VINCENT DEDIENNE

“MES PUDEURS SONT TOM­BÉES AVEC LE JEU”

Madame Figaro - - Portfolio / Beauté Stars -

Quelle est votre dé­fi­ni­tion de la beau­té ?

« C’est une idole, que j’ai tou­jours sou­hai­tée, ad­mi­rée, et j’ai dé­tes­té ne pas l’at­teindre. Dans l’ab­so­lu, c’est une in­jus­tice et une fa­çon de sou­rire à la fois. »

Quel est votre rap­port à la nu­di­té ?

« J’étais ma­la­di­ve­ment pu­dique et ce mé­tier m’a ap­pris à être tou­ché, à ca­res­ser, à em­bras­ser. Toutes mes pudeurs sont tom­bées avec le jeu. Si bien qu’au­jourd’hui, je peux faire tout ce qu’on me de­mande sur scène ou pour un film… mais dans la li­mite de la loi ! »

Qui voyez-vous dans le mi­roir ?

« Je vois de plus en plus un ami... Au­pa­ra­vant, je re­gar­dais ce que je n’étais pas et ce que je ra­tais. Mais jouer au théâtre me per­met de voir un co­mé­dien qui a de la chance de faire ce tra­vail, et ce­la me ré­con­ci­lie avec moi-même. »

« Le Jeu de l’amour et du ha­sard », au Théâtre de la Porte Saint-Mar­tin, à Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.