LES POS­TERS GÉANTS GUI­RA­DO & FI­CKOU

L'Univers du Rugby - - La Une - Par Ar­mel Le Bes­con

Les Bleus partent au com­bat avec dix nou­veaux der­rière le ca­pi­taine Guil­hem Gui­ra­do. Les « No­vès Boys » ont pour mis­sion de pro­duire du jeu et de re­con­qué­rir des sup­por­ters dé­çus par quatre ans d’er­rance. Le Tour­noi 2016 doit ser­vir de trem­plin pour toute une nou­velle gé­né­ra­tion.

War­ren Gat­land, le sé­lec­tion­neur gal­lois, se mé­fie des ad­ver­saires qui ont su­bi une ré­vo­lu­tion après la Coupe du monde. L’équipe d’An­gle­terre était ci­blée mais éga­le­ment la France, dé­sor­mais conduite par Guy No­vès. Le suc­ces­seur de Phi­lippe Saint- An­dré n’entre pas dans le dé­bat des fa­vo­ris et des out­si­ders, il a suf­fi­sam­ment à faire pour éla­bo­rer un nou­veau plan de jeu avec un ef­fec­tif mé­lan­geant an­ciens et no­vices ap­pe­lés pour la pre­mière fois chez les Bleus. Il s’agit d’abord, pour No­vès, de re­cons­truire la mai­son France, lais­sée dans un pi­teux état par « PSA » après quatre ans de bail. Pour cette même rai­son, l’an­cien ma­na­ger du Stade Tou­lou­sain bé­né­fi­cie­ra d’une cer­taine clé­mence sur ce pre­mier Tour­noi. No­tam­ment si le pas­sage de té­moin est franc et di­rect avec les bi­zuts, qui ma­ni­festent de la bonne vo­lon­té et qui ont un gros coeur. Bé­zy, Ca­ma­ra, Chat, Dan­ty, Gour­don, Je­dra­ziak, Poi­rot, Va­ka­ta­wa, Se­rin, O’Con­nor… Ces noms claquent dans le pa­lais et sonne bien aux oreilles car tous sont dé­jà en jambes dans le Top 14. A l’ex­cep­tion de Vi­ri­mi Va­ka­ta­wa qui a aban­don­né le XV il y a deux ans pour s’éman­ci­per au rugby à VII, dans la pers­pec­tive des Jeux Olym­piques de Rio. Guy No­vès se pro­jette sur 2019 et la Coupe du monde au Ja­pon, exac­te­ment comme Ed­die Jones, le nou­veau sé­lec­tion­neur an­glais. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’en a rien à faire de 2016 ! Bien au contraire. L’Ita­lie et l’Ir­lande, ses deux pre­miers ad­ver­saires en l’es­pace d’une se­maine, entre les 6 et 13 fé­vrier, sont bien pré­sents dans son es­prit. « A court terme, ce que j’ai­me­rais voir, c’est un com­por­te­ment. Il faut don­ner le meilleur de la pre­mière à la der­nière mi­nute, sans presque se sou­cier du ré­sul­tat. Il faut ren­trer sur le ter­rain avec une seule en­vie. Pous­ser sa propre ma­chine à l’ex­trême du­rant 80 mi­nutes. »

“La Coupe du monde a mon­tré que les équipes eff icaces avaient dé­ve­lop­pé un style spec­ta­cu­laire. L’ave­nir du rugby passe par du jeu”

Guy No­vès ( sé­lec­tion­neur)

“A court terme, ce que j’ai­me­rais voir, c’est un com­por­te­ment. Il faut don­ner le meilleur de la pre­mière à la der­nière mi­nute sans se sou­cier du ré­sul­tat. Il faut ren­trer sur le ter­rain avec une seule en­vie. Pous­ser sa ma­chine à l’ex­trême du­rant 80 mi­nutes”

Guy No­vès ( sé­lec­tion­neur)

