Les Gal­lois en out­si­ders

L'Univers du Rugby - - Pays de Galles - Par Ar­mel Le Bes­con

Pas de chan­ge­ments im­por­tants chez les Gal­lois. La seule nou­veau­té est l’ar­ri­vée du de­mi de mê­lée des Scar­lets Aled Da­vies. War­ren Gat­land re­part pour un nou­veau cycle de quatre ans avec la même gé­né­ra­tion do­rée, même si elle n’a plus ga­gné le Tour­noi de­puis 2013. Les dé­pla­ce­ments en Ir­lande et en An­gle­terre se­ront ca­pi­taux pour re­trou­ver la sa­veur d’un titre.

La sé­lec­tion gal­loise est qua­si­ment iden­tique à celle qui évo­luait en Coupe du monde. Le seul nou­veau, Aled Da­vies, pro­fite de la re­traite in­ter­na­tio­nale de Mike Phi­lipps pour trou­ver une place à la mê­lée. On note par ailleurs les re­tours de l’ai­lier Tom James et du troi­sième ligne aile Josh Turn­bull. Le sé­lec­tion­neur, War­ren Gat­land, a jus­ti­fié ses choix : « Notre équipe s’ins­crit dans la conti­nui­té avec des joueurs ex­pé­ri­men­tés. Mais un gar­çon comme Aled ( Da­vies) était sur nos ta­blettes de­puis un bon mo­ment et sa sé­lec­tion prouve qu’il évo­lue à un haut ni­veau au­jourd’hui. Tom ( James) joue très bien avec les Blues cette sai­son et nous avons été im­pres­sion­nés par les per­for­mances de Josh ( Turn­bull) de­puis quelques se­maines. Ces joueurs ont le ta­lent pour briller en sé­lec­tion. » Ain­si, 31 des élé­ments qui consti­tuaient le groupe de la Coupe du monde se re­trouvent au­jourd’hui dans les starts. C’est un ef­fec­tif de 37 joueurs qui a été pré­pa­ré pour le Tour­noi des VI Na­tions. Bat­tu en quarts de fi­nale du Mon­dial par l’Afrique du Sud ( 19- 23) après avoir dis­pu­té une de­mi- fi­nale en 2011, le Pays de Galles pié­tine tou­jours au plus haut ni­veau, mal­gré ses deux vic­toires dans le Tour­noi en 2012 ( Grand Che­lem) et 2013. Gat­land, qui a pro­lon­gé jus­qu’en 2019, prêche pour sa pa­roisse quand il dé­clare : « Le scé­na­rio idéal veut que tous nos joueurs évo­luent au pays si pos­sible. Ce­la va dans le bon sens. On veut être avec eux pour les en­traî­ner, les soi­gner et avoir un sui­vi mé­di­cal. Les gar­der dans nos ré­gions ren­drait celles- ci plus fortes et ai­de­rait par la même oc­ca­sion l’équipe na­tio­nale. » A la tête du XV du Poi­reau de­puis 2007, le Néo- Zé­lan­dais en­tend les cri­tiques à pro­pos d’une gé­né­ra­tion do­rée qui stagne de­puis deux ans alors que l’Ir­lande a pris le lea­der­ship en Eu­rope avec

“La pre­mière jour­née nous don­ne­ra des in­di­ca­tions sur la va­leur des équipes et le po­ten­tiel qu’elles peuvent ex­ploi­ter pour ga­gner le Tour­noi” War­ren Gat­land ( sé­lec­tion­neur)

