Lieu de va­cance

Tours de garde.

Magazine M - - Le Sommaire - PAR ANNE- LISE CAR­LO

SEPT FORTS PER­DUS AU LARGE DES CÔTES AN­GLAISES. Le mé­tal a rouillé sous les em­bruns, des­si­nant sur leur car­casse des cou­lées rouge sang. Cer­taines échelles d’ac­cès de­meurent, d’autres sont de­ve­nues une poudre friable. De près ou de loin, la vue de cette ar­chi­tec­ture mi­li­taire au mi­lieu des flots reste im­pres­sion­nante, dé­rou­tante. Avec un soup­çon de brouillard, ce pa­no­ra­ma donne l’im­pres­sion d’un dé­cor de science-fic­tion que pour­rait avoir ima­gi­né le maître an­glais de la dis­ci­pline, H.G. Wells. Les spé­cia­listes voient d’ailleurs dans les monstres de mé­tal tri­podes de La Guerre des mondes (1898) une pré­mo­ni­tion de ces forts. Ces construc­tions furent très utiles au Royaume-Uni pen­dant la se­conde guerre mon­diale. Afin de sé­cu­ri­ser la Ta­mise, de­ve­nue le cou­loir aé­rien pri­vi­lé­gié de la LuftWaffe, l’armée de l’air na­zie, pour bom­bar­der Londres, l’in­gé­nieur Guy Maun­sell sug­gé­ra à la Royal Na­vy d’im­plan­ter des forts, qui prirent d’ailleurs son nom, à l’en­trée de l’es­tuaire. En 1943, les im­menses tours ar­mées aux jambes de bé­ton furent en­fon­cées au plus pro­fond des bancs de sable, à soixante ki­lo­mètres de la ca­pi­tale. Plus de 250 sol­dats oc­cu­pèrent ces boîtes mé­tal­liques. En pre­mière ligne, mal­me­nés par la ru­desse des élé­ments, ils n’y res­taient pas par gaie­té de coeur. Après la guerre, l’armée aban­don­na les forts Maun­sell, dé­man­te­lés en 1958. Très vite, une autre vie, plus li­ber­taire, prit pos­ses­sion de Red Sands. Les six­ties bat­taient leur plein ; c’était l’époque des ra­dios pi­rates. Les tours, par leur forme et leur em­pla­ce­ment, consti­tuaient un en­droit rê­vé pour émettre illé­ga­le­ment. Les ani­ma­teurs de Ra­dio In­vic­ta, plus tard nom­mée King Ra­dio puis Ra­dio 390, y ins­tal­lèrent leurs stu­dios, avant d’être dé­lo­gés. Au­jourd’hui, ces construc­tions en dé­li­ques­cence conti­nuent de faire fan­tas­mer. En pa­ral­lèle du « Pro­jet Red­sand », qui oeuvre pour sa conser­va­tion, des pro­grammes d’hô­tel de luxe (avec hé­li­port) et de stu­dio d’en­re­gis­tre­ment sont ré­gu­liè­re­ment évo­qués. Ces ves­tiges de la guerre fi­ni­ront-ils dans les vagues ou ré­ha­bi­li­tés ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.