racles afin de trou­ver di­rec­te­ment le som­meil. Ce­pen­dant, des pe­tites as­tuces peuvent ai­der.

Il est re­com­man­dé de se cou­per vi­suel­le­ment des écrans au moins une de­mi­heure avant le cou­cher. Ef­fec­tuer quelques exer­cices de res­pi­ra­tion (type so­phro­lo­gie) per­met de re­trou­ver une fré­quence car­diaque plus douce et apai­sée avant de s’en­dor­mir mais aus­si de gé­rer le stress des exa­mens pour cer­tains étu­diants.

Pour ter­mi­ner, il faut évi­ter les re­pas trop co­pieux avant de se cou­cher. C’est es­sen­tiel. S’en­dor­mir avec l’es­to­mac trop sur­char­gé va don­ner un mal-être et du tra­vail en plus à son corps, et donc de­man­der plus d’éner­gie à di­gé­rer le trop-plein, alors que le som­meil per­met au corps de se re­po­ser avec une dé­pense ca­lo­rique de re­pos ».

Réel mo­ment de par­tage, le tout en se re­trou­vant soi-même, cha­cun des élèves prend le temps d’ap­pré­cier un mo­ment de dé­tente.

Jeu­di 26 mai, une quin­zaine d’élèves étaient pré­sents aux cô­tés d’Hé­lé­na Bel­len­ger pour leur der­nière séance de l’an­née. Du­rant la pause du mi­di, les ba­che­liers se sont oc­troyés 45 mi­nutes de re­laxa­tion. Pen­dant ce laps de temps, le pro­ces­sus opère.

Avec dou­ceur et sé­ré­ni­té, la so­phro­logue in­vite les élèves dans une pro­me­nade où dif­fé­rents exer­cices s’en­chaînent. Tra­vail sur la res­pi­ra­tion, prise de conscience sur soi-même etc.

Au terme de la séance, cha­cun se ré­veille len­te­ment, ré­en­file ses chaus­sures et fait part de ses im­pres­sions.

Ra­phaël ne se dit pas stres­sé, pour au­tant ces mo­ments de tran­quilli­té l’aide à se concen­trer en classe. Hu­go, lui, res­sent plu­sieurs ef­fets et qua­li­fie cet ins­tant comme un se­cond souffle. La to­ta­li­té des re­marques est po­si­tive, les élèves sont très sa­tis­faits et re­tournent en classe l’es­prit lé­ger et apai­sé.

Ils se sentent glo­ba­le­ment prêts pour af­fron­ter le bac­ca­lau­réat.

La pre­mière épreuve en lice est la phi­lo­so­phie qui dé­bu­te­ra le 15 juin et mar­que­ra le dé­but d’une se­maine char­gée.

Le der­nier exa­men lui se­ra le mer­cre­di 22 juin. Après ce­la, la pa­tience est de mise, les résultats se­ront an­non­cés mar­di 5 juillet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.