BOR­DEAUX

• Fon­dé en : 2006 • Sta­tut : SASP • Cou­leurs : Bor­deaux et blanc • Siège : 25 rue Del­phin Loche, 33130 Bègles • Site In­ter­net : www. ub­brug­by. com • Bou­tique : shop. ub­brug­by. com

L'Univers du Rugby - - Sommaire -

Nou­velle dés­illu­sion pour le club bor­de­lais la sai­son der­nière avec une 10e place, loin des am­bi­tions d’un club qui n’a tou­jours pas ac­cro­ché les phases fi­nales de­puis son re­tour en Top 14 en 2011. L’ar­ri­vée de Jacques Bru­nel à l’in­ter­sai­son avait pour ob­jec­tif de faire pas­ser un cap à l’UBB mais l’an­cien ad­joint de Ber­nard La­porte avec le XV de France a été ap­pe­lé, en jan­vier, à prendre les rênes de l’équipe de France. Pro­pul­sé ma­na­ger gé­né­ral, Ro­ry Teague n’a pas réus­si à créer un nou­veau souffle et les Gre­nats ont ter­mi­né dans le ventre mou du Top 14. Les re­la­tions entre le ma­na­ger et l’en­traî­neur en charge des avants, Jeremy Da­vid­son, n’ont cer­tai­ne­ment pas contri­bué à faire ré­gner un cli­mat se­rein au­tour de l’équipe. Le pré­sident Laurent Mar­ti a ce­pen­dant re­nou­ve­lé sa confiance à Ro­ry Teague, ré­gu­liè­re­ment cri­ti­qué, en le pro­lon­geant jus­qu’en 2021. Le pa­tron du club a quand même re­con­nu cer­taines er­reurs dans sa ges­tion. « Je fais mon mea culpa. J’ai beau­coup ré­flé­chi à ce qui s’est pas­sé ces der­nières an­nées et je me suis ren­du compte que j’avais ten­dance à fa­bri­quer les staffs et à cé­lé­brer moi- même les ma­riages, a ain­si dé­cla­ré Laurent Mar­ti dans le quo­ti­dien ré­gio­nal « Sud Ouest » . C’est une grosse er­reur. » Cette fois, il a don­né carte blanche à son ma­na­ger an­glais pour choi­sir ses ad­joints. Le jeune re­trai­té Jean- Bap­tiste Poux se­ra en charge de la mê­lée et l’An­glais Luke Nar­ra­way s’oc­cu­pe­ra de la touche. « Jean- Bap­tiste, c’est l’im­mense ex­pé­rience d’un mec pour qui j’ai beau­coup de res­pect, ex­plique Ro­ry Teague. L’UBB va pou­voir bé­né­fi­cier de son sa­voir et de ses pré­cieux en­sei­gne­ments. Luke, quant à lui, a dé­jà joué en France. Il a été ca­pi­taine de l’USAP. Il parle très bien le fran­çais. Je le connais bien, nous avons gran­di en­semble à Glou­ces­ter, en équipe pre­mière. C’est quel­qu’un de pas­sion­né et un gros bos­seur. Je sais que je peux comp­ter sur lui pour mettre toute son éner­gie au ser­vice de son nou­veau club. » L’UBB s’est éga­le­ment do­tée d’un nou­veau di­rec­teur de la

« J’AVAIS TEN­DANCE À FA­BRI­QUER LES STAFFS ET À CÉ­LÉ­BRER MOI- MÊME LES MA­RIAGES. C’EST UNE GROSSE ER­REUR » LAURENT MAR­TI, PRÉ­SIDENT

per­for­mance, dé­but mai, avec l’ar­ri­vée de Pierre Aus­truy qui a pas­sé cinq ans dans le rug­by à XIII, en Aus­tra­lie et en Nou­velle- Zé­lande. « Son vé­cu se­ra es­sen­tiel pour nous per­mettre de dé­fi­nir une vi­sion et pour at­teindre nos ob­jec­tifs pour la sai­son 2018- 19 et au- de­là » , ajoute Ro­ry Teague.

