Pas­cal Ro­billiard a re­çu la mé­daille de la ville

L'Orne Combattante (SN) - - Tinchebray Et Son Pays -

Sur­pris, ému Pas­cal Ro­billiard ne s’at­ten­dait pas à re­ce­voir cette dis­tinc­tion des mains du maire Jé­rôme Nu­ry jeu­di 30 juin, à la Mé­di@tech. Pour l’oc­ca­sion, les cho­ristes de La Chan­te­relle, en­semble qu’il a créé en 1984, ont in­ter­pré­té a cap­pel­la l’un de ses mor­ceaux préférés.

L’his­toire re­monte à 1983, Pas­cal Ro­billiard avait l’ha­bi­tude de faire chan­ter ses élèves, alors lors­qu’on lui de­man­da d’ani­mer la messe de mi­nuit, il le fit avec plai­sir.

Com­plice de cette re­mise de mé­daille, Anne-Ma­rie Roul­lier, pré­si­dente de la Chan­te­relle a re­tra­cé ces 32 an­nées pas­sées de­puis la créa­tion de l’as­so­cia­tion, lui de­man­dant quel était son se­cret de vi­ta­li­té, sou­li­gnant son pro­fes­sion­na­lisme, ses qua­li­tés hu­maines, son sou­ci de faire par­ta­ger le plai­sir du chant, ce­lui d’ac­cueillir toute per­sonne ayant en­vie de chan­ter, son en­vie de pro­gres­sion, ses pro­jets am­bi­tieux, tel ce­lui de chan­ter avec Rho­da Scott, « grâce à toi, nous avons vé­cu de beaux mo­ments, tu nous as don­nés beau­coup, tu as contri­bué à notre bon­heur ». La pré­si­dente a éga­le­ment sou­li­gné que grâce à l’hu­mour, Pas­cal Ro­billiard avait ob­te­nu d’ex­cel­lentes per­for­mances des cho­ristes. « Mais cette cho­rale n’au­rait pas te­nu sans tes com­pé­tences ».

Le maire a quant à lui sou­hai­té « vous rendre hom­mage au nom de la com­mune, du Bo­cage, pour votre fi­dé­li­té à ce ter­ri­toire, à la mu­sique, aux cho­ristes. Être chef de choeur, c’est avant tout être un bon mu­si­cien, qui doit tra­vailler avant de trans­mettre. C’est pour vous une tra­di­tion fa­mi­liale, mais c’est spor­tif, di­ri­ger, pro­voque de la ten­sion, de s’en­ga­ger, c’est un in­ves­tis­se­ment phy­sique… et puis il faut aus­si être un peu égo­cen­trique, ai­mer être le centre d’at­ten­tion, entre cho­ristes et pu­blic ! » Tou­jours avec hu­mour, Jé­rôme Nu­ry a rap­pe­lé qu’un chef de choeur doit « être psy­cho­logue, face à 40 ou 50 per­sonnes qu’il faut faire pro­gres­ser, être di­plo­mate, abu­ser de li­totes, sa­voir être gen­darme pour ra­me­ner le calme et être un bon ani­ma­teur, ce­lui qui sait mo­ti­ver, fait par­ta­ger son en­thou­siasme et sa pas­sion. Pour toutes ces rai­sons, vous mé­ri­tez cette mé­daille ».

Pas­cal Ro­billiard a re­con­nu qu’il lui « avait fal­lu une cer­taine dose d’in­cons­cience il y a 32 ans pour ini­tier ce pro­jet, je ne sa­vais pas où j’al­lais, mais au­jourd’hui, je sais que ce fris­son entre les omo­plates en est la ré­com­pense ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.