Gar­den-par­ty Voyage en aloès.

Magazine M - - Le Sommaire - PAR JOHN TEBBS, . JARDINIER AN­GLAIS

Je ne sais pas si c’est la dou­ceur du prin­temps, leur dé­mé­na­ge­ment vers un Jar­din bien ex­po­sé, sur la côte sud de l’An­gle­terre, ou la cha­leur et l’en­so­leille­ment ex­cep­tion­nels des se­maines pas­sées, mais mes aloès ne m’ont ja­mais sem­blé aus­si épa­nouis. Ce genre bo­ta­nique re­groupe près de 500 es­pèces de plantes, ori­gi­naires pour la plu­part de la pé­nin­sule Ara­bique et de l’Afrique. Je ne par­viens à faire pous­ser qu’un pe­tit nombre d’entre elles, celles qui to­lèrent les hi­vers an­glais (le pli­ca­ti­lis, en éven­tail ; l’ari­sta­ta, naine ta­che­tée de gris ; le stria­tu­la, le plus rus­tique ; et, quand la chance est avec moi, le bre­vi­fo­lia, à feuilles courtes et bleu­tées). À Londres, je culti­vais mes aloès dans des pots – le sol était bien trop lourd pour eux – et ils s’y sen­taient bien : ils né­ces­sitent peu d’en­tre­tien, pré­sentent un feuillage in­té­res­sant tout au long de l’an­née et des fleurs l’été. À mon ar­ri­vée sur la côte, j’ai dé­cou­vert une terre plus lé­gère, na­tu­rel­le­ment bien drai­née, et j’ai pu réa­li­ser mon rêve d’un jar­din sec. Les aloès y ap­portent une struc­ture re­mar­quable. Leurs sil­houettes – des pe­tites ro­settes de l’Aloe ari­sta­ta aux beaux épis jaune oran­gé du stria­tu­la – se mêlent jo­li­ment aux plantes vi­vaces plus douces, telles que les sauges et les pa­ni­cauts, des char­dons dé­co­ra­tifs. Les plantes ont le pou­voir de faire voya­ger… En ce mo­ment, avec les flèches orange de mes aloès en plein es­sor, le bleu du ciel et la cha­leur, je me sens en va­cances chez moi.

L’Aloe stria­tu­la, ori­gi­naire d’Afrique du Sud, est l’une des rares va­rié­tés d’aloès qui ré­sistent au gel et s’adaptent aux cli­mats du nord de l’Eu­rope.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.