PER­PI­GNAN

L'Univers du Rugby - - Sommaire -

Fon­dé en : 1902 Sta­tut : SASP Cou­leurs : Bleu azur, Sang et Or Siège : Stade Ai­mé Gi­ral, 11 al­lée Ai­mé Gi­ral, 66000 Per­pi­gnan Site In­ter­net : www. usap. fr Bou­tiques : Quai Sa­di Car­not, 66000 Per­pi­gnan ; Stade Ai­mé Gi­ral, 11 al­lée Ai­mé Gi­ral, 66000 Per­pi­gnan.

Il y a quatre ans, la re­lé­ga­tion de l’USAP en Pro D2 avait été vé­cue comme un séisme par beau­coup d’ob­ser­va­teurs de l’ova­lie. Club his­to­rique du rug­by fran­çais, avec l’un des pu­blics les plus bouillants du pays, Per­pi­gnan quit­tait l’élite pour la pre­mière fois de­puis plus d’un siècle. Un coup de mas­sue au­quel s’ajou­taient des dif­fi­cul­tés fi­nan­cières, qui met­taient le club sang et or en pé­ril. Sans dire que tout ce­la est ou­blié, l’USAP a re­trou­vé sa fier­té. Le club se tourne dé­sor­mais vers le fu­tur avec ce titre de cham­pion de France de Pro D2 dé­cro­ché au terme d’une sai­son pleine de maî­trise. L’en­traî­neur Pa­trick Ar­let­taz, sur le banc lors de la re­lé­ga­tion et de re­tour au dé­but de la sai­son pas­sée, est l’un des sym­boles de ce re­nou­veau. Pour le pré­sident Fran­çois Ri­vière, qui a pris les rênes du club l’an­née de la des­cente, ce ré­sul­tat a aus­si un pe­tit goût de re­vanche, comme il le confiait au « Fi­ga­ro » . « Je suis ar­ri­vé il y a quatre ans et, je le re­con­nais très vo­lon­tiers, je de­vais ap­prendre ce mé­tier. Par mo­ments, il y a eu des cri­tiques dif­fi­ciles, que je n’ai pas ou­bliées. Alors, c’est vrai que ( cette accession), ça fait plai­sir. » S’il se pré­sente avec un bud­get comp­tant par­mi les plus faibles du lot ( en­vi­ron 16 mil­lions d’eu­ros), le club ca­ta­lan veut se don­ner les moyens de res­ter dans l’élite et de s’y ins­tal­ler du­ra­ble­ment. Conscient des exi­gences du haut ni­veau, le di­rec­teur spor­tif, Ch­ris­tian Lan­ta, ex­pli­quait après l’ob­ten­tion du titre que l’USAP avait be­soin d’au moins huit joueurs. Ju­geant l’ef­fec­tif dé­jà un peu court pour la Pro D2, il sa­vait qu’il était né­ces­saire d’étof­fer son groupe. D’au­tant que plu­sieurs an­ciens ont rac­cro­ché les cram­pons ou n’ont pas été conser­vés, comme Alas­dair Stro­kosch, Ro­main Millo- Ch­lus­ki, Jacques- Louis Pot­gie­ter et Li­fei­mi Ma­fi. Les Sang et Or ont cher­ché des joueurs ca­pables d’ap­por­ter ra­pi­de­ment quelque chose à ce ni­veau tout en gar­dant l’os­sa­ture d’une équipe qui vit bien et qui a pro­po­sé un jeu of­fen­sif tout au long de la sai­son écou­lée. An­cien de la mai­son, Da­vid Mé­lé, cham­pion de France avec l’USAP en 2009, est de re­tour pour ap­por­ter son vé­cu et son ex­pé­rience. Pour Ch­ris-

