Les églises re­con­ver­ties.

Cette ex­po­si­tion de Boe­zem à l’Oude Kerk n’est pas une ex­cep­tion. Les Pays-Bas sont la na­tion d’Eu­rope qui a trans­for­mé le plus d’églises en tout autre chose que ce pour quoi elles furent construites.

Magazine M - - La Culture - Par Joëlle Stolz

Une paire de sou­liers au cuir Usé et aux la­cets dé­faits est po­sée au bord du toit de l’Oude Kerk (« vieille église » en néer­lan­dais), le plus an­cien édi­fice d’Am­ster­dam, qui date du xive siècle. Pour quel saut dans l’azur s’est en­vo­lé leur pro­prié­taire, l’ar­tiste Ma­ri­nus Boe­zem ? Jus­qu’à fin mars, dans ce bâ­ti­ment re­li­gieux ca­tho­lique, sont ins­tal­lées des oeuvres in si­tu du plas­ti­cien de 82 ans, et l’un des pion­niers de l’art concep­tuel aux Pays-Bas. Mais l’église n’est pas aban­don­née. Y sont en­core cé­lé­brées des messes. Jac­que­line Grand­jean, di­rec­trice de l’Oude Kerk, pré­cise : « Elle avait beau­coup souf­fert pen­dant la se­conde guerre mon­diale, et une fondation l’a ra­che­tée en 1955, afin de la res­tau­rer, à condi­tion de ré­ser­ver des ho­raires pour les of­fices re­li­gieux. » Cette di­men­sion cultuelle n’a pas ef­frayé Ma­ri­nus Boe­zem, bien au contraire : « Main­te­nant que la re­li­gion joue un rôle moindre, il est in­té­res­sant d’ex­plo­rer d’autres usages de ces grands es­paces. Les églises peuvent de­ve­nir un mé­dium, le plus court che­min entre les gens et une idée. » Son oeuvre la plus connue est la « ca­thé­drale verte », faite de peu­pliers plan­tés se­lon le plan de Notre- Dame de Chartres, inau­gu­rée en 1978 dans le Fle­vo­land, une pro­vince ga­gnée sur la mer. Bu­reaux, ap­par­te­ments, res­tau­rants, centres cultu­rels, voire boîtes de nuit et es­paces pour faire du tram­po­line – le Pla­net Jump, à La Haye –, il n’y a ni li­mite ni ta­bou. Une li­brai­rie, qui ac­cueille 700 000 vi­si­teurs par an, a ain­si été ou­verte au coeur de Maas­tricht, dans une an­cienne église do­mi­ni­caine (Boe­khan­del Do­mi­ni­ca­nen) : on peut y boire son ca­fé sur une table de cé­ra­mique en forme de croix. Non loin de là, un hô­tel de luxe (Krui­she­ren­ho­tel) a été amé­na­gé dans un cloître Re­nais­sance et l’église at­te­nante, su­per­be­ment illu­mi­née par le de­si­gner In­go Mau­rer. Même si le Bu­reau cen­tral des sta­tis­tiques ne peut four­nir de chiffres pré­cis, les exemples de cette conver­sion ar­chi­tec­tu­rale abondent. L’idée est an­cienne : à com­men­cer par l’église qui abrite la cé­lèbre salle de concert pop d’Am­ster­dam, le Pa­ra­di­so (les Rol­ling Stones y ont en­re­gis­tré un de leurs CD), qui a ou­vert dès 1968 ses portes aux foules en dé­lire ra­vies de se tré­mous­ser sous la nef néo­go­thique. Ce n’était que le dé­but d’une évo­lu­tion inexo­rable : si, en 1966, 33 % de la po­pu­la­tion des Pays-Bas se dé­cla­raient sans au­cune at­tache re­li­gieuse, ils étaient 68 % en 2015. Les ca­tho­liques, qui re­pré­sen­taient il y a un de­mi-siècle 35 % des chré­tiens néer­lan­dais, ne sont plus que 12 %, à peine moins que les pro­tes­tants, et les prêtres en­core en ac­ti­vi­té ont sou­vent fê­té leurs 80 ans. Qui al­lait as­su­rer l’en­tre­tien de tous ces bâ­ti­ments, dont les flèches et les clo­chers font en­core la fier­té des centres ur­bains ? Avec leur prag­ma­tisme pro­ver­bial, les Néer­lan­dais ont cher­ché des so­lu­tions concrètes. C’est dé­sor­mais une part du pay­sage, ré­vé­la­trice des évo­lu­tions de la so­cié­té. Et, à l’Oude Kerk ou ailleurs, on ne sau­rait mieux dire que, dans le monde d’au­jourd’hui, l’art et les loi­sirs ont pris une place aux cô­tés de la re­li­gion, si ce n’est sa place.

Ins­tal­la­tions de Ma­ri­nus Boe­zem et pro­gramme de concerts à l’Oude Kerk. Jus­qu’au 26 mars 2017. www.ou­de­kerk.nl

La­by­rinth, de Ma­ri­nus Boe­zem (2016), à l’Oude Kerk.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.