Bioé­thique

Pour­ra-t-on bien­tôt, en France, gar­der ses ovo­cytes au frais pour re­por­ter une gros­sesse ? Le Co­mi­té na­tio­nal d’éthique a ren­du son avis, pré­lude aux Etats-Gé­né­raux de la bioé­thique de 2018 et à la ré­vi­sion de la loi du même nom. Deux spé­cia­listes de ces

Magicmaman - - Sommaire -

Au­to­con­ser­va­tion des ovo­cytes, le dé­bat est ou­vert

Le co­mi­té a dit non. Mar­di 26 juin, le CCNE, Co­mi­té consul­ta­tif na­tio­nal d’éthique (dont l’avis n’est que consul­ta­tif comme son nom l’in­dique), a fait sa­voir que la conser­va­tion des ovo­cytes pour toutes les femmes qui le de­mandent – dans le but d’une uti­li­sa­tion ul­té­rieure – « pa­raît dif­fi­cile à dé­fendre »*. Dans leur rap­port, ses membres sou­lignent le ca­rac­tère contrai­gnant de la tech- nique, ses risques cli­niques et mé­di­caux in­duits. Ils posent aus­si la ques­tion de sa réelle uti­li­té (un in­fime pour­cen­tage de femmes y sous­cri­ra), de l’ab­sence de ga­ran­tie de ré­sul­tat, de son coût, ain­si que « la nou­velle norme so­ciale qui pè­se­rait sur les femmes ». Le pré­sident du CCNE, le Pr Jean-Fran­çois Del­frais­sy, a ce­pen­dant ajou­té : « Rien n’est fi­gé. » Il fai­sait pro­ba­ble­ment ré­fé­rence aux états gé­né­raux de la bioé­thique, un temps de dé­bats et de ré­flexion ci­toyens, qui sui­vront dans quelques mois, pré­lude à la ré­vi­sion de la loi. La Pre Na­tha­lie Rives et le Pr Jean-Phi­lippe Wolf que nous avons in­ter­viewés nous ex­pliquent leur (franche) po­si­tion sur l’au­to­con­ser­va­tion des ovo­cytes pour rai­sons per­son­nelles. Et vous, se­riez-vous par­tante ? * 7 membres sur 39 ont une po­si­tion di­ver­gente, ou­vrant la pos­si­bi­li­té d’une au­to­con­ser­va­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.