un groupe moins ta­len­tueux mais plus ef­fi­cace. Gat­land ré­pond aux cri­tiques en ou­vrant le pa­ra­pluie : « Les ré­gions et l’Union ( ndlr : la Fé­dé­ra­tion gal­loise) tra­vaillent en­semble afin de trou­ver la meilleure so­lu­tion pour tous. Nous sommes sous la pres­sion des clubs fran­çais et an­glais qui pro­posent des sa­laires exor­bi­tants aux rug­by­men. Le but est d’es­sayer de gar­der le plus de joueurs pos­sible au Pays de Galles. » L’ar­gu­ment de War­ren Gat­land tient moins la route quand on sait qu’il a sé­lec­tion­né 10 re­pré­sen­tants des Car­diff Blues, 7 des Scar­lets et que deux seule­ment viennent du Top 14 ! Le deuxième ligne Luke Char­te­ris ( Ra­cing 92) et Jo­na­than Da­vies ( Cler­mont), à l’ou­ver­ture, fi­gurent dans cette sé­lec­tion mais ce der­nier fait son come- back. Il n’avait pas dis­pu­té la Coupe du monde à cause d’une bles­sure. Gat­land a pio­ché plus lar­ge­ment chez les An­glais en al­lant cher­cher Brad­ley Da­vies chez les Wasps, Do­mi­nic Da­vies et Rhys Priest­land à Bath tan­dis que George North ( Nor­thamp­ton), Mat­thew Mor­gan ( Bris­tol) et To­mas Fran­cis ( Exe­ter) donnent du vo­lume à l’en­semble. Le dis­cours nuan­cé et pru­dent du coach ki­wi per­met sur­tout de mettre en lu­mière un ca­len­drier dif­fi­cile dans ce VI Na­tions 2016 puisque les Gal­lois iront en Ir­lande, pour com­men­cer la com­pé­ti­tion, avant de se dé­pla­cer à Twi­cken­ham lors de la 4e jour­née, le 12 mars. Entre- temps, ils au­ront re­çu l’Ecosse et la France. Ils ter­mi­ne­ront à Car­diff face à l’Ita­lie. Les deux dé­pla­ce­ments sont pé­rilleux. War­ren Gat­land fait de l’Ir­lande, son pre­mier ad­ver­saire, le fa­vo­ri du Tour­noi. Mais le Néo- Zé­lan­dais sou­ligne aus­si que « le VI Na­tions a une part d’in­con­nu cette an­née. Les nou­veaux en­traî­neurs de la France et de l’An­gle­terre en sont la meilleure illus­tra­tion. Je pense que des équipes peuvent sur­prendre. » Le pa­tron du XV du Poi­reau pense être fixé as­sez ra­pi­de­ment avec ses propres ouailles. Mais ce­la vaut pour beau­coup de for­ma­tions se­lon lui. « La pre­mière jour­née nous don­ne­ra des in­di­ca­tions sur la va­leur des équipes et le po­ten­tiel qu’elles peuvent ex­ploi­ter pour ga­gner le Tour­noi. » Gat­land es­père sur­tout que la sienne ré­pon­dra au dé­fi lan­cé par les Ir­lan­dais qui veulent se mettre en ordre de marche pour réus­sir le hat- trick. Les Gal­lois ont bien com­pris l’en­jeu de ce pre­mier match à Du­blin. « En out­si­ders » , comme le rap­pelle leur sé­lec­tion­neur. L’ab­sence de Leigh Half­pen­ny pour tout le Tour­noi ( li­ga­ments du ge­nou) pose un vrai pro­blème à War­ren Gat­land qui cherche l’homme de la si­tua­tion à l’ar­rière. Liam Williams, qui évo­lue chez les Scar­lets, est une va­leur sûre mais lui aus­si est li­mi­té phy­si­que­ment de­puis la Coupe du monde. Il a no­tam­ment ag­gra­vé une bles­sure au pied. Le sé­lec­tion­neur pos­sède deux joueurs com­plets dans sa ligne de trois- quarts pour oc­cu­per le poste 15 avec Ga­reth Ans­combe ( Car­diff Blues) et Hal­lam Amos ( New­port Gwent Dra­gons). Le dé­bat est ou­vert. Il a éga­le­ment rap­pe­lé des gar­çons comme Tom James et Josh Turn­bull pour dy­na­mi­ser le jeu gal­lois. Les ai­liers ont la belle vie de­puis la sai­son der­nière. La re­nais­sance de James avec Car­diff est sû­re­ment l’oc­ca­sion de ten­ter quelque chose de nou­veau. Le joueur n’avait pas re­mis les pieds en sé­lec­tion de­puis 2010. Dans ce cas, Gat­land de­vra faire bou­ger George North, tou­jours aus­si pro­li­fique avec Nor­thamp­ton mais sou­vent ir­ré­gu­lier en équipe na­tio­nale. Pren­dra- t- il le risque ? Les sup­por­ters gal­lois veulent du spec­tacle, ce que le Pays de Galles peut leur pro­po­ser avec l’im­pact d’une troi­sième ligne tou­jours conduite par le ca­pi­taine Sam War­bur­ton et les fon­ceurs que sont Jus­tin Ti­pu­ric et To­by Fa­le­tau ou Dan Ly­diate. Mais l’ur­gence, c’est de re­ga­gner un titre. Mal­gré un pro­gramme co­ton « on the road » dans le VI Na­tions 2016, cette gé­né­ra­tion peut se lan­cer dans un nou­veau cycle de quatre ans. C’est sû­re­ment aus­si pour ce­la que War­ren Gat­land pré­fé­rait avan­cer en out­si­der.

“Le VI Na­tions a une part d’in­con­nu cette an­née. Les nou­veaux en­traî­neurs de la France et de l’An­gle­terre en sont la meilleure illus­tra­tion. Des équipes peuvent sur­prendre” War­ren Gat­land ( sé­lec­tion­neur)

Liam WILLIAMS

Jo­na­than DA­VIES

Ga­reth DA­VIES

Dan BIG­GAR

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.