PAUL JE­DRA­SIAK

Ré­vé­lé en fin de sai­son der­nière, le jeune deuxième ligne Paul Je­dra­siak a pro­fi­té du Mon­dial pour s’im­po­ser en­core da­van­tage dans les rangs de Cler­mont. A 22 ans, il re­pré­sente l’ave­nir à un poste où l’ex­pé­rience est sou­vent pri­vi­lé­giée. Dé­cou­verte du ph

L'Univers du Rugby - - Sommaire - Par Paul Pé­rié

Re­trou­ver Paul Je­dra­siak sous le maillot du XV de France n’a rien d’une sur­prise. C’est la suite lo­gique d’un par­cours du­rant le­quel le deuxième ligne cler­mon­tois a tou­jours été en avance. Do­té d’un ga­ba­rit im­pres­sion­nant ( 2,00 m, 116 kg), Je­dra­siak est ra­pi­de­ment sor­ti du lot. Dès son plus jeune âge, il dé­pas­sait ses ca­ma­rades de classe d’une bonne tête. Après une an­née de bas­ket, le Cas­tel­rous­sin dé­couvre le rugby à 8 ans. Pour son pre­mier en­traî­ne­ment, il se re­trouve avec… les moins de 15 ans tant son phy­sique est im­pres­sion­nant ! Fils d’un « pi­lier gauche cos­taud et bien ru­gueux » , comme il dit, Paul at­trape le vi­rus et ap­prend à jouer avec ses qua­li­tés phy­siques na­tu­relles.

Dé­jà une ex­pé­rience du maillot bleu

Chez les jeunes, il im­pres­sionne. So­lide, il fait preuve de ma­tu­ri­té et at­tire l’at­ten­tion des re­cru­teurs cler­mon­tois au pôle Espoirs de Tours dès l’âge de 15 ans. L’an­née sui­vante, il est in­cor­po­ré à l’équipe de France U17 avec la­quelle il rem­porte le Tour­noi des VI Na­tions 2010 ( il est ca­pi­taine). Je­dra­siak re­joint fi­na­le­ment le centre de for­ma­tion cler­mon­tois à l’été 2010, après une tour­née en Afrique du Sud. Il in­tègre les Cra­bos de l’ASM. « La pré­pa­ra­tion phy­sique est in­tense, dif­fi­cile. On s’en­traîne deux fois par jour, c’est vrai­ment un ni­veau au- des­sus » , com­mente le jeune homme. En 2011, il est ca­pi­taine des U19 pour une nou­velle tour­née chez les Spring­boks. En pa­ral­lèle, il conti­nue de pro­gres­ser avec les jeunes du club au­ver­gnat. Paul dis­pute ses pre­miers matches en pro en 2013. Il bé­né­fi­cie no­tam­ment des conseils des in­ter­na­tio­naux Ja­mie Cud­more et Ju­lien Pierre. La même an­née, sous les ordres de Fabien Pe­lous, il ter­mine 5e du Mon­dial des U20 avec les Bleuets, dont il est à nou­veau ca­pi­taine. Il dé­clare alors : « On fait une Coupe du monde as­sez po­si­tive, même si on loupe le pre­mier match. On au­rait be­soin de jouer un peu plus de matches in­ter­na­tio­naux en­semble, de se re­trou­ver plus sou­vent mais les choses sont en train de chan­ger. »

La ré­vé­la­tion de la sai­son 2014- 15

C’est au prin­temps der­nier que Je­dra­siak s’est ré­vé­lé aux yeux du grand pu­blic et des ob­ser­va­teurs. Il avait ali­gné cinq ti­tu­la­ri­sa­tions sur les cinq der­niers matches, pro­fi­tant de l’ab­sence du Ca­na­dien Ja­mie Cud­more pour s’im­po­ser dans l’ef­fec­tif cler­mon­tois. Paul forme alors l’at­te­lage avec un autre es­poir fran­çais du poste, Sé­bas­tien Va­haa­ma­hi­na, qui a dé­jà goû­té aux joies de l’équipe de France. L’as­so­cia­tion est re­con­duite dès le dé­but de la sai­son 2015- 16 en l’ab­sence de Cud­more, re­te­nu en sé­lec­tion. De son cô­té, la re­crue sud- afri­caine Flip Van der Merwe dis­pute la Cur­rie Cup avec les Bulls. Les per­for­mances de Je­dra­siak rap­pellent le po­ten­tiel en­tre­vu en fin de sai­son der­nière. Dès le mois d’août, il marque les es­prits, face à La Ro­chelle, en se trou­vant au sou­tien d’une re­lance de Nick Aben­da­non pour ins­crire un es­sai de 80 mètres. Une pré­sence qui dé­montre les qua­li­tés ath­lé­tiques du bon­homme, vé­ri­table deuxième ligne mo­derne. Sa convo­ca­tion pour les tests de dé­but jan­vier ap­pa­raît comme l’abou­tis­se­ment du tra­vail ac­com­pli tout au long de ces an­nées. « C’est une grande fier­té, ap­pré­cie Paul. Les mé­dias m’avaient fait beau­coup de pu­bli­ci­té ces der­niers temps mais je ne vou­lais pas m’en­flam­mer. Le tra­vail est ré­com­pen­sé, c’est sûr, mais je ne suis pas en­core to­ta­le­ment en équipe de France. » Son hu­mi­li­té et son ca­rac­tère ré­ser­vé tranchent avec son im­pli­ca­tion sur le rec­tangle vert. « C’est un joueur exem­plaire sur le ter­rain mais aus­si en de­hors, avec ses co­équi­piers ou l’en­semble du staff. Il est do­té de capacités phy­siques hors normes et il nous montre chaque jour son in­ves­tis­se­ment et sa mo­ti­va­tion. Nous sommes per­sua­dés qu’il a tout pour fran­chir ra­pi­de­ment le der­nier cap, ce­lui qui trans­forme un bon joueur de rugby en un grand joueur de rugby à tra­vers la ré­gu­la­ri­té des per­for­mances » , ex­pli­quait Franck Azé­ma, l’en­traî­neur cler­mon­tois, lors de l’an­nonce de la pro­lon­ga­tion du joueur avec l’ASM ( ils sont dé­sor­mais liés jus­qu’en 2019). S’il n’est peut- être pas en­core un grand joueur, Paul Je­dra­siak est dé­jà in­ter­na­tio­nal. Et à 22 ans, c’est une belle pro­messe pour l’ave­nir sa­chant que le poste de deuxième ligne est gé­né­ra­le­ment ré­ser­vé à des élé­ments d’ex­pé­rience. Par sa jeu­nesse et ses qua­li­tés, le Cler­mon­tois in­carne la re­lève de l’équipe de France. Confir­ma­tion at­ten­due dès le mois de fé­vrier au ni­veau su­pé­rieur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.