Pas­cal Al­li­zard : « être maire, c’est aus­si prendre des claques »

L'Orne Combattante (SN) - - Condé Et Son Pays - M.T.

Nou­velle gen­dar­me­rie, fer­me­ture d’Al­bert-Ca­mus, com­mune nou­velle, son sou­tien à Alain Jup­pé… Pas­cal Al­li­zard, le sé­na­teur-maire de Con­dé-en-Nor­man­die fait le point sur l’ac­tua­li­té lo­cale et na­tio­nale.

Quel bi­lan faites-vous des pre­miers mois d’exis­tence de Con­dé-en-Nor­man­die, la com­mune nou­velle ?

Les choses se passent bien ac­tuel­le­ment. On a mis en pace une or­ga­ni­sa­tion qui reste très dé­cen­tra­li­sée. Les conseils com­mu­naux conti­nuent d’exis­ter. Les grandes dé­ci­sions bud­gé­taires sont prises à l’échelle de la com­mune nou­velle. Si un pro­jet est agres­sif vis-à-vis des autres com­munes, il est dis­cu­té. Il y a une vraie so­li­da­ri­té. La com­mune nou­velle a été créée dans un sou­ci d’éco­no­mie d’or­ga­ni­sa­tion et de mu­tua­li­sa­tion des moyens. Le seul bé­mol pour le mo­ment, c’est le cas de Prous­sy (NDLR : la com­mune a dit oui… puis non à Con­dé-en-Nor­man­die) où cer­tains élus ont at­ta­qué l’ar­rê­té du pré­fet. L’af­faire est de­vant le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif.

Con­dé-en-Nor­man­die va-t-elle s’agran­dir ?

Oui, il y a des chances. Il y a deux com­munes qui frappent à la porte. Je ne les ci­te­rai pas car je ne veux pas qu’elle su­bisse de pres­sions par­ti­cu­lières. Et puis je ne peux pas vous dire si ce se­ra en 2017, 2018 ou après. Toutes les com­munes li­mi­trophes, no­tam­ment celles qui font par­tie de Con­dé In­ter­com, sont sus­cep­tibles d’in­té­grer Con­dé-enNor­man­die. Il faut convaincre. Je crois en la ver­tu de l’exemple par la preuve.

Quels sont les pro­jets ?

Notre gros su­jet est la tran­si­tion éner­gé­tique avec les éco­no­mies d’éner­gies et le dé­ve­lop­pe­ment du­rable. Il y a des pro­jets d’élec­tro­mo­bi­li­té avec des véhicules électriques dans les ser­vices tech­niques. Il y au­ra des in­ves­tis­se­ments no­tam­ment dans les pro­duc­tions d’éner­gie sur les bâ­ti­ments pu­blics.

Et pour les im­pôts ?

La pé­riode de conver­gence des taux d’im­po­si­tion des six com­munes va se faire sur 13 ans. Nous avons fait un bi­lan sur la pre­mière an­née de fonc­tion­ne­ment, on se­rait de l’ordre de 22 % de pres­sion fis­cale. C’est in­fé­rieur à la moyenne des com­munes de même strate. Nous sa­vons éga­le­ment que le pou­voir d’achat des Con­déens est in­fé­rieur à la moyenne.

« Le mo­dèle ac­tuel ar­rive en bout de course »

Au 1er jan­vier 2017, il y au­ra la grande fu­sion des cinq in­ter­com­mu­na­li­tés…

Son nom : l’in­ter­com­mu­na­li­té de la Vire au Noi­reau re­grou­pe­ra cinq ter­ri­toires : Vire Nor­man­die, Sou­leuvre-en-Bo­cage, Val­dal­lière, l’In­ter­com sé­ve­rine et Con­dé In­ter­com. Elle ras­sem­ble­ra 50 000 ha­bi­tants. Ce se­ra la troi­sième in­ter­com­mu­na­li­té du Cal­va­dos. Elle pè­se­ra dans le dé­par­te­ment. Il faut sa­voir que les com­pé­tences sco­laire et voi­rie re­vien­dront aux com­munes. C’est im­por­tant. Ce­la don­ne­ra des res­pon­sa­bi­li­tés aux maires.

