Ju­gé pour vio­lences conju­gales

L'Orne Combattante (SN) - - Bocage Suisse Normande Entre Et -

Un Fer­tois de 48 ans a été condam­né mar­di 11 oc­tobre par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel d’Ar­gen­tan pour des vio­lences conju­gales.

Les pre­miers faits datent de sep­tembre 2015. Il au­rait at­tra­pée la vic­time, l’au­rait mise à terre en ten­tant de l’étran­gler, dans un contexte d’al­coo­li­sa­tion. La femme au­rait dé­jà su­bi des vio­lences en juillet 2015. Le mis en cause, à la barre, dit qu’elle l’a me­na­cé avec une bou­teille. Il re­con­naît l’avoir mise au sol et avoir fait ex­près de lui ser­rer le cou pour lui faire mal mais sans faire de traces.

Il se dé­crit comme une per­sonne non vio­lente en temps nor­mal et ad­met qu’il a un pro­blème avec l’al­cool. Concer­nant les faits de juillet, il parle de cha­hut.

Des nou­veaux faits de vio­lences, da­tant du 4 oc­tobre der­nier, lui sont re­pro­chés. La vic­time a por­té plainte. 8 jours d’in­ter­rup­tion de tra­vail lui sont pres­crits. Elle ex­plique, lors de son au­di­tion, que la veille elle lui a dit qu’elle al­lait quit­ter le do­mi­cile conju­gal.

Elle au­rait no­tam­ment re­çu plu­sieurs claques Ques­tion­né, il ad­met ajou­tant qu’il n’ar­rive pas à com­prendre, n’ayant ja­mais été comme ça. La vic­time pré­cise qu’elle a su­bi d’autres vio­lences qu’elle n’a ja­mais avouées.

Le mi­nis­tère pu­blic a l’im­pres­sion que le pré­ve­nu ne réa­lise pas que les faits qu’il a com­mis sont graves avant de re­qué­rir une peine mixte.

Me Elsa Gi­let-Gi­nis­ty, pour la dé­fense, fait état d’un couple dont la re­la­tion est toxique.

À son sens, c’est le contexte d’al­coo­lisme qui a fait que la si­tua­tion a dé­gé­né­ré. Elle sou­ligne que dès le 7 oc­tobre, le pré­ve­nu a fait des dé­marches par rap­port à cette pro­blé­ma­tique.

Dé­cla­ré cou­pable, le pré­ve­nu est condam­né à 6 mois d’em­pri­son­ne­ment avec sur­sis pour les faits de 2015 et à 10 mois d’em­pri­son­ne­ment dont 5 avec sur­sis et mise à l’épreuve de 24 mois pour les der­niers faits.

Il doit par ailleurs ver­ser une somme de 400 € à la par­tie ci­vile pour les vio­lences de juillet 2015.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.