BOR­DEAUX

L'Univers du Rugby - - NEWS -

« IL FAUT CHAN­GER D’ÉTAT D’ES­PRIT, IL FAUT DURCIR CE CLUB. IL S’EST CONSTRUIT SUR UNE SU­PER HIS­TOIRE, TRÈS FA­MILLE, TRÈS FÊTE… MAIS LES ÉQUIPES QUI RÉUS­SISSENT AU PLUS HAUT NI­VEAU AJOUTENT QUELQUE CHOSE À ÇA. IL FAUT DURCIR LES EN­TRAέNE­MENTS, L’ÉTAT D’ES­PRIT, LE JEU… » LAURENT MARTI

Ce­la fait trois ans que Bor­deaux- Bègles échoue aux portes des phases fi­nales. C’en est trop ! Deuxième du clas­se­ment en no­vembre, l’UBB s’est ef­fon­drée pour ter­mi­ner à la 11e place. Entre- temps Ra­phael Ibañez a été re­mer­cié. Jacques Bru­nel, an­cien sé­lec­tion­neur de l’équipe d’Ita­lie, a re­pris la barre du ba­teau… ivre. Le pré­sident Laurent Marti veut chan­ger de stra­té­gie. « On a sen­ti qu’on ar­ri­vait au bout d’un sys­tème, re­con­naît- il. Il y a eu un gros cycle de dix ans. On est par­tis de pas grand- chose et on peut dire que la sai­son der­nière, on s’est co­gnés, on a sen­ti qu’on ar­ri­vait au bout. En Cham­pions Cup, on a fait un par­cours in­croyable. On ne se qua­li­fie pas parce que nous sommes les rois des c… Le 19 no­vembre, on est 2es du cham­pion­nat. Pire que ça : à 20 mi­nutes de la fin, lors de la der­nière jour­née, au Ra­cing, on est à un rien de la 6e place. Fi­na­le­ment, on perd et on se re­trouve 11e… Il faut chan­ger d’état d’es­prit, il faut durcir ce club. Il s’est construit sur une su­per his­toire, très fa­mille, très fête… Mais les équipes qui réus­sissent au plus haut ni­veau ajoutent quelque chose à ça. Il faut durcir les en­traî­ne­ments, l’état d’es­prit, le jeu… On dé­marre un deuxième cycle, avec à peu près les mêmes armes. Ce club est struc­tu­ré, so­lide. » Il y avait un staff à re­cons­truire suite aux dé­parts de Ra­phaël Ibañez ( ma­na­ger), Emile Nta­mack ( en­traî­neur des ar­rières) et Bruce Rei­ha­na ( en charge de la tech­nique in­di­vi­duelle). Laurent Marti, le pré­sident de l’Union Bor­deaux- Bègles, a du pain sur la planche pour me­ner sa for­ma­tion plus haut, même s’il tient son nou­veau ma­na­ger en la per­sonne de Jacques Bru­nel. Un coach des avants que le pa­tron du club gi­ron­din a choi­si de confir­mer en tant que nu­mé­ro un de l’en­ca­dre­ment au len­de­main de la courte dé­faite concé­dée à La Ro­chelle ( 16- 5). « Jacques est la bonne per­sonne. C’est quel­qu’un qui a beau­coup d’ex­pé­rience et qui fait preuve de prag­ma­tisme » , ex­plique- t- il, convain­cu que ce­lui qui a été cham­pion de France avec Per­pi­gnan ( 2009), en­traî­neur des avants du XV de France ( 2001– 07) et sé­lec­tion­neur de l’Ita­lie ( 2012– 16) est vé­ri­ta­ble­ment l’homme de la si­tua­tion. Il se­ra se­con­dé par trois Bri­tan­niques. A ses cô­tés, on trouve le Nord- Ir­lan­dais Je­re­my Da­vid­son ( avants) et l’An­glais Ro­ry Teague ( trois- quarts) qui re­trouve son com­pa­triote Joe Wors­ley ( dé­fense). Voi­là qui laisse pré­sa­ger quelques chan­ge­ments dans le fonc­tion­ne­ment du groupe et for­cé­ment dans le jeu. Cô­té re­cru­te­ment, Bor­deaux en a fi­ni avec les grosses poin­tures comme Ian Ma­di­gan ou Adam

Cy­ril CAZEAUX

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.