OYONNAX

Fon­dé en : 1909 • Sta­tut : SASP • Cou­leurs : Rouge et noir • Siège : 4 rue Ray­mond Tis­sot, 01100 Arbent. Tél. : 04 74 81 67 77 • Site In­ter­net : www. uso­rug­by. com • Bou­tique : 91 rue Ana­tole France, 01100 Oyonnax. Tél. : 04 74 75 34 35.

L'Univers du Rugby - - NEWS -

Avec les nou­velles règles, il se­ra sû­re­ment plus com­pli­qué de mon­ter en Top 14 que l’an pas­sé. Oyonnax a sai­si une oc­ca­sion - en or - de ré­in­té­grer l’élite après être des­cen­du dans l’an­ti­chambre la sai­son der­nière. L’USO re­trouve donc le Top 14 après une pe­tite sai­son pas­sée en Pro D2. Main­te­nant, il faut y res­ter ! « Nous vou­lons nous ins­tal­ler du­ra­ble­ment par­mi les meilleurs » , an­nonce le pré­sident, Thier­ry Emin, tout en sou­li- gnant que 2017- 18 se­ra la sai­son de l’in­no­va­tion. S’il n’omet pas la forme de conti­nui­té qu’offre la pré­sence d’Adrien Buononato à la tête du staff ( 40 ans, en­traî­neur des avants, poste qu’il avait te­nu au Ra­cing 92 et au Stade Fran­çais, aux cô­tés de Gon­za­lo Que­sa­da ; ar­ri­vé en dé­but de sai­son der­nière, il est pas­sé di­rec­teur spor­tif), cet exer­cice se­ra bel et bien ce­lui des nou­veau­tés. La pre­mière concerne l’or­ga­ni­sa­tion du staff et sa com­po­si­tion, « dans un fonc­tion­ne­ment qui se­ra trans­ver­sal » , ex­plique le nou­veau di­rec­teur spor­tif en dé­taillant les at­tri­bu­tions. Ce­la concerne Mike Pren­der­gast ( en­traî­neur de l’at­taque ve­nu de Gre­noble), Vincent Kri­scher ( dé­fense, an­cien ana­lyste vi­déo du XV de France, en­traî­neur des Es­poirs du Stade Fran­çais) et Ja­mie Cud­more ( conquête, ex- joueur qui dé­bute au poste). Il y a aus­si ce groupe de 42 joueurs qu’ont in­té­gré 15 nou­veaux : Ju­lien Au­dy ( Bor­deaux- Bègles), Phoe­nix Bat­tye ( Bé­ziers), Cur­tis Browning ( Lyon), Ke­vin Buys ( Brive), Pie­tro Cec­ca­rel­li ( Zebre), Vincent De­ba­ty ( Cler­mont), Hi­ka­we­ra El­liot ( Chiefs), Tim Gi­resse ( Biarritz), Ro­ry Grice ( Gre­noble), Mat­thew Hop­per ( Har­le­quins), Mitch In­man ( Mel­bourne Re­bels), Axel Mul­ler ( Tou­lon), Ch­ris­tian Njewel ( Lyon), Khat­chik Var­ta­nov ( Ra­cing) et Fa­bien Vial ( Bour­goin). Oyonnax pos­sède un peu d’ex­pé­rience en Top 14 car il avait pu ca­pi­ta­li­ser du­rant trois sai­sons. Ce ne se­ra pas un monde nou­veau, mal­gré la jeu­nesse de l’ef­fec­tif et un bud­get li­mi­té ( 16 mil­lions d’eu­ros en­vi­ron). « Comme toutes les équipes, on a en­vie de rê­ver mais la réa­li­té est que nous se­rons les pe­tits, re­con­naît Adrien Buononato. Nous sommes mon­tés tard et même si on avait an­ti­ci­pé, la réa­li­té ap­pa­raît seule­ment quand tu la touches du doigt. On va évi­dem­ment jouer le main­tien. L’ob­jec­tif est de mettre deux équipes der­rière nous. On va être obli­gés d’in­ven­ter notre rug­by, notre iden­ti­té. L’an der­nier, quand il fai­sait beau, nous avions un rug­by

« L’IDÉE EST DE FAIRE DE NOTRE TER­RAIN UN POINT FORT ET UN ATOUT. OYONNAX S’EST CONSTRUIT DE CETTE MA­NIÈRE » ADRIEN BUONONATO

aé­ré. Il a en­suite fal­lu re­ve­nir à un rug­by plus prag­ma­tique et di­rect avec nos avants. Avec la confiance, nous pra­ti­quions un rug­by un peu plus com­plet, comme en fin de sai­son. Je ne suis pas sûr qu’il y ait un gros ef­fet de sur­prise pour les autres équipes du Top 14, d’au­tant qu’on a an­non­cé vou­loir dé­ve­lop­per un jeu à haute in­ten­si­té. »

Pré­ser­ver l’har­mo­nie

Avec quinze re­crues, il va fal­loir un peu de temps au nou­veau staff pour mo­de­ler un col­lec­tif. Mais la tâche n’in­quiète pas le coach en chef : « Le re­cru­te­ment, on l’avait an­ti­ci­pé dès le mois de mars. On s’était dit que l’on fe­rait un re­cru­te­ment Top 14. Tant pis si on de­vait res­ter en Pro D2! Il fal­lait pas­ser un cap et on avait ci­blé des joueurs en fonc­tion du style de jeu qu’on vou­lait pra­ti­quer. L’idée était de pré­ser­ver l’har­mo­nie, de conser­ver la dy­na­mique de tra­vail et d’ap­por­ter une plus- va­lue en termes de qua­li­té mais aus­si en termes d’ap­proche pro­fes­sion­nelle. Ain­si qu’une ou­ver­ture sur un autre rug­by. » N’ou­blions pas que les « Oyo­men » sont les seuls à dis­po­ser d’un ter­rain syn­thé­tique en Top 14. Ça change quoi ? « On évo­lue dans des condi­tions op­ti­males, même l’hi­ver. La sur­face est ra­pide et ce­la per­met de jouer. L’idée est de faire de notre ter­rain un point fort et un atout. Oyonnax s’est construit de cette ma­nière. Le ter­rain a chan­gé, il faut chan­ger la fa­çon de jouer. L’hi­ver, nos concur­rents n’ont pas la chance de bé­né­fi­cier de ces condi­tions. Ça doit de­ve­nir un avan­tage. Il fal­lait se ren­for­cer avec des joueurs mas­sifs et des élé­ments d’ex­pé­rience rom­pus à une telle com­pé­ti­tion. D’où l’ar­ri­vée d’un gar­çon comme Matt Hop­per qui a l’ex­pé­rience du cham­pion­nat an­glais. On avait aus­si be­soin de re­pré­sen­tants de l’hé­mi­sphère Sud pour dé­ployer un rug­by plus ou­vert. » Une nou­velle tri­bune du stade Charles Ma­thon pro­pose 4 000 places sup­plé­men­taires. Oyonnax peut abor­der cette sai­son avec du bon ma­tos !

Vi­lia­mi MA’AFU

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.