In­to the Vor­tex

Bien­ve­nue dans LE vor­tex de dé­chets du pa­ci­fique nord, géant d’une CARTE des Océans pol­lués par LE plas­tique ET LES co­tons-tiges. Vi­site gui­dée avec Xa­vier Bou­geard de LA fon­da­tion Ta­ra Ex­pé­di­tions.

Machin Chose - - Self Service - Par Char­lotte Her­zog

Une soupe de mil­liards de mor­ceaux de plas­tique de la taille de l’inde. Dé­cou­vert en 1997, ce « conti­nent » flotte entre la Ca­li­for­nie et Ha­waï sur en­vi­ron 4 mil­lions de km2 et plonge jus­qu’à 100 mètres de pro­fon­deur. Il est com­po­sé de gyres, des tour­billons de cou­rants ma­rins, qui at­tirent les dé­chets et les piègent. « Un bout de plas­tique peut mettre 10 ans avant de ren­trer dans le cercle très, très fer­mé d’une gyre, dont il ne res­sort en­suite ja­mais. »

En plus de ce­lui du Pa­ci­fique Nord, quatre vor­tex ont été iden­ti­fiés, dans le Pa­ci­fique Sud, l’atlantique et l’océan In­dien.

Le vor­tex a l’im­men­si­té d’un conti­nent, mais on ne peut pas mar­cher des­sus. « En ba­teau ou à la nage, nul ne peut se dire : “Tiens, on tra­verse le vor­tex.” » Alors qu’il y a 330 000 frag­ments de plas­tique par ki­lo­mètre car­ré, en moyenne, « soit un mor­ceau tous les 3 mètres ». Vous trou­vez que c’est peu ? C’est pour­tant six fois plus que la masse du planc­ton, qui re­pré­sente 95 % de l’en­semble des es­pèces des océans.

Le soleil conduit à la pho­to­dé­gra­da­tion du plas­tique pré­sent dans le vor­tex en mi­nus­cules par­ti­cules. Ce pro­ces­sus aug­mente la pol­lu­tion : « Ces mi­cro-mor­ceaux de plas­tique agissent comme des éponges mo­lé­cu­laires dans les­quelles se fixent les pol­luants. » Le bâ­ton­net plas­tique d’un co­ton­tige, par exemple, est

« un ra­deau par­fait pour trans­por­ter les toxiques li­quides ou les bac­té­ries ». Les co­tons-tiges en plas­tique, qui font par­tie du top 10 des dé­chets ma­rins, se­ront in­ter­dit à la vente en France dès le 1er jan­vier 2018.

1 mil­lion d’oi­seaux et

100 000 mam­mi­fères ma­rins meurent chaque an­née à cause de l’in­ges­tion de plas­tique.

Seule­ment 10 % des dé­chets plas­tique pré­sents dans les océans se re­trouvent dans les vor­tex. Mais alors, où va le reste ?

« Les autres dé­chets coulent pro­ba­ble­ment dans des fosses sous­ma­rines, des can yons profonds de plu­sieurs ki­lo­mètres.» Sans oxy­gène ni lu­mière, ces val­lées sous-ma­rines se­raient les sanc­tuaires pri­vi­lé­giés des dé­chets.

Net­toyer 50 % des dé­chets du vor­tex en cinq ans. C’est l’ob­jec­tif du pro­jet Ocean Clea­nup, qui dé­bu­te­ra en 2018. Les mor­ceaux de plas­tique se­ront blo­qués par des bar­rières flot­tant au grès des cou­rants, puis ré­cu­pé­rés. Si cette in­ven­tion d’un jeune néer­lan­dais fonc­tionne, elle pour­ra être uti­li­sée ailleurs. En ef­fet, « toutes les mers sont souillées, même si ça ne se voit pas. Il y a au­tant de plas­tique dans la Mé­di­ter­ra­née que dans le vor­tex du Pa­ci­fique Nord ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.