Géo­mé­trie d’Is­raël.

Magazine M - - Le Culture - Par Claire Guillot

Drôle d’idée que d’en­voyer Jung­jin Lee, ar­tiste aux images mi­ni­ma­listes et mé­di­ta­tives, en Is­raël. Confron­ter cette pho­to­graphe co­réenne, adepte d’une oeuvre for­ma­liste et abs­traite, toute en géo­mé­trie et en équi­libre, à un ter­ri­toire mar­qué par les guerres n’al­lait pas de soi. Elle a pour­tant su trou­ver sa place dans le pro­jet du pho­to­graphe Fré­dé­ric Bren­ner, qui a convié douze ar­tistes in­ter­na­tio­naux à don­ner leur vi­sion de ce pays si dis­pu­té. Le ré­sul­tat est une ex­po­si­tion à la Ga­le­rie Ca­me­ra Obs­cu­ra et un livre, aus­si étrange que convaincant : le mur hi­deux qui sé­pare les ha­bi­tants est bien pré­sent, comme les barbe­lés qui sont de­ve­nus un élé­ment consti­tu­tif du pay­sage dans les ter­ri­toires oc­cu­pés. Mais la pho­to­graphe a su les in­té­grer à son style re­te­nu, pour en faire des images pou­drées et sombres, d’une grande mé­lan­co­lie, comme sus­pen­dues entre un pays dé­chi­ré et les rêves in­times de la pho­to­graphe. La tech­nique uti­li­sée par Jung­jin Lee, qui pho­to­gra­phie ses propres cli­chés, tire les images cou­vertes d’un voile bru­meux du cô­té du des­sin, du tra­vail au fu­sain, mais on ne perd ja­mais de vue l’ob­jet d’ori­gine : des routes qui ne mènent nulle part, des mai­sons dé­truites, des terres sté­riles, des oli­viers sans olives. Une vi­sion à la fois ma­gique et dou­lou­reuse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.