L’ANALYSTE

L'Univers du Rugby - - Portraits -

Bon sang ne sau­rait men­tir. Ne­veu de Roy Laid­law, in­ter­na­tio­nal à 47 re­prises, le ca­pi­taine écos­sais Greig Laid­law est de­ve­nu au fil des an­nées une pièce maî­tresse du XV du Char­don. Le de­mi de mê­lée de Glou­ces­ter est au­jourd’hui consi­dé­ré comme l’un des meilleurs à son poste. Preuve en est sa pré­sence dans la liste des no­mi­nés pour le titre de meilleur joueur 2015 aux cô­tés de Dan Car­ter, Da­vid Pocock ou Ju­lian Sa­vea. Laid­law com­pense un ga­ba­rit mo­deste ( 1,75 m, 80 kg) par une in­ten­si­té et une vi­sion du jeu au- des­sus de la moyenne. Pour Bill Johns­tone, l’un des ses pre­miers en­traî­neurs, « le cer­veau de Greig est comme un su­per or­di­na­teur. Il pense très vite et gère par­fai­te­ment le jeu. » Sa ca­pa­ci­té d’ana­lyse s’est ex­pri­mée aus­si bien à l’ou­ver­ture qu’au poste de de­mi de mê­lée, où il s’est dé­sor­mais ins­tal­lé. Vé­ri­table guer­rier sur un ter­rain, il n’a sans doute pas en­core di­gé­ré la dé­faite amère face à l’Aus­tra­lie en Coupe du monde ( 34- 35 en quarts de fi­nale). A 30 ans, Laid­law compte 46 sé­lec­tions - il avait fait ses dé­buts en 2010 - et il oc­cupe la 3e place des meilleurs mar­queurs du rugby écos­sais der­rière Ch­ris Pa­ter­son et Ga­vin Has­tings. Jeune, il avait pour mo­dèle George Gre­gan, qui « a chan­gé la fa­çon dont les de­mis de mê­lée abordent le jeu » , et s’est tou­jours im­po­sé une dis­ci­pline de fer. « Tout est une ques­tion d’éthique de tra­vail. Si tu es as­sez bon, tu y ar­ri­ve­ras » , as­sure- t- il. Un état d’es­prit qu’il sait par­fai­te­ment trans­mettre à ses hommes pour les pous­ser à don­ner le meilleur d’eux- mêmes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.