De quoi aus­si leur faire peur…

Ce­la donne du coup du sens aux pro­jets de com­munes nou­velles. La com­pé­tence sco­laire est plus fa­cile à exer­cer à six que tout seul.

Ces pe­tites com­munes sont éga­le­ment in­quiètes de trou­ver leur place dans une grande in­ter­com­mu­na­li­té…

Je com­prends mais la peur n’évite pas le dan­ger. Le mo­dèle ac­tuel ar­rive en bout de course et le nou­veau doit faire ses preuves.

Quelle en se­ra la gou­ver­nance ?

Le siège se­ra à Vire. C’est la ville centre. Après, il y au­ra des per­ma­nences dé­cen­tra­li­sées. Les Con­déens qui au­ront af­faire à la nou­velle in­ter­com­mu­na­li­té ne de­vront pas for­cé­ment al­ler à Vire pour leurs dé­marches. Con­cer­nant la gou­ver­nance, je l’ai dé­jà dit, mais je ne se­rai pas can­di­dat au poste de pré­sident ni de vice-pré­sident. Bien en­ten­du, je se­rai à dis­po­si­tion pour por­ter les pro­jets. Mais il ne fau­dra pas faire de la po­li­tique po­li­ti­cienne. On ne réus­sit pas un pro­jet comme ce­lui-là sans la ville centre. J’es­père que le maire de Vire se re­trouve dans ce que je dis.

Ho­ney­well : « Les chiffres ne sont pas bons »

L’école Al­bert-Ca­mus a fer­mé ses portes. Re­gret­tez­vous ce choix ?

La si­tua­tion était com­pli­quée. Il y avait trois écoles et il fal­lait en gar­der deux. Nous avions dif­fé­rents cri­tères de me­sures ob­jec­tifs. Al­bert-Ca­mus avait le coût moyen de fonc­tion­ne­ment par élève le plus éle­vé (213 €) et la baisse du nombre d’élèves la plus forte (-15 %). Le ca­len­drier était as­sez large pour les pa­rents et en­sei­gnants pour s’or­ga­ni­ser. À noter que le corps en­sei­gnant a fait éga­le­ment un gros tra­vail.

Où en est le pro­jet de nou­velle gen­dar­me­rie ?

Va­lé­rie Des­quesne, conseillère dé­par­te­men­tale, suit le dos­sier. C’est le conseil dé­par­te­men­tal qui a la main des­sus. Deux pro­jets sont en cours de fi­na­li­sa­tion dans le dé­par­te­ment : Con­dé et Bayeux. Main­te­nant le dé­par­te­ment doit trou­ver un in­ves­tis­seur pour por­ter le pro­jet. C’est long mais je suis confiant.

Comment se porte le bas­sin d’em­ploi de Con­dé ?

Les en­tre­prises in­no­vantes s’en sortent, d’autres souffrent. Pour Ho­ney­well, la sous-pré­fète fe­ra un bi­lan quand elle ju­ge­ra né­ces­saire. Glo­ba­le­ment sur le bas­sin, le nombre d’em­plois ac­com­pa­gnés et re­créés est rai­son­nable. Je suis beau­coup plus cri­tique sur le re­clas­se­ment des an­ciens sa­la­riés.

Se­lon vous, le ca­bi­net spé­cia­li­sé n’a pas fait son job ?

Je n’ac­cuse per­sonne. La mis­sion n’est pas fa­cile mais les chiffres ne sont pas bons…

Ce­la fait plus de 20 ans que vous êtes maire, comment a évo­lué votre mis­sion ?

On ne fait plus le même mé­tier. Il y a da­van­tage de réunions qu’avant. On doit faire avec les baisses de do­ta­tions de l’État. On prend éga­le­ment beau­coup plus de coups. Comme dit Gé­rard Lar­cher, le pré­sident du Sé­nat : « On est à por­tée de claques des ha­bi­tants ». Il a rai­son !

Pas­cal Al­li­zard est maire de Con­dé-en-Nor­man­die de­puis jan­vier 2016.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.