« ON PASSE DU RÊVE À LA RÉA­LI­TÉ » CH­RIS­TIAN LAN­TA, DI­REC­TEUR SPOR­TIF

tian Lan­ta, le po­ly­va­lent de­mi, « joueur de ca­rac­tère, lea­der et bu­teur ef­fi­cace, doit ap­por­ter une vraie plus- va­lue à l’ équipe » . C’est éga­le­ment ce qui est at­ten­du du Sud- Afri­cain Wan­dile Mje­ke­vu, pas­sé par le club entre 2013 et 2015. D’autres élé­ments aguer­ris au Top 14 viennent com­plé­ter l’ef­fec­tif, à l’image des an­ciens Pa­lois Syl­vain Char­let et Ma­sa­lo­sa­lo Tutaia ou des cham­pions de France Eric Sione et Afu­si­pa Tau­moe­peau. Au fi­nal, ce sont onze nou­veaux joueurs qui por­te­ront les cou­leurs de l’USAP cette sai­son. Un pa­ri, ce­lui ten­té avec l’ou­vreur in­ter­na­tio­nal ir­lan­dais Pad­dy Jack­son, écar­té de l’Ul­ster à la suite d’un pro­cès pour viol et qui s’est en­ga­gé pour deux ans. Ecar­té des ter­rains de­puis un an, il de­vra ra­pi­de­ment se re­mettre au ni­veau pour se fondre dans le col­lec­tif ca­ta­lan. A 26 ans, il va ten­ter de re­lan­cer une car­rière qui s’an­non­çait pro­met­teuse et sur­tout, es­sayer de lais­ser der­rière lui cette sombre af­faire.

En­thou­siasme et en­vie

« Je suis ex­ci­té, bien sûr, à l’idée de re­jouer, confiait le de­mi d’ou­ver­ture ir­lan­dais à France Bleu après son pre­mier en­traî­ne­ment. Je veux vite re­trou­ver mon meilleur ni­veau. J’ai peut- être un peu rouillé pen­dant tout ce temps mais pas trop. Je vais ap­prendre la culture de l’équipe, je vais re­trou­ver le ter­rain et ça, c’est bien. » Pour s’in­té­grer au mieux, Pad­dy Jack­son a fait part de sa vo­lon­té d’ap­prendre ra­pi­de­ment le fran­çais. Aux yeux du di­rec­teur spor­tif, la re­prise s’est par­fai­te­ment bien pas­sée et tout le monde tire dans le même sens. « Il me semble que l’amal­game entre les an­ciens et les nou­veaux joueurs se fait au mieux » , as­su­rait ain­si Ch­ris­tian Lan­ta, conscient que le plus dur ar­rive pour son équipe. « Il y a beau­coup d’en­thou­siasme, beau­coup d’en­vie. Beau­coup de crainte, aus­si… Il y avait une vo­lon­té d’ac­cé­der au Top 14. C’était un rêve il y a quelque temps. Et là, on passe du rêve à la réa­li­té. » L’am­bi­tion est claire pour l’USAP, se main­te­nir coûte que coûte pour per­mettre au club de se conso­li­der. L’équipe ne va pas re­nier le jeu pro­po­sé tout au long de la sai­son pas­sée mais le sa­lut ne pas­se­ra pas seule­ment par une vo­lon­té d’écar­ter. Les va­leurs de com­bat, chères au peuple ca­ta­lan et à ce club, se­ront es­sen­tielles pour me­ner cette mis­sion à bien. Tout le monde le sait, il fau­dra suer sang et eau. Pour se tes­ter, Per­pi­gnan s’ap­prê­tait à ac­cueillir le Stade Tou­lou­sain et le Ra­cing à Ai­mé Gi­ral, en ami­cal. Ce­la de­vait don­ner, aux joueurs comme au pu­blic, un avant- goût du Top 14. Per­pi­gnan dé­bu­te­ra sa sai­son en re­ce­vant le Stade Fran­çais avant de se dé­pla­cer à Agen. Deux ren­contres tests face à des for­ma­tions qui ont souf­fert jus­qu’au bout pour se main­te­nir. L’en­tame de cham­pion­nat est souvent dé­ci­sive. Aus­si, les Ca­ta­lans de­vront être prêts dès le mois d’août.

Tom ECOCHARD

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.