Saint-De­nis : conflit entre le maire et un ex-agent

L'Orne Combattante (SN) - - La Une - B.M.

Un em­ployé com­mu­nal de Saint-De­nis-de-Mé­ré (Cal­va­dos) a contes­té jeu­di 22 juin de­vant le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Caen sa ra­dia­tion des cadres.

Ce tech­ni­cien a per­du son em­ploi en dé­cembre der­nier. La mu­ni­ci­pa­li­té lui re­proche alors d’avoir aban­don­né son poste, malgré la mise en de­meure qui lui avait été faite de ré­in­té­grer le ser­vice.

L’in­té­res­sé re­con­naît des ab­sences, mais toutes se­raient jus­ti­fiées par des ar­rêts ma­la­die.

À la barre du tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif, il évoque sur­tout des ten­sions avec le maire de la com­mune.

Dans ses conclu­sions, le rap­por­teur pu­blic (ma­gis­trat dont le rôle est de conseiller les juges ad­mi­nis­tra­tifs) re­lève néan­moins que l’in­té­res­sé a bien re­fu­sé de ré­in­té­grer son poste malgré une mise en de­meure. Il ne s’est pas ren­du non plus à une réunion or­ga­ni­sée au préa­lable. Pour le ma­gis­trat, l’aban­don de poste est ca­rac­té­ri­sé. La ra­dia­tion jus­ti­fiée.

Des tâches « illé­gales »

L’agent ter­ri­to­rial in­siste et conteste les faits : il n’a ja­mais re­fu­sé de tra­vailler.

Ou alors « seule­ment quand on m’a de­man­dé des tâches illé­gales », pré­cise-t-il.

En ligne de mire ? Le maire de la com­mune, Jean-Pierre Bi­net, avec qui l’homme semble être en conflit de­puis plu­sieurs mois.

Net­toyage de sa fosse sep­tique, réa­li­sa­tion d’une cour dans la pro­prié­té de son fils « avec le ma­té­riel de la com­mune »… Se­lon le tech­ni­cien, l’élu ne se pri­ve­rait pas pour exi­ger des agents mu­ni­ci­paux qu’ils réa­lisent ses tra­vaux per­son­nels, « et tou­jours sur leur temps de tra­vail ».

L’agent ra­dié en­fonce le clou. « Il m’a même de­man­dé de le conduire à Fa­laise pour al­ler cher­cher son cam­ping-car », dé­taille le tech­ni­cien, pour qui ses pe­tits ar­ran­ge­ments se­raient fré­quents.

« Quelques pe­tits, ça ar­rive »

Ab­sent à l’au­dience, JeanPierre Bi­net nie ca­té­go­ri­que­ment. Pour lui, ces ac­cu­sa­tions sont men­son­gères. « Les agents rendent quelques pe­tits ser­vices, ça ar­rive. Mais tout le monde en pro­fite », re­la­ti­vise le maire de Saint-De­nis-de-Mé­ré.

Le cam­ping-car ? « Ab­surde », s’in­surge l’élu qui se sou­vient être al­lé à Fa­laise avec l’agent ra­dié pour al­ler y cher­cher « du ma­té­riel com­mu­nal, et rien d’autre ». Mis en cause, l’élu crie à la dif­fa­ma­tion.

L’an­cien em­ployé ex­plique lui être vic­time de sa ven­geance.

Em­ployé par la mu­ni­ci­pa­li­té de­puis seize ans, il sou­ligne n’avoir ja­mais eu au­cun pro­blème. Le rap­por­teur pu­blic est moins ca­té­go­rique.

Il s’ap­puie no­tam­ment sur plu­sieurs at­tes­ta­tions pour mettre en doute la bonne foi du re­qué­rant et pro­pose de confir­mer sa ra­dia­tion. Le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif, qui a mis son jugement en dé­li­bé­ré, ren­dra sa dé­ci­sion dans un peu moins d’un mois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.