Au- de­là du VI Na­tions 2016 et en se pro­je­tant sur le long terme, le nou­veau pa­tron des Bleus sait qu’il a be­soin d’in­jec­ter du sang neuf ou plu­tôt d’ajou­ter de l’huile à cette mé­ca­nique France rouillée, désar­ti­cu­lée et pour ain­si dire sans vie de­puis le K.- O. su­bi en quarts de fi­nale de la Coupe du monde face aux All Blacks ( 12- 63). Douze joueurs ont moins de 26 ans et seule­ment un tau­lier va sur ses 30 ( Da­mien Chou­ly). Por­té par un élan pa­trio­tique - « On doit mon­trer au pu­blic fran­çais qu’il peut être fier de son équipe » -, Guy No­vès veut ra­tis­ser large, sans fer­mer au­cune porte. Son dis­cours se veut éga­le­ment ferme sur l’exem­pla­ri­té quand un joueur ap­pe­lé porte le maillot tri­co­lore. « Les joueurs du XV de France sont des élus, in­ves­tis de la mis­sion de re­pré­sen­ter le peuple France dans le but de rendre les gens heu­reux. » Un dis­cours ba­sique mais par les temps qui courent, les sup­por­ters ne se­ront pas in­sen­sibles au lan­gage d’un homme qui s’en­gage. S’il a in­té­gré des jeunes, c’est pour créer une nou­velle dy­na­mique et fé­dé­rer au­tour d’un nou­veau groupe. Qu’il ima­gine sain et vo­lon­taire. L’an­cien ma­na­ger des Rouges et Noirs ajoute : « Le pa­lier se fran­chi­ra grâce à un tra­vail d’équipe. Pour don­ner aux jeunes l’en­vie de fran­chir ce cap, je pense qu’il faut don­ner l’exemple. » Le sé­lec­tion­neur tri­co­lore en­tend al­ler au char­bon avec ces bi­zuts qui re­pré­sentent l’ave­nir. « Je veux mon­trer que je suis ca­pable de pas­ser la vi­tesse su­pé­rieure avec eux, les ai­der de toutes mes forces pour qu’ils prennent confiance en eux et ex­ploitent leur ta­lent. » Toutes les lignes ont été tou­chées par le re­nou­vel­le­ment mais des cadres res­tent dans la place pour épau­ler les no­vices. La ligne des trois- quarts voit dé­bar­quer Jo­na­than Dan­ty. Un joueur de 23 ans is­su des rangs du Stade Fran­çais, qui va évo­luer avec Wes­ley Fo­fa­na et un autre jeu­not ex­pé­ri­men­té au ni­veau in­ter­na­tio­nal, Gaël Fi­ckou ( 15 sé­lec­tions). Exit Ma­thieu Bas­ta­reaud qui pe­sait une quin­zaine d’es­sais en 39 sé­lec­tions ! Sé­bas­tien Bé­zy ( 24 ans) ar­rive dans la char­nière alors que les de­mis de mê­lée Sé­bas­tien Tillous- Bordes et Ro­ry Ko­ckott n’ont pas pas­sé l’hi­ver. En troi­sième ligne, le Tou­lou­sain Ya­cou­ba Ca­ma­ra ( 21 ans) et le Ro­che­lais Ke­vin Gour­don dé­boulent pour al­ler au com­bat avec Da­mien Chou­ly et Louis Pi­ca­moles, deux cadres qui ont sau­vé leur peau. En deuxième ligne, c’est le Cler­mon­tois Paul Je­dra­siak qui va se frot­ter au rythme de Yoann Maes­tri et Alexandre Flan­quart. Même chose chez les pi­liers avec la nomination de Jef­fer­son Poi­rot, un gaillard de 23 ans qui réus­sit une ex­cel­lente sai­son à Bor­deaux Bègles et qui se­ra ca­dré par Ui­ni