En im­mer­sion à

L'Orne Combattante (SN) - - Flers Et Son Pays -

A l’oc­ca­sion de la Fête na­tio­nale, la Ville de Flers pro­pose son tra­di­tion­nel feu d’ar­ti­fice. Il se­ra ti­ré mer­cre­di 13 juillet. Le bal au­ra lieu le len­de­main.

Comme tous les ans, c’est au châ­teau de Flers que ces deux ren­dez-vous se dé­rou­le­ront.

Pour le feu d’ar­ti­fice, les ac­cès au châ­teau se­ront fer­més à par­tir de 20 h. Le pu­blic pour­ra as­sis­ter au feu d’ar­ti­fice à par­tir du jar­din d’en­fants dont l’ac­cès se­ra pos­sible par les en­trées rue Ri­chard-Le­noir qui se­ra fer­mée à la cir­cu­la­tion au­to­mo­bile. Il dé­bu­te­ra vers 23 h.

Jeu­di 14 juillet, l’après-mi­di dan­sant au­ra lieu sur l’es­pla­nade de la salle d’hon­neur de la mai­rie de Flers (cô­té étangs). Ce bal se­ra ani­mé par Pa­trice De­la­cour. Ça com­men­ce­ra à 14 h 30.

Du 13 juin au 17 juin, Océane Ville­miane, Flé­rienne en classe de se­conde au ly­cée Saint-Tho­mas-d’Aquin, a ef­fec­tué son stage à L’Orne Com­bat­tante. Elle nous ra­conte son ex­pé­rience.

« J’ai choi­si ce stage puisque je veux de­ve­nir jour­na­liste. C’était une op­por­tu­ni­té pour moi de voir le tra­vail des jour­na­listes en in­terne avec l’écri­ture, la mise en page, le bou­clage…

Mon but était de par­ti­ci­per le plus pos­sible au jour­nal ou, du moins, de pou­voir faire un tra­vail per­son­nel en pa­ral­lèle qui m’a per­mis de com­pa­rer mon tra­vail avec ce­lui des pro­fes­sion­nels. Sa­chant que j’ai eu une se­maine pour le faire, j’ai eu le temps de voir les dif­fé­rents as­pects de ce tra­vail.

J’ai pu ob­ser­ver et ac­com­pa­gner les jour­na­listes que ce soit sur le ter­rain ou dans la fa­bri­ca­tion du jour­nal. Ain­si, j’ai pu écrire des ar­ticles sur le même thème que les jour­na­listes et dans le même en­vi­ron­ne­ment. Le fait de com­pa­rer mes ar­ticles avec ceux des jour­na­listes m’a don­né une idée de ce qu’il fal­lait faire. De cette ma­nière, j’ai pu pro­gres­ser. Rien ne vaut d’al­ler sur le ter­rain pour ap­prendre.

Je pense que ce stage a été très bé­né­fique et en­ri­chis­sant pour moi. On ne peut pas mieux ap­prendre qu’en ob­ser­vant. J’ai eu la chance d’être ac­com­pa­gné de très bons jour­na­listes qui ont pris le temps de m’ex­pli­quer et de ré­pondre à mes ques­tions si j’en avais.

Et puis voir la fa­bri­ca­tion du jour­nal de A à Z, de l’in­ter­view au bou­clage du jour­nal m’a vrai­ment in­té­res­sée. Je n’ai eu que des bons res­sen­tis sur ce stage.

Al­ler cher­cher l’in­for­ma­tion sur le ter­rain, in­ter­vie­wer les per­sonnes, écrire l’ar­ticle et le mettre en page est un tra­vail pas­sion­nant Il est im­por­tant que tout le monde soit in­for­mé pour dif­fé­rentes rai­sons.

J’ai donc dé­ci­dé de faire un stage à L’Orne Com­bat­tante et un autre à Ouest France, les seules ré­dac­tions à Flers.

Sa­chant que L’Orne Com­bat­tante est un heb­do­ma­daire alors qu’Ouest France est un quo­ti­dien, les deux sont in­té­res­sants pour moi, ce n’est pas le même rythme. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.