Âpre Ca­labre.

Un pa­tri­moine ar­chi­tec­tu­ral in­es­ti­mable, des plages en­chan­te­resses, une cui­sine di­vine… Cette ré­gion déshé­ri­tée du sud de l’Ita­lie, ber­ceau de la puis­sante ma­fia ’Ndran­ghe­ta, s’ouvre en­fin au tou­risme. Mais c’est une autre fa­cette que le pho­to­graphe Si­mon

Magazine M - - Le Portfolio - Si­mone do­na­ti — Jé­rôme Gau­the­ret pho­tos texte

Peu à peu, la Ca­labre est en train de de­ve­nir à la mode. Des su­blimes sta­tions bal­néaires de Tro­pea et Scil­la au fas­ci­nant point de vue sur le dé­troit de Mes­sine qu’offre le bord de mer de Reg­gio, cette ré­gion de l’ex­trême sud ita­lien com­mence à at­ti­rer les tou­ristes, en dé­pit de sa réputation sul­fu­reuse. Le New York Times lui-même en a fait, il y a quelques mois, un de ses 52 lieux du monde à vi­si­ter en 2017. De fait, avec son pa­tri­moine ar­chéo­lo­gique in­es­ti­mable et mé­con­nu, sa cui­sine suc­cu­lente et ses plages pa­ra­di­siaques – le tout à prix mo­dique –, la Ca­labre ne manque pas d’offres sé­dui­santes. Mais le pays que donne à voir le pho­to­graphe flo­ren­tin Si­mone Do­na­ti est tout autre. «Quand on parle de la Ca­labre, ce n’est qu’à pro­pos d’his­toires de cri­mi­na­li­té, ou de tou­risme, com­mence-t-il. Jus­te­ment, je vou­lais al­ler au-de­là de ça.» Pour sor­tir des sen­tiers bat­tus et dé­pas­ser les ap­pa­rences, il suf­fi­sait de faire quelques ki­lo­mètres à l’in­té­rieur des terres. Ce pas de cô­té né­ces­saire est le point de dé­part de son tra­vail aux confins mé­ri­dio­naux de l’Ita­lie, in­ti­tu­lé « There’s No­thing Here » . L’Apen­nin mé­ri­dio­nal, qui se jette à pic dans la mer Io­nienne et la mer Tyr­rhé­nienne, sert de co­lonne ver­té­brale à une ré­gion dont toutes les sta­tis­tiques montrent qu’elle est la plus pauvre du pays – le pro­duit in­té­rieur brut par ha­bi­tant, moins de 16000 eu­ros, re­pré­sente à peine la moi­tié de la moyenne na­tio­nale. La Ca­labre est aus­si, de­puis des dé­cen­nies, un lieu d’émi­gra­tion. De nom­breux jeunes sont contraints d’en par­tir pour étu­dier, trou­ver un tra­vail ou sim­ple­ment échap­per à la fa­ta­li­té. Lors des cinq sé­jours d’une se­maine à dix jours qu’il a ef­fec­tués dans la ré­gion, de­puis dé­but 2016, Si­mone Do­na­ti s’est em­ployé à en ex­plo­rer les pay­sages im­mo­biles et hors du temps, mais aus­si à ren­con­trer les femmes et les hommes qui la peuplent, pour mieux ra­con­ter cette terre d’exil du point de vue de ceux qui res­tent, ou de ceux qui re­viennent. À l’image de ce couple qui se fait construire une mai­son, après une vie de la­beur dans le nord du pays. «Je­me­suis lan­cé dans cette sé­rie car,comme de très nom­breux Ita­liens du Nord, je ne connais­sais pas cette réa­li­té ca­la­braise. Per­sonne n’ en parle ja­mais. Mais je l’ en­vi­sage aus­si­comme un re­tour aux sources, pour­suit-il. Ces der­nières an­nées, j’ai fait beau­coup de­pho­to­gra­phies po­li­tiques. Ce­la re­lève de l’ins­tan­ta­né, des ré­flexe­set de l’ins­tinct. Ici, j’ai éprou­vé le be­soin de suivre le che­min in­verse. Mon pro­jet consis­tait avant tout à lais­ser agir la len­teur.» Un par­ti pris en­core ac­cen­tué par le choix de l’ar­gen­tique. À re­bours de l’im­mé­dia­te­té du nu­mé­rique, il per­met à Si­mone Do­na­ti d’échap­per, dans son tra­vail do­cu­men­taire, aux écueils du pit­to­resque et du mi­sé­ra­bi­lisme. Au fil des pay­sages et des por­traits, on est sai­si par une ab­sence : celle de l’État ita­lien, qui semble avoir, de guerre lasse, dé­ci­dé de lais­ser la Ca­labre li­vrée à elle-même. L’autre en­ti­té dont on peine à dis­cer­ner les traces, c’est sa prin­ci­pale ri­vale lo­cale: la ’Ndran­ghe­ta, qui est née au coeur de ces terres ou­bliées, et qui s’im­pose au­jourd’hui comme l’or­ga­ni­sa­tion ma­fieuse la plus puis­sante d’Ita­lie. Mais d’elle, ne dit-on pas que sa plus grande force est d’avoir su res­ter dis­crète?

Route me­nant de Lon­go­buc­co, pe­tite ville de mon­tagne du nord-est de la Ca­labre, aux eaux cris­tal­lines de la côte io­nienne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.