“Tat­too You”, nou­veau dé­part.

“Le Monde” pro­pose une coL­Lec­tion de dix aL­buMs du groupe an­gLais. cette se­Maine, un chef-d’oeuvre de bric et de broc.

Magazine M - - L'album - Par yann Plou­gaS­tel

Dé­but 1981, les Stones sont à la ra­masse. Leur al­bum, Emo­tio­nal Res­cue, sor­ti en juin 1980, s’est la­men­ta­ble­ment vau­tré à cause de l’ab­sence de titres saillants et de la po­chette la plus hi­deuse de l’his­toire du rock. Mick Jag­ger joue au châ­te­lain dans sa gen­til­hom­mière du châ­teau de Four­chette, à Po­cé-sur-Cisse, près d’Am­boise, ac­quis le 18 sep­tembre 1980. Keith Ri­chards ne s’in­té­resse plus qu’au groupe The New Bar­ba­rians, for­mé avec son com­père le gui­ta­riste Ron Wood, de plus en plus à l’ouest à cause de son usage im­mo­dé­ré de di­verses poudres. Bill Wy­man, le bas­siste ta­ci­turne, col­lec­tionne les aven­tures avec de très jeunes filles et en­re­gistre dans son coin un fu­tur tube, (Si Si) Je suis un rock star, et se de­mande s’il est en­core un Rol­ling Stones. Quant à Char­lie Watts, le bat­teur im­pas­sible, il cultive soi­gneu­se­ment son al­coo­lisme et ne rêve plus que du jazz de Char­lie Parker… Ce­rise sur le gâ­teau, John Len­non, leur pote, a été flin­gué le 8 dé­cembre 1980 en pleine rue à New York. Bref, rien ne va p l u s . E t to u t le monde se de­mande si l’ave­nir des Stones n’est pas der­rière eux. Pour­tant, ils doivent en­core contrac­tuel­le­ment un al­bum à leur mai­son de disques. Ch­ris Kim­sey, leur pro­duc­teur, a alors une idée de gé­nie. Pour­quoi ne pas ex­plo­rer le ma­té­riel dé­jà en­re­gis­tré, mais écar­té lors des ses­sions des cinq pré­cé­dents al­bums ? Jag­ger ac­cepte. Et, pen­dant plusieurs mois, les deux hommes bri­colent, entre Pa­ris et New York, à par­tir de ces bandes de bric et de broc, ce qui va de­ve­nir Tat­too You, le sei­zième al­bum stu­dio des Stones et pas for­cé­ment le plus mau­vais. Start Me Up, par exemple, qui sonne comme le der­nier grand clas­sique du groupe et ouvre la plu­part de leurs concerts, était au dé­part un reg­gae en­re­gis­tré en 1977 pour l’al­bum Some Girls. À par- tir d’une im­pro­vi­sa­tion de Keith Ri­chards qui, pour dé­li­rer, l’es­pace d’une prise, le trans­for­ma en un rock pé­ta­ra­dant, Jag­ger construi­sit ce titre em­blé­ma­tique en lui ajou­tant des pa­roles bien gri­voises qu’il en­re­gis­tra, comme les voix des autres mor­ceaux, en mai 1981 dans un en­tre­pôt pa­ri­sien coin­cé entre le pé­ri­phé­rique et une gare de triage… Le reste est à l’ave­nant, vaste bi­douillage de bribes pro­ve­nant de Goats Head Soup (1972), Black and Blue (1975), Some Girls ( 1977), Emo­tio­nal Res­cue ( 1979). Grâce à un mixage gé­nial, l’en­semble fonc­tionne ad­mi­ra­ble­ment. Sur la bal­lade Wai­ting For a Friend, im­payable hymne à l’ami­tié entre les membres du groupe qui ne se par­laient plus (d’autres y voient une al­lu­sion au dea­ler de Keith…), Jag­ger a eu l’éton­nante idée de de­man­der au saxo­pho­niste de jazz Son­ny Rol­lins de glis­ser un so­lo. Ré­sul­tat : un chef-d’oeuvre. Bien que dé­tes­té par Keith Ri­chards, Tat­too You, sor­ti le 28 août 1981, est sans doute le der­nier grand al­bum des Stones. “tat­too you”, col­lec­tion the Rol­ling StoneS. 9,99 € en kioSque

Mick Jag­ger, lors du Tat­too You Tour, au stade de Feye­noord, à Rot­ter­dam, aux Pays-Bas, le 5 juin 1982.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.