L’an­goisse du temps qui passe

Magicmaman - - Beauté -

« Vou­loir un en­fant peut par­fois ré­pondre à une re­cherche d’im­mor­ta­li­té », ajoute Léa Gouz-Cy­mer­man. Alors, quand on sait qu’on ne re­vi­vra plus ja­mais ces mo­ments, on prend conscience que le temps est pas­sé beau­coup trop vite. Car voir ses en­fants gran­dir, c’est aus­si se voir vieillir. « Quand j’ai réa­li­sé que je ne se­rais plus ja­mais en­ceinte, je me suis sen­tie mé­no­pau­sée. Comme si mon corps n’al­lait plus être utile. J’ai eu un gros coup de blues », nous confie El­sa, 34 ans. Au-de­là de cette an­goisse du temps qui passe, il peut aus­si pour cer­taines femmes y avoir une peur de s’en­nuyer, de se sen­tir inu­tile quand les en­fants de­vien­dront vrai­ment au­to­nomes.

ap­pRendRe à vivRe dans le pRé­sent

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.