Un hom­mage qui se po­li­tise

L'Orne Combattante (SN) - - Bocage Suisse Normande Entre Et - M.M.

Sur son compte Fa­ce­book, Phi­lippe Se­naux, conseiller dé­par­te­men­tal d’Athis-de-l’Orne, a re­gret­té « qu’au­cun élu de Flers, sauf Hu­bert Ro­bi­lard de l’op­po­si­tion, se soit dé­ran­gé… » pour sou­te­nir les po­li­ciers de Flers ras­sem­blés, mar­di 11 oc­tobre, de­vant le com­mis­sa­riat (lire ci-contre).

La ré­ac­tion de Lo­ri Hel­lo­co, ad­joint au maire de Flers, en charge no­tam­ment des ques­tions de sé­cu­ri­té, ne s’est pas faite at­tendre.

« La mu­ni­ci­pa­li­té de Flers a tou­jours sou­te­nu l’ac­tion du com­mis­sa­riat lors­qu’il s’agit de faire res­pec­ter l’ordre pu­blic », es­time l’élu. Il ajoute, « en juin der­nier, nous avons ré­pon­du à la jour­née na­tio­nale d’hom­mage aux deux po­li­ciers as­sas­si­nés par un ter­ro­riste aux cô­tés des po­li­ciers de Flers. Et qu’est ce que je vois ? Phi­lippe Se­naux, conseiller dé­par­te­men­tal du can­ton d’Athis, flan­qué de Hu­bert Ro­billard, mi­no­ri­té de la mi­no­ri­té mu­ni­ci­pale, qui viennent à ce ras­sem­ble­ment syn­di­cal pour « ap­por­ter leur sou­tien » à la po­lice na­tio­nale tout en nous re­pro­chant de ne pas s’être as­so­ciés à la dé­marche syn­di­cale des po­li­ciers… Mais que les po­li­tiques s’oc­cupent de la po­li­tique ! […] Quand on sou­tient un can­di­dat aux pri­maires de la droite qui a sup­pri­mé 12 000 po­li­ciers en 5 ans, on ne vient pas don­ner des le­çons de sé­cu­ri­té et de moyens aux autres. Cette ten­ta­tive de ré­cu­pé­ra­tion po­li­ti­cienne est pi­toyable […]».

La cam­pagne semble avoir com­men­cé !

Pour le dé­lé­gué lo­cal Un­sa Po­lice, « cet évé­ne­ment est lié à un manque d’ef­fec­tifs ». Un phé­no­mène qui, se­lon lui, est in­hé­rent à l’en­semble du ter­ri­toire y com­pris à Flers. « Nous pa­trouillons à deux par vé­hi­cule. Nous de­man­dons à être trois mais nous n’avons pas as­sez d’ef­fec­tifs », ex­plique le syn­di­ca­liste qui es­time que des at­taques « peuvent ar­ri­ver par­tout en France. Nous avons dé­jà re­çu un cock­tail Mo­lo­tov sur le com­mis­sa­riat », rap­pel­let-il.

Le dé­lé­gué lo­cal constate que le com­mis­sa­riat de Flers en­re­gistre le plus bas ef­fec­tif des trois cir­cons­crip­tions de l’Orne. De plus, « l’ad­mi­nis­tra­tion n’an­ti­cipe pas les dé­parts en re­traite ». Trois fonc­tion­naires sur les 36 per­son­nels ti­tu­laires n’au­raient tou­jours pas été rem­pla­cés à Flers. « C’est 10 % de l’ef­fec­tif », sou­ligne-t-il.

Le syn­di­ca­liste es­time qu’il fau­drait que le com­mis­sa­riat compte « 40 à 41 » per­son­nels pour que les po­li­ciers puissent me­ner à bien leurs mis­sions.

A no­ter que Phi­lippe Se­naux, conseiller dé­par­te­men­tal du can­ton d’Athis, et Hu­bert Ro­billard, conseiller mu­ni­ci­pal d’op­po­si­tion à Flers, étaient pré­sents aux cô­tés des po­li­ciers, ce mar­di 11 oc­tobre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.