Au pro­gramme.

Magazine M - - News - Ma­rie-Pierre Lan­neLongue

Des por­traits D’ac­teurs, De réa­li­sa­teurs, De po­li­tiques, De créa­teurs, d’in­tel­lec­tuels ; de femmes et d’hommes; vi­vants et par­fois morts… au­tant de vi­sages. C’est ce que M Le ma­ga­zine du Monde pro­pose chaque se­maine en cou­ver­ture et dans ses pages. Le tout consti­tue, sans doute de ma­nière in­for­melle, une fa­çon de ga­le­rie de ceux qui font l’époque, en France et ailleurs. Ils ne sont pas des hé­ros. Être là ne consti­tue en rien un ta­bleau d’hon­neur. Ils y sont sim­ple­ment parce qu’ils ra­content le mo­ment dans le­quel nous sommes, qu’ils l’éclairent lors­qu’il s’agit de per­son­nages du pas­sé. Pour le meilleur et pour le pire. Dans toute sa com­plexi­té. La pra­tique de la femme qui est en cou­ver­ture de ce numéro, la pho­to­graphe amé­ri­caine An­nie Leibo­vitz (que la jour­na­liste Sté­pha­nie Chayet, fine ob­ser­va­trice de la culture amé­ri­caine) a ren­con­trée, est à la fois si­mi­laire et tout à fait dif­fé­rente. Ce qui in­té­resse cette lé­gende de l’image c’est de sai­sir tous ceux qui font la gran­deur de l’Amé­rique : les ar­tistes, les in­tel­lec­tuels, les spor­tifs, les créa­teurs… Elle en fait des hé­ros! Po­si­tifs, triom­phants, in­car­nant tou­jours la réus­site. Jus­qu’à Chel­sea Man­ning, né Brad­ley, cet an­cien sol­dat qui s’est ren­du cé­lèbre en trans­met­tant des do­cu­ments se­crets à Wi­ki­Leaks met­tant en cause le rôle de l’ar­mée amé­ri­caine en Af­gha­nis­tan. Condam­né pour tra­hi­son, le mi­li­taire a dé­cla­ré être trans­genre et a été au­to­ri­sé à en­ta­mer sa tran­si­tion. Chel­sea est de­ve­nue un sym­bole et a re­joint, dans le numéro des 175 ans de Vogue en août der­nier, le pres­ti­gieux ta­bleau de chasse d’An­nie Leibo­vitz. Qu’elle soit là, dans un maillot de star­lette de l’âge d’or Hol­ly­woo­dien, dit quelque chose de l’Amé­rique. Mais d’une cer­taine Amé­rique, in­tel­lo, gla­mour, ou­verte, éclai­rée qui se veut aux an­ti­podes de celle de Do­nald Trump. Leibo­vitz, elle même, en est l’in­car­na­tion. Les­bienne, fé­mi­niste, der­nière com­pagne de l’écri­vaine Su­san Son­tag, elle a eu trois en­fants « toute seule ». Elle est une grande por­trai­tiste qui, de son propre aveu, ne réus­sit pas les gros plans. Dé­cla­rée en faillite en 2009, elle conti­nue à réa­li­ser pour Vogue et Va­ni­ty Fair des mises en scène somp­tueuses et, peut-être, un peu pom­peuses pour notre époque sombre et tour­men­tée. Cet été, la Fon­da­tion Lu­ma à Arles pré­sen­tait ses ar­chives les plus an­ciennes, qu’elle a ven­dues, dit-on, pour se ren­flouer. Au fond, An­nie Lei­bov­tiz est sans doute le seul per­son­nage amé­ri­cain qui manque à l’oeuvre d’An­nie Leibo­vitz.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.