Au pro­gramme.

Magazine M - - Le Sommaire - Ma­rie-Pierre Lan­neLongue

UNE EXÉCU­TION POUR UNE COU­LEUR DE CHE­VEUX?

On vous voit sou­rire. Il est vrai que c’est as­sez ri­sible. C’est pour­tant ce que ra­content cer­tains ré­fu­giés nord-co­réens dans les émis­sions de télé-réa­li­té que leur consacre la té­lé­vi­sion… sud-co­réenne. Des émis­sions de télé-réa­li­té, oui, où l’on voit les hé­ros sau­tiller, se rou­ler par terre, dan­ser, pleu­rer, et où on les en­tend sur­tout ra­con­ter toute l’hor­reur qu’a été leur vie quo­ti­dienne, puis leur fuite du pays de Kim Jong-un. C’est Ha­rold Thi­bault, res­pon­sable du desk Asie au Monde, qui ra­conte ces drôles de talk-shows dans ce nu­mé­ro de M Le ma­ga­zine du Monde. Où l’on ap­prend donc, sur fond de cou­leurs criardes et de mu­sique hys­té­rique, que ces gens viennent d’un pays-pri­son où l’on meurt de faim et de froid et où il est pos­sible d’être ar­rê­té juste parce que l’on a vou­lu éclair­cir ses che­veux. Une mode te­nace dans tous les pays d’Asie. Son récit laisse son­geur et rap­pelle le pou­voir de la pop culture, cette sous-culture qui fi­nit tou­jours par ra­con­ter quelque chose.

Est-ce la tasse de thé de Jean-Jacques Ailla­gon, un des pi­liers de la vie cultu­relle fran­çaise de­puis des dé­cen­nies? La jour­na­liste Va­nes­sa Sch­nei­der por­trai­ture ici ce­lui qui fut, entre autres, di­rec­teur de Beau­bourg, alors que l’ins­ti­tu­tion s’ap­prête à ou­vrir les fes­ti­vi­tés de son qua­ran­tième an­ni­ver­saire. Et dont Roxa­na Azi­mi parle dans son en­quête sur la guerre des mu­sées. Au­jourd’hui, Ailla­gon est en­tré dans sa mille et unième vie : un jour sur la Côte d’Azur, où il conseille le droi­tier pré­sident de la ré­gion PACA, Ch­ris­tian Es­tro­si, dans son pro­jet de faire clas­ser Nice au Pa­tri­moine mon­dial de l’Unes­co ; l’autre à Pa­ris où il ac­com­pagne Fran­çois Pi­nault, grand homme d’affaires et col­lec­tion­neur de haut vol, dans son pro­jet de fondation d’art contem­po­rain dans l’an­cienne Bourse de com­merce. Ce que Va­nes­sa Sch­nei­der des­sine, c’est le des­tin très fran­çais et ro­ma­nesque d’un am­bi­tieux, pro­vin­cial mon­té à la ca­pi­tale, qui sait faire avec tout et avec tous, les puis­sants et les mo­destes, la droite et la gauche, Beau­bourg et Ver­sailles, l’art contem­po­rain et les do­rures, les femmes et les hommes… Un clas­sique, en somme, mais un mo­derne aus­si, qui com­prend que la culture est faite de tout : le plus puis­sant des ta­bleaux comme la plus dé­bile des émis­sions. C’est no­tam­ment ce qu’a com­pris un ar­tiste comme Jeff Koons, dont la ré­tros­pec­tive à suc­cès à Beau­bourg, en 2015, a été mon­tée avec de nom­breuses oeuvres ap­par­te­nant à Fran­çois Pi­nault. Le beau du laid, la no­blesse du pro­fane, la pro­fon­deur du vide, l’in­té­rêt qu’il ya à al­ler au-de­là des ap­pa­rences… Quelque chose comme une dé­fi­ni­tion de la cu­rio­si­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.