Quand Pau­lin mo­der­ni­sait l’Ely­sée.

Pas­sion­né d’art contem­po­rain, Georges Pom­pi­dou avait fait ap­pel au de­si­gner Pierre Pau­lin pour la ré­no­va­tion du « châ­teau ». Un choix avant-gar­diste sur le­quel Va­lé­ry Gis­card d’Es­taing s’em­pres­se­ra de re­ve­nir.

Magazine M - - Le Magazine -

« Je veux faire en­trer la mo­der­ni­té à l’élysée. » Georges Pom­pi­dou, qui suc­cède au gé­né­ral de Gaulle en 1969 à la pré­si­dence de la Ré­pu­blique, dé­cide de don­ner un coup de jeune au pa­lais. Fé­ru d’art contem­po­rain comme son épouse Claude, il de­mande à Jean Cou­ral, qui di­rige alors le Mo­bi­lier na­tio­nal, de lui pré­sen­ter plu­sieurs de­si­gners fran­çais. Il choi­sit Pierre Pau­lin, un ar­tiste dont deux chaises sont dé­jà ex­po­sées au MoMA de New York de­puis 1965. Le de­si­gner au­ra pour mis­sion de re­faire en­tiè­re­ment trois pièces de l’Ely­sée, si­tuées au rezde-chaus­sée dans l’aile pri­vée: une salle à man­ger, le fu­moir (le nou­veau chef de l’Etat est un fu­meur in­vé­té­ré) et un sa­lon-bi­blio­thèque. Et voi­là com­ment Pau­lin, anar de gauche, fu­tur lec­teur de Li­bé et de Char­lie Heb­do, se re­trouve à tra­vailler pour un pré­sident de droite. Pom­pi­dou lui fixe un ca­hier des charges pré­cis: uti­li­ser des ma­té­riaux contem­po­rains (no­tam­ment du plas­tique), ne pas toucher aux murs puisque la bâ­tisse est clas­sée mo­nu­ment his­to­rique, uti­li­ser la cou­leur beige et ne pas faire de bruit. Pas ques­tion de dé­ran­ger le pré­sident et ses conseillers avec des coups de mar­teau. Plu­sieurs cen­taines de cro­quis et d’es­sais plus tard, le de­si­gner in­vente un as­sem­blage de tentes et des struc­tures au­to­por­teuses qui re­couvrent les murs d’ori­gine sans les abî­mer. Pour le fu­moir, les sièges se­ront mou­lés dans les pa­rois. Pour la salle à man­ger, Pau­lin a créé un sys­tème de lu­mière dif­fu­sée par 9000 cannes de cris­tal pen­dant du pla­fond. Mme Pom­pi­dou, elle, n’avait qu’une exi­gence: •••

Sol­li­ci­té par le pré­sident Georges Pom­pi­dou (à droite), Pierre Pau­lin (ci-des­sus) réa­li­se­ra no­tam­ment une salle à man­ger or­née d’un lustre com­por­tant 9 000 cannes de verre

(ci-contre). Ci-des­sous, un des fau­teuils or­nant le sa­lon éga­le­ment

con­çu par le de­si­gner.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.