Ato­nio et Ed­dy Ben Arous, alors qu’au ta­lon­nage, le Ra­cing­man Ca­mille Chat se­ra le ben­ja­min de l’équipe à tout juste 20 ans. Chat se­ra do­mes­ti­qué par le nou­veau ca­pi­taine, le Tou­lon­nais Guil­hem Gui­ra­do qui prend du ga­lon après avoir pas­sé al­lè­gre­ment le cap des 38 sé­lec­tions avec 2 es­sais. Le sé­lec­tion­neur n’a pas ter­gi­ver­sé long­temps pour le choix de son ca­pi­taine. Il sait où il veut al­ler avec Gui­ra­do et sur­tout com­ment il veut faire pas­ser le mes­sage. Pro­blème : le nou­veau por­teur du bras­sard ne parle pas an­glais ! En­nuyeux quand on sait que les arbitres com­mu­niquent uni­que­ment dans la langue de Shakes- peare… Un han­di­cap dont la France se se­rait bien pas­sé avant d’at­ta­quer le pre­mier VI Na­tions de l’ère post- « PSA » . A no­ter que Ben­ja­min Fall ( bles­sé) in­cer­tain, Mar­vin O’Con­nor a été ap­pe­lé. Les nou­veau­tés de Guy No­vès s’ins­crivent dans le né­ces­saire ra­jeu­nis­se­ment de l’équipe. Il s’agit aus­si d’im­po­ser un plan de jeu où le « french flair » doit, à moyen terme, re­trou­ver un mi­ni­mum de sens. « La der­nière Coupe du monde a mon­tré que les équipes ef­fi­caces avaient dé­ve­lop­pé un style spec­ta­cu­laire. Notre am­bi­tion, c’est de nous rendre compte que l’ave­nir du rugby passe par du jeu. » Le sé­lec­tion­neur fran­çais a dû tailler dans le vif, faire des choix et rayer des noms, en plus de ceux qui avaient an­non­cé leur re­traite in­ter­na­tio­nale. Les Du­sau­toir, Pa­pé, Szar­zews­ki et Mi­cha­lak, no­tam­ment, ont quit­té les Bleus après la cor­rec­tion su­bie en quarts de fi­nale du Mon­dial. No­vès s’est éga­le­ment pas­sé, outre Bas­ta­reaud, de De­ba­ty, Du­lin, Gui­toune, Nyan­ga et Oue­drao­go. L’ai­lier tou­lou­sain Yo­han Hu­get est un cas à part car il re­vient tout juste de bles­sure. Il reste dans les plans du nou­veau pa­tron du XV de France. Pour jus­ti­fier son vi­rage à 180°, No­vès in­siste sur la mé­thode et le jeu qu’il sou­haite voir dé­ve­lop­per. Quid de la char­nière ? Là, Guy se montre énig­ma­tique. Fran­çois Trinh- Duc bles­sé à l’épaule, il a in­té­gré un troi­sième de­mi- d’ou­ver­ture ( Jean- Marc Dous­sain) pour être co­hé­rent avec son pro­jet. No­vès va de­voir jon­gler entre Maxime Ma­che­naud, Jules Plis­son et les deux nou­veaux, Bé­zy et Dous­sain, alors que le jeune Bap­tiste Se­rin vient pour ap­prendre en pal­liant le for­fait de Mor­gan Par­ra. L’ob­jec­tif est, dit- il, « de faire tour­ner la ma­chine. La char­nière reste le mo­teur de l’équipe. » On le sa­vait dé­jà ! Reste à dé­ter­mi­ner qui au­ra les clés du jeu sous l’ère No­vès. Le VI Na­tions tombe à point nom­mé pour ré­pondre à nos in­ter­ro­ga­tions.

Gaël FI­CKOU

Guil­hem GUI­RA­DO

Ed­dy BEN AROUS

Yoann MAES­TRI

Jules PLIS­SON

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.