La Re­din­gote re­cherche des vê­te­ments… en bon état

Le re­cy­clage des tex­tiles sur Flers, c’est La Re­din­gote. Mais faut-il en­core qu’ils soient re­va­lo­ri­sables…

L'Orne Combattante (SN) - - Flers Et Son Pays - Do­mi­nique Le­coq

L’as­so­cia­tion, ba­sée rue Si­mons, oeuvre de­puis les an­nées 90 en fa­veur du re­tour à l’em­ploi des per­sonnes qui s’en sont éloi­gnées au tra­vers d’une ac­ti­vi­té de col­lecte et de re­cy­clage des vê­te­ments. Crou­lant sous des vo­lumes consé­quents de vê­te­ments, La Re­din­gote lance un ap­pel fort aux do­na­teurs : des vê­te­ments oui, mais pour par­tie en­core uti­li­sables !

« L’en­jeu de La Re­din­gote a tou­jours été de s’as­su­rer de l’ap­pro­vi­sion­ne­ment d’un vo­lume de dons tex­tiles suf­fi­sant pour son por­tage so­cial c’est-à-dire as­su­rer aux per­sonnes à re­ve­nus mo­destes la pos­si­bi­li­té de se vê­tir di­gne­ment tout en per­met­tant à des per­sonnes éloi­gnées du monde du tra­vail de re­trou­ver le che­min de l’em­ploi », ex­plique Mi­chel Lou­vel, vi­ce­pré­sident d’Agir-La Re­din­gote. De­puis 2007, l’or­ga­ni­sa­tion de la col­lecte de ces ma­tières a été confiée par les col­lec­ti­vi­tés lo­cales à l’as­so­cia­tion. « Les conte­neurs sont ap­pa­rus en 2010 » et de­puis lors « l’as­so­cia­tion a dou­blé ses vo­lumes de col­lectes de vê­te­ments de deuxième main », pour­suit Mi­chel Lou­vel. Ce vo­lume d’ac­ti­vi­tés a per­mis d’as­su­rer la pé­ren­ni­té de La Re­din­gote et aus­si per­mis d’ou­vrir des postes d’in­ser­tion sup­plé­men­taires. Au­jourd’hui 17 per­sonnes s’em­ploient à ré­cu­pé­rer, sto­cker, trier, vé­ri­fier, pré­pa­rer les vê­te­ments re­çus.

Trop de tex­tiles non va­lo­ri­sables

En chiffres, de 2010 à 2015, on est pas­sé de 310 tonnes de tex­tiles, linge de mai­son et chaus­sures col­lec­tés à 705 tonnes. Ce qui re­pré­sente près de 170 000 ar­ticles mis à la dis­tri­bu­tion dans les deux bou­tiques de Flers et Alen­çon. Mais c’est dans le pour­cen­tage des tex­tiles li­vrés à Co­ba­nor Tri­tex, un col­lec­tif caen­nais qui ré­cu­père les ma­tières non va­lo­ri­sables, que le bât blesse. « Nous sommes pas­sés de 67 %, soit 207 tonnes en 2010, à 88 % soit 620 tonnes en 2015 », dé­taille Gé­rald Tram­zal, le res­pon­sable lo­gis­tique flé­rien.

Au­tant dire qu’il y a une baisse forte de la qua­li­té des ma­tières col­lec­tées et au bout du compte, l’as­so­cia­tion risque de se voir confron­tée à l’im­pos­si­bi­li­té d’as­su­mer son pro­jet ini­tial : l’aide ves­ti­men­taire aux per­sonnes à re­ve­nus mo­destes. Pour pro­lon­ger son aide ves­ti­men­taire, La Re­din­gote tra­vaille afin de faire prendre conscience aux do­na­teurs que c’est aus­si de vê­te­ments de qua­li­té dont elle a be­soin. « Ré­cu­pé­rer des vê­te­ments souillés, dé­chi­rés, usés de fa­çon ir­ré­cu­pé­rable n’est pas in­té­res­sant pour notre dé­marche et nous éloigne de notre mis­sion », confirme Mi­chel Lou­vel. Du coup, c’est aus­si toute une po­li­tique de com­mu­ni­ca­tion qui va se mettre en place. Des col­lectes en par­te­na­riat avec des en­seignes commerciales, des écoles, des clubs etc. vont être lan­cées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.