Am­biance ma­ro­caine à l’hô­pi­tal de Flers à 2angles

L'Orne Combattante (SN) - - Loisirs - L’ex­po­si­tion est vi­sible jus­qu’au 30 sep­tembre. Pra­tique : Ga­le­rie 2angles, rue Sch­netz. En­trée libre. Ou­vert de 14 heures à 18 heures.

L’ar­tiste-peintre ma­ro­caine, Nou­ra Be­laid, ins­tal­lée à Flers de­puis 2013, ex­pose jus­qu’au 30 sep­tembre à l’hô­pi­tal de Flers. Une cin­quan­taine de toiles de l’ar­tiste est ac­cro­chée dans la ga­le­rie, le cou­loir re­liant le ser­vice ré­ani­ma­tion au pôle mère-en­fant. L’ar­tiste y pré­sente, via dif­fé­rentes tech­niques, des pay­sages ma­ro­cains, de la cal­li­gra­phie, des che­vaux… Celle qui a dé­bu­té la pein­ture à 13 ans n’a, de­puis, ja­mais ces­sé de peindre « sur­tout des su­jets ins­pi­rés de mon pays na­tal, soit à l’acry­lique ou à l’huile, ou des des­sins aux fu­sains ». Nou­ra Be­laid ex­pose pour la pre­mière fois à l’hô­pi­tal après d’autres ex­po­si­tions au centre Emile-Hal­boult ou bien au centre cultu­rel de Le­clerc par exemple.

Le conseil dé­par­te­men­tal de l’Orne et le Centre per­ma­nent d’ini­tia­tives pour l’en­vi­ron­ne­ment des col­lines nor­mandes (CPIE) pro­posent l’ex­po­si­tion « Pre­nez-en de la graine, usages et sa­veurs des plantes sau­vages », à la Mai­son de la Ri­vière et du Pay­sage, jus­qu’au 30 sep­tembre.

Ex­po­si­tion de pein­tures de Joël Si­mon à l’of­fice de tou­risme. Lun­di au sa­me­di : 9 h 30-12 h 30 et 14 h-18 h, jus­qu’au ven­dre­di 23 sep­tembre, of­fice de tou­risme de Pu­tanges, 1, Gran­deRue. Les di­manches et jours fé­riés de 9 h à 13 h. Gra­tuit. Con­tact : 02 33 35 86 57.

Dans le cadre de Nor­man­die Im­pres­sion­niste, l’ar­tiste plas­ti­cienne Gi­sèle Bo­nin est l’in­vi­tée de la ga­le­rie 2angles jus­qu’au 1er oc­tobre. Le ver­nis­sage s’est dé­rou­lé sa­me­di 10 sep­tembre. Une tren­taine d’oeuvres est ex­po­sée, un tra­vail mi­nu­tieux, sur­pre­nant, des des­sins réa­li­sés à la mine de plomb pour la plu­part.

L’ar­tiste ori­gi­naire de Cler­mont-Fer­rand ex­pose ré­gu­liè­re­ment un peu par­tout en France. Elle a tra­vaillé en ré­si­dence à la ga­le­rie 2angles de Flers du­rant l’été « mais je suis l’ac­tua­li­té de la ga­le­rie de­puis son ou­ver­ture en 2002. J’ai connu le di­rec­teur Jé­rôme Le­tein­tu­rier à l’école des Beaux-arts d’An­gers, il y a 20 ans »

Gi­sèle Bo­nin af­fec­tionne par­ti­cu­liè­re­ment le des­sin, les sé­ri­gra­phies. Cette « col­lec­tion » vi­sible à Flers re­pré­sente « des por­traits dé­tour­nés, in­times et per­son­nels ». L’ar­tiste a des­si­né des pieds, des nom­brils, des par­ties de main ou de dos « des par­ties du corps que l’on ne connaît même pas soi-même. Je pho­to­gra­phie mes amis, mes proches, ma fa­mille. Je zoome l’en­droit que m’in­té­resse puis je com­mence mon tra­vail. C’est un ca­drage pré­cis. Les pré­li­mi­naires au des­sin sont par­fois des re­com­po­si­tions par in­for­ma­tique, des mises en scène ».

Un tra­vail mi­nu­tieux

Puis sur une feuille de des­sin, pas trop lisse, Gi­sèle Bo­nin donne plus de re­lief. « Ce ne sont que des points, c’est un tra­vail mi­nu­tieux de su­per­po­si­tion de couches de points. Je ne gomme ja­mais »

En gris ou en rouge ses oeuvres ac­quièrent une cer­taine étoffe, re­pré­sentent au plus juste l’épi­derme, tout y est dans le moindre dé­tail, et pour peu, on s’at­ten­drait à voir la peau res­pi­rer. « Mes mo­dèles sont très sur­pris des ré­sul­tats, ils ne sont pas ha­bi­tués à voir ces par­ties du corps. Elles sont un peu se­crètes, in­times, je les leur dé­voile. Je leur laisse l’ano­ny­mat face au pu­blic. Je suis la seule à sa­voir à qui ap­par­tiennent ces par­ties de corps. Ce sont des por­traits frag­men­tés, j’aime en par­ti­cu­lier re­pré­sen­ter les pieds et les nom­brils pour leur por­tée sym­bo­lique très forte »

Le des­sin est d’une telle pré­ci­sion qu’on pour­rait presque y voir une pho­to­gra­phie. Quelques oeuvres re­pré­sentent des sta­tues an­tiques grecques, d’autres sont ins­pi­rées du sculp­teur Jules Des­bois. « J’ai réa­li­sé une sé­rie « les es­claves » ins­pi­rée par Mi­chel-Ange », sou­ligne éga­le­ment l’ar­tiste.

De­puis toute pe­tite, Gi­sèle Bo­nin des­sine, au­jourd’hui, elle tra­vaille dans son propre ate­lier chez elle. Elle dis­pense des cours de des­sins. « Je suis in­ter­ve­nante en arts plas­tiques pour des pu­blics très va­riés »

Au­cune de ses oeuvres ne porte de si­gna­ture vi­sible de l’ar­tiste. « Je pré­fère la faire au dos du ta­bleau, une si­gna­ture n’ap­porte rien au des­sin. Au contraire c’est quelque chose de trop qui nuit à l’en­semble, en at­ti­rant le re­gard ailleurs »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.