23 in­ternes ar­rivent à l’hô­pi­tal de Flers avec un ac­cueil très cha­leu­reux

Ils sont un ren­fort bien­ve­nu pour l’hô­pi­tal de Flers. 23 in­ternes en mé­de­cine ont in­té­gré l’éta­blis­se­ment pour six mois. Flers Ag­glo et l’hô­pi­tal ont par­ti­cu­liè­re­ment soi­gné leur ac­cueil.

L'Orne Combattante (SN) - - Entre Bocage Et Suisse Normande -

23 in­ternes en mé­de­cine vont pas­ser six mois, entre no­vembre et avril, en stage à l’hô­pi­tal de Flers. Cette an­née, ces étu­diants ont re­çu un ac­cueil par­ti­cu­liè­re­ment cha­leu­reux.

Mer­cre­di 2 no­vembre, ces in­ternes, dont le cur­sus se si­tue entre la 5e et la 8e an­née de mé­de­cine, ont par­ti­ci­pé à une pe­tite jour­née de bien­ve­nue or­ga­ni­sée par Flers Ag­glo et le centre hos­pi­ta­lier Jacques Mo­nod.

Après une pe­tite cé­ré­mo­nie d’ac­cueil à l’hô­pi­tal, la jour­née s’est pour­sui­vie par une vi­site en bus de quelques lieux em­blé­ma­tiques du ter­ri­toire (pôle cultu­rel Jean-Chau­deurge, Mont de Cerisy, mu­sée et parc du châ­teau de Flers…). Ils ont aus­si pu faire un peu de sport et se dé­tendre au centre aquatique Cap­fl’O avec, entre autres ré­jouis­sances, de l’aqua­gym ou de l’aqua­bike.

Le soir, le di­rec­teur de l’hô­pi­tal, Claude Wet­ta, des mé­de­cins, et plu­sieurs élus de Flers dont le dé­pu­té maire et pré­sident de Flers Ag­glo, Yves Goas­doué, ont re­çu les sta­giaires lors d’une ré­cep­tion avec un apé­ri­tif dî­na­toire au Be­verl’inn. La soi­rée s’est pour­sui­vie au Warm up.

En outre, en guise d’ul­time ca­deau de bien­ve­nue, les sta­giaires ont re­çu un Pass + Flers Ag­glo.

Soi­gner la pre­mière im­pres­sion

Der­rière l’ef­fort four­ni par l’éta­blis­se­ment et Flers Ag­glo, afin d’ac­cueillir ces sta­giaires en grande pompe, se niche une vo­lon­té de faire en sorte que leur pre­mière im­pres­sion soit bonne. L’idée est simple : ré­ser­ver un ac­cueil cha­leu­reux pour que ces sta­giaires se sentent bien et aient en­vie de ju­ger Flers et ses en­vi­rons au-de­là des tra­di­tion­nels cli­chés qui planent sur la ville.

Car leur pré­sence est un vé­ri­table plus, au­tant pour le ter­ri­toire que pour le centre hos­pi­ta­lier. Car ces in­ternes sont un ap­port hu­main bien­ve­nu dans l’éta­blis­se­ment. Ils vont in­ter­ve­nir dans des spé­cia­li­tés aus­si va­riées que la ma­ter­ni­té, la mé­de­cine, la pneu­mo­car­dio, la chi­rur­gie, l’en­do­cri­no­lo­gie, la gas­tro-en­té­ro­lo­gie, la chi­rur­gie ORL, la pé­dia­trie, les ur­gences et la ra­dio­lo­gie.

« Sur ce se­mestre, nous avons un bon ni­veau quan­ti­ta­tif. Les services sont plu­tôt bien ser­vis, sauf la psy­chia­trie.

La chi­rur­gie au­rait ai­mé en avoir plus », confie Claude Wet­ta, di­rec­teur de l’hô­pi­tal Jacques-Mo­nod de Flers.

S’ils viennent pour ap­prendre, et sur­tout com­plé­ter leur for­ma­tion théo­rique, ces in­ternes peuvent faire des pres­crip­tions sous l’égide d’un mé­de­cin de l’éta­blis­se­ment. « Les in­ternes sont sou­vent consi­dé­rés comme un ren­fort par les mé­de­cins et c’est aus­si des ap­pre­nants. Donc ils ne peuvent pas non plus être la roue de se­cours pour tout », note Claude Wet­ta

« Il ne faut pas s’at­tendre à ce qu’ils rem­placent des mé­de­cins se­niors mais ils nous aident beau­coup.

Ils peuvent gé­rer beau­coup de pa­tients et de si­tua­tions seuls et ils me ré­fèrent que ceux qui posent pro­blème », pour­suit le Dr Yves Lo­gnone, pré­sident de la com­mis­sion mé­di­cale d’éta­blis­se­ment (au­tre­ment dit le « chef des mé­de­cins »), chi­rur­gien ORL.

Outre le ren­fort bien­ve­nu de ces in­ternes, le Dr Lo­gnone es­time que leur pré­sence sti­mule l’éta­blis­se­ment : « Il ne faut pas né­gli­ger qu’ils nous posent des ques­tions, qu’ils nous sti­mulent. Ça oblige à une re­mise en cause ».

Et, se­lon Claude Wet­ta, l’hô­pi­tal de Flers est un site in­té­res­sant pour ces pro­fes­sion­nels en plein ap­pren­tis­sage : « L’hô­pi­tal de Flers pos­sède la par­ti­cu­la­ri­té d’être pé­da­go­gique pour les in­ternes. Il y a beau­coup de spé­cia­li­tés et un pla­teau tech­nique in­té­res­sant ».

Des am­bas­sa­deurs

En coin, Jacques-Mo­nod es­père un peu que ces mé­de­cins aient en­vie, à l’is­sue de leur for­ma­tion, de s’ins­tal­ler à Flers. « On se dit que ça peut être nos fu­turs mé­de­cins. Par exemple, notre nou­veau chi­rur­gien est un an­cien in­terne » D’ailleurs, l’éta­blis­se­ment compte plu­sieurs mé­de­cins qui sont d’an­ciens in­ternes pas­sés à Flers.

Du cô­té de Flers Ag­glo, l’es­poir est sen­si­ble­ment le même ; l’es­poir de sus­ci­ter l’en­vie d’une ins­tal­la­tion plus longue dans la « ca­pi­tale du bo­cage », d’abord, et sur­tout l’idée que ces in­ternes se­ront, lors­qu’ils par­ti­ront, de bons am­bas­sa­deurs du ter­ri­toire.

« Bien sûr que l’on sou­haite que cer­tains s’ins­tallent à Flers mais au de­là de ce­la, nous leur avons mon­tré les qua­li­tés du pla­teau tech­nique flé­rien et cer­tains équi­pe­ments de l’Ag­glo » ex­plique le dé­pu­té-maire.

« Je leur ai dit : si vous ne res­tez pas, don­nez une bonne image de Flers et de sa ré­gion ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.