Un plan d’éco­no­mies de 600 000 € à en­vi­sa­ger

Pour leur séance de ren­trée, les élus ont eu à dé­battre sur une ving­taine de dos­siers. Par­mi eux, le dé­ve­lop­pe­ment de l’ha­bi­tat, les il­lu­mi­na­tions de Noël. La pros­pec­tive bud­gé­taire de la com­mune était aus­si à l’ordre du jour.

L'Orne Combattante (SN) - - La Ferté Et Son Pays - Mi­chel Mo­ri­ceau

C’est en fin de séance que le maire Jacques Dal­mont et Ja­cky Clé­ment, ad­joint aux fi­nances, ont sou­hai­té ap­por­ter une in­for­ma­tion sur la pros­pec­tive bud­gé­taire de la Ville à par­tir de constats. Tout d’abord, entre 2013 et 2016, une hausse de 18 % des charges de per­son­nel, suite à la re­prise du per­son­nel de l’OFCL et de l’Es­cale et à l’in­té­gra­tion des agents de StMi­chel-des-An­daines et An­toi­gny. Et sur la même pé­riode, une baisse de 17 % des do­ta­tions du fait de la perte de po­pu­la­tion et du plan d’éco­no­mie de l’Etat. « Nous as­sis­tons à un phé­no­mène d’ef­fet ci­seaux où l’au­to­fi­nan­ce­ment ne cesse de di­mi­nuer, alors qu’il doit im­pé­ra­ti­ve­ment cou­vrir le rem­bour­se­ment en ca­pi­tal des em­prunts ».

A ce su­jet, Chan­tal Leu­dière, conseillère d’op­po­si­tion, a ques­tion­né la ma­jo­ri­té sur l’état de la dette. Le maire et son ad­joint l’ont in­vi­tée à se re­por­ter aux do­cu­ments bud­gé­taires 2016. « Notre taux d’en­tem­ment est certes im­por­tant, mais la Ville porte les in­ves­tis­se­ments d’un bas­sin de vie de 20 à 25000 ha­bi­tants » ont-ils ob­ser­vé.

« Pour­suivre la dy­na­mique »

Si d’après les élus, le bud­get de­vrait s’équi­li­brer en 2016 et 2017, grâce aux excédents des an­nées pas­sées, ils es­timent la si­tua­tion pré­oc­cu­pante : « La baisse des do­ta­tions s’est trou­vée ag­gra­vée par la hausse de la par­ti­ci­pa­tion à la pis­cine ; la perte des re­pas pour Ba­gnoles ; les dettes liées à la par­ti­ci­pa­tion aux frais de sco­la­ri­té et au SIR­TOM d’An­daines avec les frais en dé­cou­lant ; le choix du Dé­par­te­ment qui, pour des rai­sons bud­gé­taires, loue­ra et n’achè­te­ra pas les deux ni­veaux de la Tour 16 ré­no­vée ».

Pour faire face, la stra­té­gie de la mu­ni­ci­pa­li­té est « d’agir sur le fonc­tion­ne­ment en im­pac­tant le moins pos­sible les ser­vices ren­dus à la po­pu­la­tion ». La com­mis­sion fi­nances a pro­po­sé l’ob­jec­tif de réa­li­ser des éco­no­mie de fonc­tion­ne­ment à hau­teur de 600 000 € en pleine an­née. Ce plan est à l’étude. « Cette si­tua­tion ne doit pas nous em­pê­cher de pour­suivre la dy­na­mique en­ga­gée » a af­fir­mé le maire.

Ha­bi­tat

Cette si­tua­tion fi­nan­cière amène par ailleurs les élus à me­ner une ré­flexion sur l’ha­bi­tat avec « une ré­no­va­tion du parc exis­tant et la mo­bi­li­sa­tion des friches ap­par­te­nant à la col­lec­ti­vi­té, pour mettre sur le mar­ché des lo­ge­ments cor­res­pon­dant à la de­mande ac­tuelle ». Outre le pro­gramme en­ga­gé sur le quar­tier Pré­vert et l’OPAH (opé­ra­tion pro­gram­mée d’amé­lio­ra­tion de l’ha­bi­tat), trois sites en coeur de ville font l’ob­jet d’une at­ten­tion par­ti­cu­lière. Pour la Mai­son Bo­bot, va­cante de­puis 2013, hor­mis le rez-de­chaus­sée, le maître-d’oeuvre a pro­po­sé une es­quisse de 6 à 8 lo­ge­ments pour 1 285 975 € HT. La col­lec­ti­vi­té ne pou­vant as­su­rer un tel pro­jet fi­nan­ciè­re­ment, il se­ra confié à un in­ves­tis­seur pri­vé pour me­ner l’opé­ra­tion en ac­ces­sion à la pro­prié­té. « Les salles de réunions se­ront trans­fé­rées ailleurs » a as­su­ré le maire. Aline Da­vy a at­ti­ré l’at­ten­tion sur le fait de pou­voir conser­ver des es­paces pu­blics, no­tam­ment pour le sta­tion­ne­ment.

La ré­ha­bi­li­ta­tion de l’îlot Mar­cel-Pierre se­rait éga­le­ment confiée à un in­ves­tis­seur pri­vé avec ré­no­va­tion de la mai­son du sculp­teur et la créa­tion de deux ou trois mai­sons sur le ter­rain. Pour ce qui est de l’îlot Chau­vière, Noëlle Poi­rier, 1er ad­joint, a ren­con­tré les dif­fé­rents pro­prié­taires pour en­vi­sa­ger « un pro­jet d’en­semble ».

Il­lu­mi­na­tions

Mal­gré 7 voix contre et 3 abs­ten­tions, une sub­ven­tion ex­cep­tion­nelle de 500€ a été ac­cor­dée à l’UCIA pour l’achat de dé­co­ra­tions de Noël pour le rond-point de la zone com­mer­ciale du parc et du Bas de Maure. Yves Jeanne s’est op­po­sé à ce choix es­ti­mant que les res­sources de l’UCIA étaient suf­fi­santes pour faire face à cette dé­pense (re­cettes de la foire, des chèques-ca­deaux, aides de dif­fé­rents par­te­naires pri­vés). « De­puis 1912, l’UCIA n’a ja­mais de­man­dé de sub­ven­tion » a-t-il fait ob­ser­ver. Le maire a fait va­loir que, pa­ral­lè­le­ment à ce sou­tien, la Ville ne re­nou­vel­le­ra pas d’autres guir­landes. An­cien pré­sident de l’Of­fice de tou­risme, Thier­ry Pot­tier a ex­pri­mé la crainte que ce soit « une porte ou­verte à d’autres de­mandes ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.