« Avoir conge­lé mes ovo­cytes me li­bère »

Magicmaman - - Société Bioéthique -

Stéphanie, 37 anS, reS­pon­Sable mar­ke­ting

mon hor­loge bio­lo­gique tourne.

J’ai 37 ans et je n’ai pas en­core ren­con­tré la « bonne per­sonne » avec qui faire un en­fant. Ça me « tra­vaille » de­puis un mo­ment et ça com­men­çait à de­ve­nir ob­ses­sion­nel. Mais que faire ? Un jour, une amie m’a par­lé de l’au­to­con­ser­va­tion des ovo­cytes. Je n’en sa­vais pas grand-chose mis à part que Google et Apple offrent cette pos­si­bi­li­té à leurs em­ployées. « Pour­quoi pas toi ? » m’a-t-elle dit. J’ai consul­té ma gy­né­co. Elle m’a sou­te­nue dans ma dé­marche et orien­tée au bon en­droit.

moins de pres­sion.

Je ne sais pas si j’uti­li­se­rai mes ovo­cytes conge­lés un jour, j’es­père en­core trou­ver un homme qui me fe­ra un en­fant. Mais il y a un en­jeu quand, à mon âge, on a ren­dez-vous avec un homme pour la pre­mière fois. On ne peut s’em­pê­cher de se dire : « Est-ce que c’est lui le père po­ten­tiel ? » Avoir des ovo­cytes au frais m’en­lève de la pres­sion, me donne un peu de lé­gè­re­té – même si ce­la ne me donne au­cune as­su­rance d’avoir un en­fant plus tard !

tout le monde est au cou­rant dans mon en­tou­rage.

Mes amis bien sûr mais ma fa­mille et mes pa­rents aus­si. Ces der­niers ont été éton­nés mais m’ont lar­ge­ment sou­te­nue et même pro­po­sé de m’ac­com­pa­gner en Es­pagne pour la ponc­tion. Fi­na­le­ment, c’est une amie qui ne m’a pas lâ­chée et j’avoue que ce­la m’a beau­coup ai­dée. c’est un peu stres­sant. Le pro­ces­sus est long, il faut trou­ver le bon mo­ment, s’or­ga­ni­ser, faire les exa­mens, ses pi­qûres à heures fixes… La der­nière aus­si, sa­chant que tren­te­six heures pile plus tard, on doit être en Es­pagne pour la ponc­tion. Tout ce­la a un coût, il vaut mieux avoir des éco­no­mies.

pas ques­tion de faire un en­fant trop tard.

Je ne me suis pas fixée de date pour uti­li­ser mes ovo­cytes mais n’ai pas en­vie non plus d’avoir un en­fant à

50 ans. L’au­to­con­ser­va­tion me pa­raît un bon moyen pour res­ter plus se­reine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.