De bruit et de dou­ceur.

En se glis­sant dans la peau d’un brui­teur, le co­mé­dien Pierre Louis-Ca­lixte cé­lèbre le pou­voir du son.

Magazine M - - La Culture - Par Émi­lie Gran­ge­ray

Une grande pièce avec trois fois rien : une table, une chaise, une son­nette, une bas­sine bleue, un ba­lai, une boîte à ou­tils, quelques mi­cros… Dé­but jan­vier, dans les sous-sols de la Co­mé­die-Fran­çaise, se pré­pa­rait un spec­tacle in­édit, à re­bours de tous les cli­chés qui pour­raient cir­cu­ler sur la mai­son de Mo­lière : Le Brui­teur, mis en scène à par­tir du 2 fé­vrier par le so­cié­taire Pierre Louis-Ca­lixte au Stu­dio-Théâtre, dans le cadre des Sin­gu­lis (un for­mat per­met­tant aux co­mé­diens de la troupe d’être seuls en scène). La pièce, écrite par Chris­tine Mon­tal­bet­ti, à pa­raître chez P.O.L, peut se ré­su­mer ain­si : dans un stu­dio, un brui­teur s’ap­prête à créer un pay­sage de bord de mer. En­tou­ré d’une boîte à ou­tils, il ex­plique com­ment il fa­brique des sons et fi­nit par nous ra­con­ter l’his­toire qu’il doit brui­ter. Une his­toire de fugue – thème ré­cur­rent chez Chris­tine Mon­tal­bet­ti. Une his­toire de fa­mille aus­si. Pierre Louis-Ca­lixte, à la fois met­teur en scène et unique in­ter­prète, semble faire sur­gir de nulle part des mouettes – in­croyable ce que l’on peut faire avec deux poi­reaux ! –, puis froisse un K-way, et le bruit de la mer en­va­hit la salle. Sou­dain, nous ne sommes plus à Pa­ris, mais sur une plage. La ma­gie opère aus­si avec une bas­sine d’eau, une af­fiche plas­ti­fiée… Chris­tine Mon­tal­bet­ti ra­conte qu’elle a eu l’idée de ce texte dans un stu­dio d’en­re­gis­tre­ment de France Culture, en dé­cou­vrant la pe­tite grotte du brui­teur : « Ce qui m’émeut, c’est le pou­voir des sons. Leur ca­pa­ci­té à pro­duire en nous des images. Leur pou­voir de fic­tion. » Bou­le­ver­sée par Juste la fin du monde, de Jean-Luc La­garce, mis en scène en 2008 par Mi­chel Ras­kine, et dans le­quel Pierre Louis-Ca­lixte jouait, elle a eu en­vie de lui confier sa pièce. Ce der­nier a sol­li­ci­té les conseils d’une brui­teuse pro­fes­sion­nelle, Ju­dith Guit­tier, et d’un pre­neur de son, Jean-Louis Pi­lon, « ca­pable de con­cré­ti­ser nos rêves par son art du mixage ». L’en­jeu n’était pas de faire une suc­ces­sion-dé­mons­tra­tion de « tru­cages », mais bien d’ima­gi­ner une his­toire. L’ac­teur sou­ligne : « Dans quel ordre pro­cé­der ? Fal­lait-il fa­bri­quer d’abord le son en ca­chant l’ob­jet pour que l’oreille tente de de­vi­ner de quoi il s’agit ? Ou bien le mon­trer ? En quoi l’ac­tion al­lait cou­per le mou­ve­ment du texte, puisque, quand je bruite, je ne peux pas par­ler ? » Pierre Louis-Ca­lixte sou­haite avant tout « faire entendre la langue de Chris­tine Mon­tal­bet­ti ». « Je crois que l’imaginaire peut s’em­bal­ler dans la ryth­mique du texte. Il me faut trou­ver une voix qui laisse pos­sible d’autres voix, les mo­no­logues in­té­rieurs des spec­ta­teurs. » Le plus grand bon­heur se­rait d’ar­ri­ver à ce que ces der­niers ferment les yeux : « Ce se­rait énorme, et en ce­la sem­blable, pour moi, à l’aban­don du lec­teur qui se fait son ci­né­ma. » de Chris­tine Mon­tal­bet­ti, mise en scène de Pierre Louis- Ca­lixte. Stu­dio-Théâtre, Car­rou­sel du Louvre, 99, rue de Ri­vo­li, Pa­ris 1er. Du 2 au 12 fé­vrier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.