San­té bé­bé

De plus en plus de tout-pe­tits pré­sentent des dé­for­ma­tions du crâne dues, semble-t-il, à la po­si­tion dor­sale du cou­chage. Sans la reme re en cause fon­da­men­ta­le­ment, des amé­na­ge­ments sont pos­sibles. Nos conseils.

Magicmaman - - Sommaire -

Pré­ven­tion : mon bé­bé n’ au­ra pas la tête plate !

Une as­so­cia­tion de dé­fense de pa­tients, Le lien, aler­tait il y a quelques mois, sur la re­cru­des­cence du nombre de nour­ris­sons at­teints du syn­drome de la tête plate et sai­sis­sait la Haute Au­to­ri­té de San­té. Il s’agit d’un apla­tis­se­ment de tout (bra­chy­cé­pha­lie) ou par­tie (pla­gio­cé­pha­lie) de l’ar­rière du crâne du tout-pe­tit qui ad­vient au cours des pre­miers mois de la vie ou même, plus ra­re­ment, in ute­ro. Le syn­drome de la tête plate touche plus par- ti­cu­liè­re­ment les pre­miers-nés (l’uté­rus est moins souple et per­met moins de mou­ve­ments), les gar­çons (plus hy­po­to­niques que les filles), les ju­meaux (moins de place dans l’uté­rus), les pré­ma­tu­rés, les nou­veau-nés ayant un tor­ti­co­lis congé­ni­tal, etc.

UNE QUES­TION DE PO­SI­TION

De quelle ma­nière ex­pli­quer cette « épi­dé­mie » de têtes plates, comme le ti­trait Le Pa­ri­sien le 4 avril der­nier ? En cause, la po­si­tion dor­sale du cou­chage éle­vée au rang de com­man­de­ment su­prême, ex­pliquent les pro­fes­sion­nels en­ga­gés dans la lutte contre les têtes plates. De fait, un ap­pui pro­lon­gé et fré­quent du crâne du bé­bé sur une sur­face dure – ma­te­las, siège au­to, etc. – l’apla­tit ra­pi­de­ment. A cet âge, il est en ef­fet très mal­léable pour fa­ci­li­ter le pas­sage dans le bas­sin ma­ter­nel. Certes, de­puis les an­nées 1980, la règle du cou­chage sur le dos a per­mis de sau­ver de la mort des mil­liers de bé­bés. Mais, dans le même temps, la courbe des pla­gio­cé­pha­lies

est mon­tée en flèche. Au­cune enquête sur le su­jet ne cir­cule, le pro­blème n’in­té­resse pas grand monde… Néan­moins, 20 %, au bas mot, des bé­bés se­raient tou­chés. En écho, une étude ca­na­dienne de 2013 réa­li­sée à Cal­ga­ry avance que 46 % des bé­bés étu­diés pré­sen­taient à l’âge de 2 mois une pla­gio­cé­pha­lie plus ou moins im­por­tante. Comme les pe­tits Fran­çais, les bé­bés ca­na­diens sont couchés sur le dos.

PRIO­RI­TÉ À LA PRÉ­VEN­TION

Un sui­vi chez l’os­téo­pathe, le chi­ro­prac­teur ou le ki­né ain­si que quelques gestes de pré­ven­tion (lire ci-des­sous) suf­fisent le plus sou­vent pour que tout rentre dans l’ordre. Le bé­bé re­trouve sa jo­lie tête ronde. Mais dans cer­tains cas, les consé­quences peuvent être plus graves. On peut ob­ser­ver chez l’en­fant une asy­mé­trie fa­ciale, un dé­ca­lage des oreilles, l’ap­pa­ri­tion d’une bosse sur le front, des pro­blèmes de mâ­choires (suc­cion, den­ti­tion, etc.) ou de ver­tèbres, etc. Le port d’un casque en permanence est par­fois re­com­man­dé dès l’âge de 5 mois et ce, pour quelques mois. Ce trai­te­ment, cher et pas rem­bour­sé par la Sé­cu­ri­té so­ciale, reste peu dif­fu­sé en France… et pas for­cé­ment connu des pa­rents qui se trouvent as­sez dé­mu­nis de­vant le sou­ci de leur en­fant. D’où l’im­por­tance de la pré­ven­tion !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.