Miss Bel­gique érein­tée en beau­té.

Magazine M - - Le Sommaire -

En BEl­giquE, tout Est Bon pour ra­vi­vEr lE viEux conflit EntrE fla­mands Et Wal­lons. Même l’élec­tion d’une Miss. Le choix, as­sez ro­cam­bo­lesque, de Ro­ma­nie Schotte, 19 ans, le 14 jan­vier der­nier – au cours d’une cé­ré­mo­nie conster­nante or­ga­ni­sée dans un parc d’at­trac­tions de la ci­té bal­néaire de… La Panne – avait de quoi sus­ci­ter la po­lé­mique. Parce que la jeune étu­diante en mar­ke­ting, qui ne par­tait pas fa­vo­rite, est la qua­trième néer­lan­do­phone d’af­fi­lée qui rem­porte le concours. Parce qu’elle a, aus­si ra­pi­de­ment que mal­adroi­te­ment, te­nu des pro­pos hos­tiles à la presse fran­co­phone, qui s’in­ter­ro­geait sur le dé­rou­le­ment de ce drôle de concours. Et sur­tout parce qu’elle a été taxée de ra­cisme, avant de ten­ter de se dé­fendre en sou­le­vant un pro­blème à haute por­tée phi­lo­so­phique : un cor­net de glace au cho­co­lat peut-il être confon­du avec un étron fu­mant ? Ex­pli­ca­tion ? Quelques heures après son élec­tion, la jeune ha­bi­tante de Bruges voyait ex­hu­mée par un pe­tit ma­lin une pho­to qu’elle avait pu­bliée sur Ins­ta­gram. Ro­ma­nie Schotte y ap­pa­rais­sait, tout sou­rire, dans un au­to­bus. À l’ar­rière-plan, on dis­tin­guait un homme de cou­leur noire. Pré­sence qui sus­ci­ta une ré­ac­tion nau­séa­bonde de l’un de ses contacts, lui de­man­dant si elle avait vu « that nig­ga » . Aux États-Unis, cette for­mule ar­go­tique est ju­gée af­fec­tueuse lors­qu’elle est uti­li­sée par des Afro-Amé­ri­cains, mais in­sul­tante quand des Blancs en usent. « Je sais » , ré­pon­dait la jeune fille à son ami, as­sor­tis­sant cette sen­tence d’une émo­ti­cône en forme d’ex­cré­ment. Ra­cisme bête et mé­chant ? Un or­gane of­fi­ciel de lutte contre la xé­no­pho­bie an­non­çait illi­co l’ou­ver­ture d’un dos­sier, les ré­seaux so­ciaux bruis­saient et Miss Bel­gique, sou­te­nue par son en­tou­rage, était contrainte à un peu glo­rieux ré­tro­pé­da­lage. Elle ad­met­tait avoir peut- être com­mis une « faute » mais ju­rait qu’elle était « ou­verte à toutes les cul­tures » . Pour preuve, ajou­tait- elle, un sel­fie réa­li­sé avec « cinq hommes noirs » ve­nus, un jour, vers elle. Et aus­si que son pa­pa fait du bu­si­ness en Afrique. Quant au dou­teux « smi­ley », il n’avait rien d’in­sul­tant puis­qu’il re­pré­sen­tait… une glace au cho­co­lat. l’af­fairE a pris unE tEllE am­plEur quE dEs dé­Bats té­lé­vi­sés lui ont été consa­crés. Au cours de l’un d’eux, un chro­ni­queur fran­co­phone af­fir­mait voir dans ce triste épi­sode la consé­quence d’une com­plète li­bé­ra­tion de la pa­role ra­ciste en Flandre. Une ré­gion où un res­pon­sable na­tio­na­liste au dis­cours par­ti­cu­liè­re­ment mus­clé, le se­cré­taire d’État à la mi­gra­tion Theo Fran­cken, est en tout cas de­ve­nu l’homme po­li­tique le plus po­pu­laire, même s’il est ac­cu­sé par l’op­po­si­tion d’être le « sous-trai­tant de Trump » . Au cours de ce talk-show, Ro­ma­nie Schotte a en re­vanche pu comp­ter sur le sou­tien de l’un des édi­to­ria­listes les plus in­fluents de sa ré­gion. Il a ex­pli­qué, en sou­riant lui aus­si, que l’émo­ti­cône dont elle avait usé n’était rien d’autre qu’une image en­fan­tine, de­ve­nue aus­si une pe­luche, un dou­dou, pa­raît-il, très ap­pré­cié des bam­bins fla­mands ! La po­lé­mique n’est pas close et elle n’est peut-être pas étran­gère au fait que Miss Bel­gique a été rem­pla­cée par une autre Fla­mande au concours de Miss Uni­vers, rem­por­té par Miss France le 30 jan­vier à Ma­nille. Of­fi­ciel­le­ment, Ro­ma­nie Schotte n’a « pas pu » par­ti­ci­per à la pré­pa­ra­tion du concours, et donc à l’élec­tion. Pour les or­ga­ni­sa­teurs (néer­lan­do­phones) du concours belge de beau­té, le « ca­ca gate » a, en tout cas, le grand mé­rite de dé­tour­ner l’at­ten­tion vers autre chose que les nom­breuses ré­vé­la­tions sur la vraie na­ture de cette ma­ni­fes­ta­tion. Ju­gée pru­dem­ment « un peu trop fla­mande » par un membre du ju­ry, l’élec­tion a été qualifiée de « mas­ca­rade » par une autre per­son­na­li­té pré­sente, qui a tou­te­fois pré­fé­ré res­ter ano­nyme. « Il est dif­fi­cile de croire qu’elle n’est pas tru­quée » dé­cla­rait ce té­moin à la­libre.be, ven­dre­di 20 jan­vier. Prin­ci­pa­le­ment vi­sée, Dar­line De­vos, pré­si­dente du Co­mi­té na­tio­nal et pré­si­dente du ju­ry. Que l’on a vue, na­guère, po­ser, lors d’un concours Miss Uni­vers, au cô­té de… Do­nald Trump. Jean-Pierre Stroo­bants

À peine élue, la Fla­mande Ro­ma­nie Schotte est dé­jà taxée de ra­cisme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.