De faux pom­piers vendent des ca­len­driers dans le Cal­va­dos

L'Orne Combattante (SN) - - Bocage Et Suisse Normande - Au­drey Che­val­lier

De­puis la mi-no­vembre 2016, des ven­deurs de ca­len­driers frappent à nos portes. Dé­jà quatre plaintes ont été en­re­gis­trées à Vies­soix, au Bé­nyBo­cage, à Prous­sy et à Vas­sy (Cal­va­dos).

Dé­jà quatre plaintes ont été en­re­gis­trées par la com­pa­gnie de gen­dar­me­rie de Vire-Nor­man­die (Cal­va­dos). De­puis la mi-no­vembre 2016, des ven­deurs de ca­len­driers frappent à nos portes. Ha­billés en ci­vil, ils se font pas­ser pour des sa­peurs­pom­piers, des gen­darmes voire des po­li­ciers.

Quatre vic­times, à Vies­soix, au Bé­ny-Bo­cage, à Prous­sy et à Vas­sy se sont dé­jà fait connaître.

« Chaque fin d’an­née, la gen­dar­me­rie constate une re­cru­des­cence des vols aux pré­ju­dices des per­sonnes âgées », dé­voile le ca­pi­taine Do­mi­nique Hau­che­corne, com­man­dant en se­cond à la com­pa­gnie de Vire-Nor­man­die en charge de l’en­quête.

Ces dé­mar­cheurs visent tout par­ti­cu­liè­re­ment les per­sonnes seules. Pour évi­ter toutes ar­naques, les forces de l’ordre rap­pellent que ni les gen­darmes ni les po­li­ciers ne sont ha­bi­li­tés à vendre des ca­len­driers. Seuls y sont au­to­ri­sés, les sa­peurs­pom­piers, les fac­teurs et, dans cer­taines villes, les per­sonnes en charge des or­dures mé­na­gères et/ou de la voi­rie.

Dans tous les cas, ces der­niers ef­fec­tuent leur porte-à-porte vê­tus de leur uni­forme. « Pour ceux en ci­vil, ce sont lo­gi­que­ment des es­crocs. »

Vous pou­vez éga­le­ment, avant même de les in­vi­ter à ren­trer chez vous, leur de­man­der leur carte pro­fes­sion­nelle et les ques­tion­ner sur l’en­droit où ils tra­vaillent. Aus­si, pom­piers et fac­teurs vous re­met­trons obli­ga­toi­re­ment un bon car chaque don est dé­duc­tible des im­pôts.

« Pour ce qui est du fac­teur, le ca­len­drier est par­ti­cu­liè­re­ment re­con­nais­sable », note le ca­pi­taine Hau­che­corne qui sou­ligne que les im­pos­teurs n’hé­sitent pas à faire im­pri­mer de faux ca­len­driers avant d’ef­fec­tuer leur tour­née. « Sur In­ter­net, c’est très fa­cile à faire. »

Le sergent Jean-Marc Go­mez, du centre de se­cours de Con­dé­sur-Noi­reau, tient à pré­ci­ser : « At­ten­tion , les pom­piers de Con­dé sont tou­jours en te­nue lors­qu’ils vont frap­per à votre porte. Dans l’équipe que vous ver­rez cette an­née, vous re­trou­ve­rez au moins un des pom­piers qui se­ra pas­sé chez vous l’an der­nier. Le ca­len­drier qu’ils vous pro­posent est un ca­len­drier per­son­na­li­sé, com­por­tant des pho­tos de pom­piers et des jeunes sa­peurs-pom­piers de Con­dé. Et si vous dou­tez, de­man­dez à voir leur carte de pom­piers. »

En­fin, en cas de doute, re­fu­sez toute tran­sac­tion et con­tac­tez ra­pi­de­ment le Po­lice se­cours au 17 pour si­gna­ler les faits.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.