In­ter­sai­son mou­ve­men­tée

Cô­té joueurs aus­si, l’in­ter­sai­son a été mou­ve­men­tée avec pas moins d’une quin­zaine de dé­parts pour au­tant d’ar­ri­vées. Jay­den Spence a imi­té Jean- Bap­tiste Poux en rac­cro­chant les cram­pons alors que des an­ciens comme Hugh Chal­mers, Loann Gou­jon, Si­mon Hi­ckey ou Me­tui­se­la Ta­le­bu­la ont mi­gré sous d’autres cieux. Le pi­lier Sé­bas­tien Tao­fi­fe­nua a re­joint son frère Ro­main à Tou­lon. Mais l’UBB ne se­ra pas dé­mu­nie la sai­son pro­chaine puis­qu’elle a pro­cé­dé à un re­cru­te­ment consé­quent. L’ex­pé­ri­men­té de­mi d’ou­ver­ture aus­tra­lien Brock James vient ap­por­ter son sa­voir- faire. Il se­ra par ailleurs en charge du jeu au pied au­près de l’en­semble des trois- quarts. Un bon tu­teur pour le très pro­met­teur Mat­thieu Ja­li­bert qui a goû­té, la sai­son der­nière, à l’équipe de France. Les lignes ar­rières sont no­tam­ment ren­for­cées par les si­gna­tures du Fid­jien Se­mi Ra­dra­dra et des sur­puis­sants Néo- Zé­lan­dais Se­ta Ta­ma­ni­va­lu et George Tils­ley. On at­tend beau­coup aus­si de deux jeunes très bons, Ni­co­las Pla­zy et Ro­main Bu­ros. De­vant, si la tête d’af­fiche est sans au­cun doute l’in­ter­na­tio­nal aus­tra­lien Kane Dou­glas, le club au sca­pu­laire a vou­lu mi­ser sur des joueurs qui connaissent bien le cham­pion­nat de France. C’est le cas des pi­liers Vi­lia­mu Afa­tia et Laurent Del­boul­bès et du troi­sième ligne Afa Amo­sa. In­ter­ro­gé par France 3 sur les am­bi­tions de l’équipe, le pré­sident Laurent Mar­ti a ex­pli­qué qu’il était né­ces­saire de pro­cé­der à tous ces chan­ge­ments pour es­pé­rer mieux fi­gu­rer en Top 14. « De­puis deux ans, nous stag­nons. Mais stag­ner, ça veut dire ré­gres­ser au clas­se­ment parce que des équipes comme Lyon, Pau et La Ro­chelle nous ont rat­tra­pés puis dou­blés. Eux ont bien tra­vaillé. Donc, il fal­lait chan­ger quelque chose. » Il as­sure ce­pen­dant que l’UBB ne s’est pas fixé d’ob­jec­tifs pré­cis. « L’an­née pro­chaine, vous au­rez onze équipes qui pour­ront pré­tendre aux six pre­mières places. On rêve de ren­trer dans le Top 6, tout le monde le sait, mais la ba­taille s’an­nonce très rude. » Pour le ma­na­ger Ro­ry Teague, « le sou­hait du groupe est bien sûr d’in­té­grer ce Top 6. Mais tu ne peux pas at­ta­quer la sai­son très fort puis t’écrou­ler jus­qu’à Noël… » Il cite l’exemple des Cas­trais, cham­pions de France, qui ont in­té­gré les places qua­li­fi­ca­tives au­tour du mois de no­vembre et qui ont te­nu le coup jus­qu’au bout. « Les joueurs ont com­pris. Ils connaissent les ni­veaux de tra­vail et de ré­cu­pé­ra­tion à at­teindre pour fran­chir un cap, juge l’An­glais. Ce n’est pas une for­mule com­pli­quée. En ce qui nous concerne, on va res­ter sur des choses simples et at­ta­quer le cham­pion­nat à fond. » Pour être fin prête, l’UBB a op­té pour un stage en Afrique du Sud du 11 au 18 août, au cours du­quel elle af­fron­te­ra les Sharks de Dur­ban. Une op­por­tu­ni­té, pour le groupe, de voir autre chose. Et, pour le club, de ga­gner en vi­si­bi­li­té à l’in­ter­na­tio­nal.

Mat­thieu JA­LI­BERT

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.