Ni­cole Lé­vêque, fi­gure du se­cou­risme Les bien­faits du mas­sage chez les tout-pe­tits

L'Orne Combattante (SN) - - Flers Et Son Pays - Con­tact : 06 77 02 21 13 ou par mail : flers­ma­ter­nage61@gmail.fr. Plus d’in­for­ma­tions sur le site In­ter­net : flers­ma­ter­nage. over-blog.com.

Une fi­gure du se­cou­risme, Ni­cole Lé­vêque, est dé­cé­dée la se­maine der­nière, à l’âge de 80 ans. Pen­dant plus de qua­rante ans, elle a consa­cré son temps au se­cou­risme. Dans les an­nées 50, en com­pa­gnie de ses pa­rents, elle ar­rive en pre­mier sur les lieux d’un ac­ci­dent entre Flers et Tin­che­bray. Un homme était bles­sé et gi­sait sur le bord de la route. Elle avait alors dé­cla­ré : « Il faut le sau­ver ». Le dé­clic pour le se­cou­risme était né. Elle oeuvre à la Croix Rouge et la Pro­tec­tion ci­vile pour de nom­breuses as­so­cia­tions lors de ma­ni­fes­ta­tions spor­tives ou de grands évé­ne­ments dans la ré­gion.

Celle qui a me­né sa car­rière pro­fes­sion­nelle chez Phi­lips, for­mait, lors de cours du soir, les can­di­dats au bre­vet de pre­miers se­cours : sa­peurs-pom­piers, élèves in­fir­miers, maîtres na­geurs mais aus­si sa­la­riés d’en­tre­prises du dé­par­te­ment. « Elle a tou­jours été pré­sente pour soi­gner les pe­tits bo­bos mais sur­tout pour ai­der à l’in­ten­dance » ex­plique Hen­ri Ge­nis­sel, an­cien pré­sident des Vi­kings Flé­riens avec qui col­la­bo­rait Ni­cole Lé­vêque. « Je suis très heu­reux de l’avoir pré­sen­tée au po­dium spor­tif 2014 en tant que bé­né­vole, elle fut très tou­chée de re­ce­voir le tro­phée des mains d’Yves Goas­doué ».

Hen­ri Ge­nis­sel conser­ve­ra le sou­ve­nir « d’une femme de ca­rac­tère avec un coeur sen­sible et très gé­né­reux ».

La pro­chaine réu­nion de Flers Ma­ter­nage se dé­roule mer­cre­di 5 oc­tobre, de 14 heures à 16 heures, à la mai­son d’ac­ti­vi­tés Saint-Mi­chel.

Au cours de cette séance, les jeunes pa­rents pour­ront échan­ger sur l’al­lai­te­ment et il se­ra ques­tion de détente, plus par­ti­cu­liè­re­ment de mas­sages pour bé­bés et en­fants.

Complicité parent-en­fant

« Le mas­sage fa­vo­rise la complicité parent-en­fant, ce­la peut dé­nouer les si­tua­tions de crise comme le cou­cher. Quand l’en­fant est éner­vé, il amé­liore le som­meil, aide les bé­bés et les en­fants à mieux com­prendre et res­sen­tir leur corps », ex­plique Ra­chel. Les adultes ap­pré­cient les mas­sages, les plus pe­tits aus­si !

Le mas­sage dé­tend l’en­fant qui dis­pose d’un temps calme. C’est le mo­ment pour l’en­fant d’ap­prendre à être si­len­cieux pour mieux res­sen­tir son corps. At­ten­tion tou­te­fois à ne ja­mais im­po­ser un mas­sage !

« Ma fille, de ses 14 mois à ses 2 ans et de­mi ne sup­por­tait pas le mas­sage puis, pe­tit à pe­tit, elle a com­men­cé à ap­pré­cier. Je fai­sais uni­que­ment les pieds au dé­but, puis la tête puis pro­gres­si­ve­ment à sa de­mande j’ai fait le dos, les jambes. D’ailleurs, à 4 ans et de­mi, c’est elle qui me ré­clame le mas­sage. Elle s’en­dort très vite en quelques mi­nutes, j’adore »,

Pour cet ate­lier, il faut pré­voir une ser­viette de toi­lette.

Les réunions de Flers Ma­ter­nage, qui se dé­roulent le pre­mier mer­cre­di du mois, de 14 heures à 16 heures, à la mai­son d’ac­ti­vi­tés Saint-Mi­chel, sont gra­tuites. Elles sont ou­vertes aux couples. ajoute Ra­chel. La salle est adap­tée à l’ac­cueil des fa­milles, avec un es­pace jeux pour les bé­bés et les en­fants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.