Le ser­vice ad­dic­to­lo­gie me­na­cé

L'Yonne Républicaine (Sénonais) - - Yonne Actualités -

En rai­son d’ef­fec­tifs mé­di­vaux in­suf­fi­sants, le main­tien du ser­vice ad­dic­to­lo­gie du Centre hos­pi­ta­lier spé­cia­li­sé de l’Yonne, à Auxerre, n’est pas ga­ran­ti.

l’oc­ca­sion d’une réunion avec l’Agence ré­gio­nale de san­té, la di­rec­tion du Centre hos­pi­ta­lier spé­cia­li­sé de l’Yonne a fait part d’un manque de res­sources mé­di­cales, met­tant en dif­fi­cul­té le main­tien de l’offre de soin en ad­dic­to­lo­gie.

S’il n’est, pour l’ins­tant, pas ques­tion de fer­me­ture, le ser­vice ad­dic­to­lo­gie du Centre hos­pi­ta­lier spé­cia­li­sé de l’Yonne fait néan­moins face à des dif­fi­cul­tés de fonc­tion­ne­ment. Des dif­fi­cul­tés re­le­vées de­vant l’ARS à Di­jon ce mar­di, par la di­rec­tion du CHSY, et en Com­mis­sion mé­di­cale d’éta­blis­se­ment ex­cep­tion­nelle le 29 oc­tobre der­nier, « com­munes à une pro­blé­ma­tique na­tio­nale. Nous avons des in­quié­tudes sur les ef­fec­tifs mé­di­caux in­suf­fi­sants, et les ré­per­cus­sions sur les mis­sions de soin », té­moigne le di­rec­teur Yves Bu­zens. « Le contexte est dif­fi­cile, comme dans toutes les spé­cia­li­tés. Une pro­ SOINS. blé­ma­tique a été po­sée au sein de l’éta­blis­se­ment et des ré­flexions sur l’or­ga­ni­sa­tion sont en cours. »

« Il fau­drait un mé­de­cin en plus »

Avec un seul ad­dic­to­logue au­jourd’hui, « il fau­drait un mé­de­cin en plus pour que le ser­vice fonc­tionne. Tout est mis en oeuvre pour qu’il n’y ait pas de fer­me­ture, mais comme ailleurs, nous sommes confron­tés à un vieillis­se­ment de la po­pu­ la­tion mé­di­cale, et un manque d’at­trac­ti­vi­té », note Phi­lippe Bou­quet, se­cré­taire FO du CHSY. « Si nous n’avons pas de mé­de­cin, nous ne pou­vons pas fonc­tion­ner. Ce n’est pas une pe­tite af­faire, car le ser­vice couvre toute l’Yonne. Les pa­tients se­ront tou­jours là et s’ils ne sont plus pris en charge ici, où iront­ils ? »

Des dif­fi­cul­tés de re­cru­te­ment, que le pré­sident de la Com­mis­sion mé­di­ca­ le d’éta­blis­se­ment, le Dr Mi­chel Thuillier, constate de­puis plu­sieurs an­nées. « Nous avons tou­jours eu des dif­fi­cul­tés à re­cru­ter en ad­dic­to­lo­gie. Au­jourd’hui, la si­tua­tion est très pré­oc­cu­pante. Quelques pistes se des­sinent pour re­dé­ployer les res­sources mé­di­cales in­ternes mais si d’ici jan­vier, la si­tua­tion ac­tuelle per­dure, j’ai des craintes sur la pé­ren­ni­té de la prise en charge. »

PHO­TO D’IL­LUS­TRA­TION

Ate­lier d’art thé­ra­pie dans une uni­té spé­cia­li­sée en ad­dic­to­lo­gie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.