MONTPELLIER

Fon­dé en : 1986 • Sta­tut : SASP • Cou­leurs : Bleu et blanc • Siège : 500 ave­nue de Va­nières, 34070 Montpellier • Site In­ter­net : www. montpellier- rug­by. com • Jour­nal du club : Im­pact Ma­ga­zine by MHR • Bou­tique : Bou­tique of­fi­cielle Al­trad Sta­dium, 500 a

L'Univers du Rugby - - NEWS -

Vern Cot­ter est de re­tour en France et c’est tant mieux ! Après huit sai­sons à la tête de Cler­mont, le tech­ni­cien néo- zé­lan­dais s’est ap­pli­qué, pen­dant trois ans, à re­don­ner des cou­leurs à l’Ecosse. Le voi­ci au­jourd’hui de re­tour sur les bancs du Top 14, avec un staff tout neuf com­po­sé d’hommes qui le connaissent bien. Sa mis­sion consiste, à terme, à rap­por­ter le Bren­nus à Montpellier. Mal­gré de très gros moyens, le club n’a ja­mais réus­si à fê­ter un titre de cham­pion de France place de la Co­mé­die. Cot­ter vi­se­ra dans un pre­mier temps la qua­li­fi­ca­tion en phase fi­nale. Avec l’ar­ma­da de re­crues que le pré­sident Mo­hed Al­trad lui a of­ferte, ce de­vrait être une simple for­ma­li­té. Pi­ca­moles, Ca­ma­ra, Pie­naar ou en­core Cru­den : c’est le top ni­veau mon­dial qui dé­boule dans l’Hé­rault ! « Nous avons construit un ef­fec­tif ca­pable de ri­va­li­ser avec les grosses cy­lin­drées que sont Cler­mont, Tou­lon, La Ro­chelle, le Ra­cing 92 et le Stade Tou­lou­sain. Il y a un vrai pro­jet qui a été lan­cé par le pré­sident Al­trad et tout ce­la doit me­ner à la plus haute marche. On sent qu’il y a beau­coup d’am­bi­tion » , sou­ligne le nou­veau coach. Vern Cot­ter veut tout sim­ple­ment mettre fin à la « pa­ren­thèse » sud- afri­caine. Une page doit se tour­ner dans l’his­toire du MHR. La der­nière avait

« NOTRE TRA­VAIL EST DE FÉDÉRER, DE FAIRE VE­NIR LES GENS AU STADE. NOTRE VI­SION ? PRO­PO­SER UN VRAI SPEC­TACLE SUR LE TER­RAIN » VERN COT­TER

nour­ri beau­coup de po­lé­miques et iso­lé Montpellier, le cou­pant de l’af­fec­tion du pu­blic à cause, no­tam­ment, de la froi­deur de son an­cien en­traî­neur, cham­pion du monde en 2007 avec les Spring­boks. Vern Cot­ter veut se lan­cer dans une opé­ra­tion Re­con­quête. Dou­blée d’une opé­ra­tion Sé­duc­tion. « Notre tra­vail est de fédérer, de faire ve­nir les gens au stade. Notre vi­sion ? Pro­po­ser un vrai spec­tacle sur le ter­rain, quelque chose qui puisse lier les joueurs et les sup­por­ters. On veut que les gens qui ne savent pas quoi faire le week- end viennent au stade ! Pour moi, c’est très simple, il s’agit de s’amé­lio­rer dans tous les sec­teurs : tech­nique, tac­tique, phy­sique, psy­cho­lo­gique, nu­tri­tion­nel… Dans notre fa­çon de vivre, éga­le­ment. On doit sa­voir pour­quoi on se lève le ma­tin. Et ve­nir au tra­vail avec la pêche parce qu’on aime ce qu’on fait. »

Plus de bal­lon, plus de plai­sir, plus de spec­ta­teurs

Plus de bal­lon, plus de plai­sir, plus de monde au stade : le nou­vel en­traî­neur de Montpellier a pro­mis un jeu, un rug­by et une culture « dif­fé­rents phi­lo­so­phi­que­ment » . Un jeu s’ap­puyant sur la dé­fense de son pré­dé­ces­seur, Jack White. « J’ai une cer­taine idée du rug­by et on va par­tir de cette idée mais en se mon­trant in­tel­li­gents, en cher­chant à s’adap­ter, parce que tout change tout le temps, sou­ligne Cot­ter. Il faut créer, dé­ve­lop­per, in­no­ver, en s’ap­puyant sur les qua­li­tés de ce groupe. Le plus im­por­tant, c’est que les joueurs s’amé­liorent sans cesse. Voir un groupe gran­dir, être plus ef­fi­cace sous la pres­sion est un grand mo­tif de sa­tis­fac­tion pour un coach. On dé­marre quelque chose qui se­ra peut- être dif­fé­rent phi­lo­so­phi­que­ment, je le re­dis. On va dé­fi­nir entre nous l’iden­ti­té de jeu et on va dé­ve­lop­per ça avec les lea­ders. Il y a des joueurs de ca­rac­tère dans ce groupe. Et le rug­by dé­marre tou­jours avec du ca­rac­tère. » Vern Cot­ter re­con­naît que les trois an­nées pas­sées à la tête de la sé­lec­tion écos­saise l’ont un peu chan­gé. Il re­garde l’ova­lie au­tre­ment. « Je sais mieux voir ce qui marche ou pas. J’ai aus­si vu ce qui se passe à un très haut ni­veau. Ça m’a ai­dé à m’en­ri­chir en tant qu’en­traî­neur. En tant qu’homme, éga­le­ment. » Dès son pre­mier stage de pré­pa­ra­tion, le nou­veau coach mont­pel­lié­rain a in­té­gré le bal­lon aux exer­cices phy­siques. C’était nou­veau et les joueurs étaient ra­vis. « C’est im­por­tant de jouer avec le bal­lon. Il faut être ca­pable de maî­tri­ser beau­coup de gestes suite à un jeu au pied, une passe courte, une passe longue… Il faut être ca­pable, aus­si, de pos­sé­der une bonne tech­nique in­di­vi­duelle, de tra­vailler l’évi­te­ment, le chan­ge­ment d’ap­puis avant contact… Tout ça peut se ré­gler en même temps que la pré­pa­ra­tion phy­sique. Le rug­by est un sport très dur et c’est dans les états de fa­tigue avan­cée qu’on voit les très bonnes équipes. » Avec Vern Cot­ter, Montpellier s’est vrai­ment don­né les moyens de ses am­bi­tions.

Be­noît PAILLAUGUE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.